> Les architectures technocritiques - Slow tech

Rédigé par Stéphane BERTHIER
Publié le 03/04/2018

Dossier réalisé par Stéphane BERTHIER
Dossier publié dans le d'A n°261

En marge du modèle industriel dominant qui produit l’essentiel de nos édifices contemporains, un certain nombre d’architectes tentent de renouer avec leur culture constructive après quarante ans de déni postmoderne. Ils imaginent de nouvelles manières d’agir et de construire en dehors des schémas industriels et normalisés. Leurs critiques de la production actuelle portent sur les nouveaux édifices « basse consommation » dont on dit de plus en plus qu’ils ne sont peut-être pas aussi vertueux qu’ils le prétendent. Mais ces critiques interrogent aussi les conditions de production de ces derniers, les filières de matériaux, les métiers, les organisations professionnelle et les savoir-faire engagés. Ces acteurs militants renouvellent l’art de bâtir, en prêtant une attention toute particulière au monde sensible et à ses ressources naturelles et humaines.


Dix ans après le Grenelle de l’environnement et son ambition de diviser par quatre nos émissions de gaz à effet de serre, nous observons le développement d’une nouvelle génération d’architectures qui tirent leurs vertus écologiques de leur performance énergétique. L’amélioration des caractéristiques thermiques des produits de construction et des équipements de chauffage et de ventilation mécanique est certes louable, dans la mesure où elle diminue nos émissions de dioxyde de carbone. Cependant, les récents retours d’expérience sur les édifices à basse consommation, bien que partiels et incomplets, soulèvent un grand nombre de doutes sur les performances réelles de ces édifices sophistiqués.  Entre le modèle numérique simulé et la réalité d’un bâtiment occupé, il y a souvent de fortes différences. D’autre part, les objectifs de sobriété énergétique imposés par les normes en vigueur se concentrent sur l’énergie de consommation, c’est-à-dire l’énergie nécessaire pour le chauffage, la ventilation, le refroidissement et le fonctionnement général de l’édifice. Mais l’énergie grise, c’est-à-dire l’énergie dépensée pour produire l’édifice, ses matériaux, leur transport et leur mise en œuvre, ne compte pour rien dans les calculs réglementaires. Ainsi, un bâtiment dont la consommation est très faible peut avoir été un gouffre énergétique au moment de sa construction, reportant ainsi de plusieurs années le gain écologique espéré.

 

Ces réponses techniques aux enjeux de la transition écologique ne satisfont guère nombre d’architectes et d’ingénieurs qui voient dans cette démarche d’aggiornamento écologique de l’industrie une façon de résoudre un problème avec les mêmes idées que celles qui l’ont créé. Trop souvent, les toitures végétales comme les plantes vertes au balcon de l’architecture greenwashing dissimulent mal la machinerie industrielle de plus en plus normalisée qu’elles habillent. Leur artificialité ne parvient pas non plus à établir de nouvelles relations avec le monde sensible, pourtant de plus en plus désirées.

 

Des matériaux revisités

Nous observons toutefois l’émergence de – timides – signes de pratiques alternatives. Elles interrogent les conditions de production industrielle du bâtiment et cherchent à construire autrement, aux marges de la surenchère technologique actuelle. Ces travaux ne se concentrent pas uniquement sur l’optimisation thermique, mais se penchent aussi sur les circuits de production, la nature des matériaux, leur cycle de vie et leurs effets sur la santé des occupants. La redécouverte de matériaux de construction autres que le béton armé et l’acier, matériaux phare de la modernité, est un signe distinctif récurrent de ces architectures critiques. Le succès contemporain de l’architecte Wang Shu, qui travaille avec des matériaux de récupération mis en œuvre artisanalement, en réinterprétant les constructions vernaculaires, s’oppose aux modes constructifs industriels qui dominent la modernisation actuelle de la Chine.

 

En France, depuis presque de vingt ans, Gilles Perraudin a délaissé ses premiers amours pour l’architecture dite « high-tech » afin de se consacrer à l’architecture de pierre monolithique. De même, Jacques Anglade, ingénieur-charpentier, redécouvre inlassablement l’art du trait et de la taille pour dessiner des charpentes denses, faites de petits bois massifs savamment assemblés. Il revendique explicitement son travail comme une critique de l’industrialisation de la filière bois et de ses grands éléments de bois lamellé-collé qui n’évoquent plus grand-chose de l’arbre dont ils sont issus. La terre crue renaît elle aussi, un peu partout en France, pourvu qu’il y ait de l’argile de bonne qualité dans le sous-sol. Le Dauphiné redécouvre son pisé, la Normandie sa bauge et son torchis, tandis que Paris s’interroge sur les possibilités constructives des terres issues des déblais des chantiers du Grand Paris. Mais ce matériau séduit aussi un peu partout en Europe. Herzog et de Meuron en fabriquent des monolithes pour une nouvelle usine Ricola à Laufon, en Suisse, tandis que Martin Rauch, céramiste de formation, en exploite les multiples domaines d’application dans sa maison à Schlins, en Autriche. De même, les matériaux biosourcés, et plus spécifiquement les agro-matériaux comme la paille, le chanvre ou le chaume, issus des coproduits non valorisés de l’agriculture, font l’objet de recherches spécifiques. Leur argument écologique tient à ce qu’ils sont produits à partir de l’énergie solaire, grâce au processus de photosynthèse végétale, et qu’ils sont entièrement biodégradables.

 

Ces développements ont en commun de critiquer les modalités industrielles de la fabrication des bâtiments contemporains. Ils sont souvent associés, par malentendu, à une démarche low-tech – qui leur est injustement attribuée. En réalité, ils nécessitent beaucoup de recherche, d’ingénierie et de savoir-faire pour gagner leur crédibilité. Il serait plus juste de parler de « slow-tech » à propos de ces nouveaux modes constructifs qui demandent beaucoup de connaissances et de compétences de la part des acteurs qui s’engagent dans cette voie. Il leur faut aussi prendre le temps d’expérimenter ces combinaisons techniques nouvelles. D’ailleurs, les édifices démonstrateurs de ces nouvelles manières de construire ne sont jamais le témoignage d’une réaction nostalgique mais proposent toujours une réinterprétation constructive des traditions, augmentée des savoirs de l’ingénierie. Ces matériaux, comme la terre crue, le bois massif ou les agro-matériaux, ont en outre le point commun d’être fragiles, sensibles aux conditions climatiques, et obligent les concepteurs à faire preuve d’une grande exigence dans leur mise en œuvre.

 

Renouveler l’idée de confort

Ces réflexions portent aussi sur le confort standardisé, hérité de la modernité, qui fixe comme condition indiscutable une température de 20 °C, été comme hiver, en tout point du bâtiment. Il est désormais souvent question d’habitabilité saisonnière comme en témoignaient les projets de l’appel à idées « Pour un habitat écoresponsable densifié » présenté en 2009 lors de l’exposition « Habiter écologique : quelles architectures pour une ville durable ? » qui se tenait à la Cité de l’architecture. Partant du principe que les calculs thermiques imposent désormais des manteaux isolants de 20 à 25 cm d’épaisseur, ces projets envisagent d’exagérer encore plus cette épaisseur pour la rendre habitable. Portée à 2 mètres ou plus, l’enveloppe devient lieu et accueille des jardins d’hiver ou des vérandas, espaces non chauffés, habitables dès la mi-saison. Plutôt que de vivre toute l’année dans 70 m2 chauffés, ils proposent par exemple de se limiter à 60 m2 pendant les mois de chauffe pour bénéficier de 80 m2 d’avril à octobre. Ces dispositifs typologiques renouvellent la manière de vivre son logement, de s’approprier son environnement.

 

Une expérimentation similaire a été menée par Lacaton & Vassal pour la rénovation thermique de la tour Bois-le-Prêtre, dont la nouvelle enveloppe est une sorte d’espace thermique intermédiaire tempéré par les déperditions du volume chauffé et par les calories offertes par le soleil. Elle offre un nombre significatif de mètres carrés supplémentaires aux habitants, pour autant qu’ils acceptent de moins utiliser ces espaces durant les mois froids de l’hiver. Un pas plus loin, les recherches de Philippe Rahm prennent acte du fait que la température de l’air n’est qu’un aspect du confort thermique. Les effets de parois froides, de conduction ou de radiation jouent un rôle important dans nos sensations, tout comme l’humidité relative de l’air. Le confort thermique peut donc être imaginé autrement qu’à partir d’une température homogène et contrôlée, identique en tout lieu et tout instant. Les qualités de confort thermique et aéraulique peuvent différencier les espaces, autant leur forme et leur lumière. Cette réflexion fait écho à celle plus littéraire de Lisa Heschong1 qui, dans son ouvrage Architecture et volupté thermique, parle de notre sens atavique des éléments et montre comment, avant l’ère des équipements techniques destinés à contrôler le confort, l’architecture avait exploité avec subtilité et finesse la richesse de tous les registres sensoriels (le foyer, le sauna, les thermes romains, les bains japonais, les jardins islamiques, etc.) pour nous relier au monde sensible. Elle souligne aussi que ces lieux créaient les conditions de relations sociales particulières que n’offrent plus l’uniformisation thermique contemporaine et l’artificialisation de notre confort.

 

De manière plus radicale encore, l’agence autrichienne Baumschlager Eberle a expérimenté près de Dornbirn dans le Vorarlberg un immeuble tertiaire dont la compacité et l’inertie permettent de maintenir une température intérieure comprise entre 22 et 26 °C toute l’année, sans aucun équipement technique de chauffage, de ventilation mécanique ou de climatisation (voir d’a n° 248). Les espaces intérieurs sont équipés de capteurs d’humidité, de température et de CO2, analysés par un logiciel qui contrôle l’ouverture des volets de ventilation selon les besoins. Derrière ses imposants murs de 60 cm de briques alvéolaires sans isolant, le software a remplacé le hardware, au service d’un fonctionnement totalement passif. Bien que cette démarche expérimentale ne puisse être extrapolée qu’avec une grande prudence, tant elle dépend de l’échelle de l’édifice et de la destination de l’ouvrage, en partie chauffé par les ordinateurs, il n’en demeure pas moins qu’elle interroge sérieusement nos standards technologiques.

 

De nouvelles façons de produire

Ces critiques, d’abord motivées par des considérations écologiques, en réveillent d’autres, plus anciennes, qui ne portent pas seulement sur les caractéristiques physiques des objets créés. Leurs conditions de production et l’organisation de la société qu’elles génèrent sont de nouveau sujettes à débat. La fabrique d’un bâtiment est aujourd’hui très largement industrialisée, avec ses standards, ses normes, et ses « majors ». Ce contexte professionnel détermine une certaine organisation du travail et certaines structures relationnelles entre les acteurs, jugées de plus en plus insatisfaisantes, voire néfastes. À cet égard, notre époque voit apparaître des revendications d’émancipation contre la condition déresponsabilisante d’individu-consommateur, aussi passif que captif. Les organisations participatives qui impliquent les citoyens dans la construction de leur environnement, défendues par Patrick Bouchain parmi tant d’autres, valorisent la responsabilité des groupes humains à l’échelle locale. Comme un écho, les mouvements des makers, comme Bellastock, Yakafokon ou WikiHouse, tentent de reprendre la main sur la fabrication des objets de notre quotidien, selon nos besoins réels et non ceux suggérés par le pouvoir de séduction des publicités. À l’instar du secteur de l’alimentation, les circuits courts sont désormais valorisés, de l’échelle du quartier et son fablab jusqu’à l’échelle du territoire, ses ressources et savoir-faire propres. D’un point de vue théorique, ces réflexions originales sur nos systèmes techniques s’inscrivent dans la tradition techno-critique dont François Jarrige a dressé récemment la généalogie historique2. Cette histoire débute avec la révolution industrielle en Grande-Bretagne, au travers des révoltes des luddites, ouvriers tisserands qui brisaient les métiers à tisser mécaniques pour sauver leurs emplois, mais aussi leur dignité d’artisans. Elle se poursuit tout au long des XIXe et XXe siècles, pointant sans cesse l’aliénation qu’engendrent la mécanisation des tâches de travail et leur nouveau découpage spécialisé qui réduit le rôle des agents à de simples exécutants enrégimentés. Des écrits comme ceux de Lewis Mumford3 ou d’Ivan Illich4 témoignent de la continuité de cette critique sociale et politique de l’industrialisation et de l’uniformisation de ses produits.

 

D’une certaine manière, ces critiques contemporaines, écologiques et sociales, marquent le retour de l’art de bâtir dans le giron de la théorie de l’architecture, après plus de quarante années de déni postmoderne. Elles incitent à imaginer autrement notre rapport à la technique, à souhaiter des modes de production peut-être plus lents, plus attentifs aux multiples aspects de notre environnement naturel et social. Ces manières d’agir, guidées par des considérations éthiques, s’opposent à l’obsession de la productivité nécessaire à la croissance industrielle. Elles s’opposent aussi à la normalisation – corollaire de l’industrialisation – en ouvrant la voie à de multiples expérimentations originales. On peut se réjouir que les architectes renouent avec leur culture constructive ; il est heureux de les voir se saisir des débats qui animent notre époque pour proposer une architecture écologique renouvelée, partagée et toujours désirable.

 

1. Lisa Heschong, Architecture et volupté thermique, Éditions Parenthèses, Paris 1981 pour la traduction française.

2. François Jarrige Techno-critiques, du refus des machines à la contestation des technosciences, La Découverte, Paris, 2014.

3. Lewis Mumford, Techniques et Civilisation, 1934, Paris 1950 pour la traduction française, Éditions Parenthèses, 2015.

4. Ivan Illich, La convivialité, Seuil, 1973.

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
18    01 02 03
1904 05 06 07 08 09 10
2011 12 13 14 15 16 17
2118 19 20 21 22 23 24
2225 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

L’architecte face au confinement

Agences vides, gestion d’affaires par visioconférence, chômage partiel, télétravail… Les problèmes sanitaires posés par l’épidémie de…

Retraite, les questions en jeu

Face à l’opposition suscitée par la réforme des retraites, que ce soit dans la rue ou à l’Assemblée nationale où le projet de loi a…

Deux opportunités d’aide à la recherche

Face aux difficultés du métier d’architecte, une aide à la recherche est toujours une opportunité idéale pour orienter, confirmer ou même…