Le solaire à ras du bitume

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 14/12/2015

Article paru dans le d'A n°241

Marcher sur des cellules photovoltaïques : ce qui était impensable devient possible grâce à un système de capteurs solaires enrobés dans un polymère. Cette technologie ouvre de nouveaux champs d’application du solaire.

La production d’électricité à partir de l’énergie solaire suit deux stratégies bien distinctes. La première intègre les cellules photovoltaïques au bâti. L’insertion plus ou moins heureuse de panneaux photovoltaïques à l’architecture ou à des ouvrages d’art entraîne des contraintes diverses : complexification des détails constructifs, fragilisation de l’étanchéité, application limitée du fait de l’orientation des bâtiments, etc. Les fermes solaires installées dans des espaces libres ignorent ces contraintes mais monopolisent de vastes surfaces de territoire aux seules fins de production énergétique. Le système Wattway est une sorte d’entre- deux, puisqu’il propose de disposer les cellules photovoltaïques à même la chaussée, sur de grandes étendues. L’innovation tient à ce que la surface couverte par les cellules reste carrossable et puisse être empruntée par des véhicules imposants de type camion. Un exploit au regard de la faible résistance mécanique des cellules photoélectriques, pas plus solides qu’une mince feuille de verre. Rouler dessus revient « un peu à demander à une biscotte de résister au passage d’un 10 tonnes », détaille Franck Barruel, chef de laboratoire à l’Institut national de l’énergie solaire (INES), qui a développé le procédé en partenariat avec Colas – qui l’a initié. 



> TOURBILLON 

Au départ, le projet se fondait sur une technologie de panneaux souples en silicium amorphe développée en France par les industriels de l’étanchéité. Après le tsunami provoqué par l’arrivée de cellules à bas prix mises sur le marché par des industriels chinois, entraînant la faillite des fabricants occidentaux, les chercheurs ont opté pour le silicium polycristallin, une technologie représentant 90 % du marché mondial du solaire photovoltaïque. Les cellules sont encapsulées dans une résine composite suffisamment translucide pour laisser passer la lumière, résister au poids et fournir aux véhicules une adhérence comparable à celle des enrobés traditionnels. Le complexe se colle à même la voie existante. Le câblage s’effectue en bordure de route, les connexions au sein des panneaux sont  construites de façon à ce que la panne d’une cellule n’arrête pas la production d’électricité. Sur l’échelle TRL (Technology Readiness Level), évaluant le niveau de maturité d’une technologie, Wattway a atteint le niveau 7, qui correspond à la démonstration dans un environnement opérationnel. Installés sur le site de l’INES, les panneaux ont déjà subi un cycle d’un million de passages de véhicules, ce qui correspond à vingt ans de trafic d’une route moyenne. Le produit a été posé sur plusieurs sites pilotes de 20 à 100 m2 de surface. L’industriel estime que l’application de son système sur 2,5 % de la surface des routes de France pourrait couvrir 10 % des besoins nationaux en énergie électrique – hors consommation de chauffage. Au niveau local, un kilomètre de chaussée permettrait d’alimenter l’éclairage public d’une ville de 5 000 habitants, ce qui pourrait s’avérer particulièrement intéressant dans les zones mal connectées aux réseaux électriques. En Hollande, un système de route solaire, SolaRoad, installé depuis un an sur un tronçon de 70 mètres d’une piste cyclable, fournit de l’électricité à trois foyers. De quoi donner confiance dans le potentiel de ces produits, que l’on pourra dévier facilement de la route pour installer sur toutes sortes de surfaces planes : place, terrasse…



Wattway 

Colas 

 

> Autres produits dans la même catégorie

Sous-sols de paris: terres…

Est-il possible de réemployer les déblais…

La pampille de la marine

Face à la place de la Concorde, l’hôtel de la…

Innover avec la pierre

Au sein du collectif Studiolada, les architectes…

De l'âge de glace à…

Depuis dix ans, Karola Dierichs et Achim Menges…

Tissage de lin en façade…

Situé au 140, boulevard Clichy dans le 18e …

Super, Quercus suber, les…

D’abord et toujours utile pour boucher les…

Inventer la fraîcheur

En écho au concours « faire » et aux ambitions…

Accessibilité : en finir…

Dans le jargon professionnel, on les appelle les …

Quand la céramique…

Depuis 2010, Martin Bechthold dirige un atelier…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Les produits de la rédaction
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Innovations

Sous-sols de paris: terres d’avenir ? Publié le 14/05/2019

Est-il possible de réemployer les déblais générés par les chantiers du Grand Paris pour les… [...]

La pampille de la marine Publié le 08/04/2019

Face à la place de la Concorde, l’hôtel de la Marine fait actuellement l’objet d’une… [...]

Innover avec la pierre Publié le 01/03/2019

Au sein du collectif Studiolada, les architectes Christophe Aubertin et Benoît Sindt développent… [...]

De l'âge de glace à l'ère numérique Publié le 10/12/2018

Depuis dix ans, Karola Dierichs et Achim Menges dirigent un laboratoire de recherche fondamentale… [...]

Tissage de lin en façade du cinéma Wepler Publié le 02/11/2018

Situé au 140, boulevard Clichy dans le 18e arrondissement parisien, le cinéma Wepler a fait… [...]

Super, Quercus suber, les nouveaux usages du liège Publié le 01/10/2018

D’abord et toujours utile pour boucher les bouteilles de porto ou de Dom Pérignon, le … [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
18  01 02 03 04 05
1906 07 08 09 10 11 12
2013 14 15 16 17 18 19
2120 21 22 23 24 25 26
2227 28 29 30 31   

> Questions pro

PPP annulé pour les écoles marseillaises

Entre novembre 2018 et février 2019, la justice a donné raison par deux fois à des instances régionales et nationales de l’Ordre des…

Conception-réalisation : le conseil de l’Ordre des architectes des Pays de la Loire veille

En novembre dernier, statuant sur le non-respect des procédures de la commande publique, trois arrêts de la cour administrative d’appel de…

Transmettre ou ne pas transmettre son agence

En société ou libéral, quelles sont les questions qu’un architecte doit se poser en matière de transmission ? Daniel Seddiki, expert-comptable…