Les ruines du savoir - Extension du Mundaneum, Mons - Coton, Lelion & Nottebaert Architectes

Rédigé par Richard SCOFFIER
Publié le 11/12/2015

Le Mundaneum est un projet encyclopédique élaboré par deux juristes bruxellois à partir des années 1890. Il s’agit d’un système de classement décimal permettant, bien avant l’invention de l’informatique, de ficher les publications de tous les champs de la connaissance afin de créer un répertoire bibliographique universel.



Ces fiches, et les collections de photographies qui se sont constituées autour, ont d’abord été hébergées en 1920 dans le palais du Cinquantenaire à Bruxelles. Le Corbusier lui-même s’est fortement intéressé à cette aventure et a proposé pour l’accueillir une véritable ville des savoirs, à proximité de Genève. L’ensemble était dominé par une spirale carrée annonçant le musée à croissance illimitée. Mais ce projet qui ne possédait pas encore la technologie adéquate pour le porter à terme a vite été dépassé par la masse exponentielle des publications du siècle dernier. Abandonnées dès 1934, ses archives ont ensuite été dispersées au hasard dans plusieurs sites différents, certaines perdues à jamais. Reconnu comme le précurseur des moteurs de recherche, le Mundaneum a ressurgi à Mons en 1998. Les ruines de ses collections ont été restaurées et sont, depuis cette date, présentées par roulement dans un ancien immeuble commercial Art déco, constitué de trois galeries superposées entourant un vide central. La scénographie de cet espace a été confiée au dessinateur Schuiten qui a su s’approprier cet univers à sa mesure. Il a recouvert uniformément les murs latéraux avec les meubles à tiroirs en bois contenant les fameuses fiches et a placé un immense globe terrestre sous la verrière, occultée par une fresque. 

LES DEUX SOLS 

Afin de mieux stocker les réserves non accessibles au public, recevoir dignement les chercheurs et accueillir les enfants des écoles, il a rapidement été décidé d’étendre les locaux du musée en transformant la cour et l’annexe desservis par une rue arrière en contrebas. La démarche des trois architectes – Coton, Lelion & Nottebaert – peut prioritairement être considérée comme un travail d’articulation des deux niveaux de sol : le sol de la rue avant et celui de la rue arrière. Ainsi le premier sol correspondant au rez-de-chaussée de la salle d’exposition se poursuit par un plateau en brique qui descend à gauche par une rampe vers la voie de service. Tandis que le second part de la voie de service et passe sous la masse de brique de l’annexe réhabilitée dont la base a été élégamment remplacée par une structure en béton brut. Il vient se glisser sous le sol de la cour pour composer une nappe servante qui rejoint le sous-sol du musée afin d’entreposer les kilomètres d’archives non accessibles au public. Cet implacable dispositif est complété par trois éléments qui accentuent sa lisibilité. : une cour anglaise qui laisse apparaître les fondements de l’annexe, un peu comme ces fouilles placées devant les bâtiments anciens ; l’intervention artistique de Richard Venlet qui a creusé un puits vitré permettant de voir de la cour l’importance des archives enfouies ; enfin, articulant le plateau en brique au bâti- ment principal, un édifice qui frappe par son étrange classicisme. Il accueille les salles d’activité des scolaires et se termine par un étonnant belvédère. Ces trois niveaux portés par des poteaux aléatoirement alignés ou en quinconce donnent une très pertinente expression contemporaine de la superposition des ordres. Plus qu’une cour, cet espace qui communique par une infinité de portes avec le rez de- chaussée de la grande salle d’exposition se donne comme un salon à ciel ouvert pour les vernissages et les réceptions. Il sait prendre de faux airs de place italienne, rêvée et réinterprétée, avec son puits central et ses palais, gothique et renaissance, qui se font face.  



MAÎTRISE D’OUVRAGE : FÉDÉRATION WALLONIE-BRUXELLES

MAÎTRISE D’OEUVRE : AM COTON, LELION, NOTTEBAERT

COORDINATION SÉCURITÉ SANTÉ : SIXCO

STRUCTURE ET PEB : BUREAU GREISCH

TECHNIQUES SPÉCIALES : BUREAU D’ÉTUDES GREISCH

ENTREPRENEURS : S.A. LIXON
SIGNALÉTIQUE : SALUTPUBLIC

INTÉGRATION D’OEUVRE D’ART : RICHARD VENLET

COÛT : 3,5 MILLIONS D’EUROS

CALENDRIER : ATTRIBUTION DÉCEMBRE 2011 ; LIVRAISON : JUILLET 2015 

La cour sait prendre des allures de place italienne avec son puits central et son nouvel édifice, dont la structure sait se présenter comme une variation sur la superposition des ordres classiques.<br/> Crédit photo : FAIVRE Maud Le coulissement des deux sols, vu de la cour anglaise de l’annexe qui donne sur la voie de service.<br/> Crédit photo : FAIVRE Maud Vue du belvédère du nouvel édifice, on perçoit en le sol de la cour qui s’infléchit à gauche et se découpe à droite.<br/> Crédit photo : FAIVRE Maud François Schuiten à su tirer parti de l’ancienne galerie commerciale en alignant les casiers à tiroirs contenant les fiches le long des murs latéraux et en plaçant un énorme globe terrestre sous l’ancienne verrière.<br/> Crédit photo : FAIVRE Maud La nappe souterraine contenant les archives inaccessibles au public et son puits de lumière, imaginé par Richard Venlet dans le cadre du 1 % artistique.<br/> Crédit photo : FAIVRE Maud RDC R+1 R+2 R+3 R+3

VOIR ÉGALEMENT

>> Choix de darchitectures.com
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Publiés par d'a

Maison unifamiliale, Lambersart, Nord Publié le 06/01/2021

Maîtres d'ouvrages : privéMaîtres d'oeuvres : HBAAT (Heleen Hart, Mathieu… [...]

Le funérarium dans la ZAC, magasin de pompes funèbres et espaces funéraires, Thionville Publié le 06/01/2021

Maîtres d'ouvrages : Marbrerie Pompes funèbres Henri BattavoineMaîtres d'oeuvres… [...]

Métamorphose d’une architecture sans qualités, reconversion d’un supermarché en espace multifonction, Finistère Publié le 06/01/2021

Maîtres d'ouvrages : Ville de ChâteaulinMaîtres d'oeuvres : Paul Vincent… [...]

De la caserne à la loggia 50, logements sociaux et un foyer de jeunes filles, Nantes Publié le 05/01/2021

Maîtres d'ouvrages : Nantes Métropole HabitatMaîtres d'oeuvres : 50 logements sociaux,… [...]

Valoriser un paysage, puis l’intensifier par l’architecture, internat de 150 places, Chelles Publié le 05/01/2021

Maîtres d'ouvrages : Région Île-de-France ; mandataire : Île-de-France… [...]

La beauté n’est plus ce qu’elle était, résidence étudiante et parking réversible, plateau de Saclay Publié le 05/01/2021

Maîtres d'ouvrages : 1001 Vies habitat + EPA Paris SaclayMaîtres d'oeuvres : : Bruther… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
53    01 02 03
0104 05 06 07 08 09 10
0211 12 13 14 15 16 17
0318 19 20 21 22 23 24
0425 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…