Les maisons oui, mais groupées : Une alternative en zone urbaine comme rurale

Rédigé par Raphaëlle SAINT-PIERRE
Publié le 25/06/2016

14 maisons passives dans le quartier Henri-Dunant au Havre (2009-2013) par Philippe Madec

Dossier réalisé par Raphaëlle SAINT-PIERRE
Dossier publié dans le d'A n°246

La France souffre d’un agencement de son territoire qui n’est pas assuré par des professionnels de l’urbanisme, sans réflexion sur la relation entre les différentes maisons ni sur l’articulation de l’espace privé avec l’espace public. Avec la nouvelle loi « liberté de création », les architectes vont-ils réellement parvenir à investir le monde des lotissements ? Quels sont les freins à l’habitat individuel groupé de qualité, tant sur le plan esthétique qu’humain ?

Le parent pauvre du développement urbain

En mai 2005, le Syndicat national des Aménageurs Lotisseurs (SNAL) a organisé un voyage en Finlande pour visiter des (...)


Lisez la suite de cet article dans : N° 246 - Juillet 2016

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
52     01 02
0103 04 05 06 07 08 09
0210 11 12 13 14 15 16
0317 18 19 20 21 22 23
0424 25 26 27 28 29 30
0531       

> Questions pro

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée …

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…