Les sanitaires des collectivités, entre bien-être et fonctionnalité

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 02/05/2013

Article paru dans le d'A n°217

L'installation des sanitaires dans nos intérieurs est une longue conquête dont nous avons oublié les épiques batailles. L'intégration de pièces d'eau dans tous les logements est récente, un demi-siècle à peine. Durant l'entre-deux-guerres, seuls les ménages aisés, et éventuellement les écoles de la République, pouvaient revendiquer ce privilège. Aujourd'hui, les sanitaires se sont démocratisés sans pour autant se banaliser. Chez le particulier, la pièce d'eau est presque un endroit précieux, que l'on voudrait dédiée au bien-être et au ressourcement. Mais dans les espaces collectifs, la situation est tout autre. Les sanitaires doivent affronter toujours plus d'adversité.


On attend d'eux qu'ils résistent au vandalisme, au manque d'entretien, aux bactéries ; et l'on veut aussi que des publics de toutes conditions physiques puissent les utiliser. Les personnes âgées et handicapées réclament des adaptations leur en facilitant l'accès. Le défi à relever n'est pas mince : il passe par la suppression des relevés de douche pour obtenir des receveurs affleurants, l'automatisation des commandes de robinetterie, voire l'entrée de plain-pied, ou presque, dans une baignoire. Ces évolutions profitent à tous : la continuité douche-plancher dans les salles de bains libère l'espace, les appareils automatisés concourent à l'hygiène, etc. La technologie s'installe durablement dans les appareils et les efforts constants des fabricants libèrent le matériel de ses aspects les plus durs, héritage d'une naissance en milieu hospitalier. Davantage d'aménité, de souplesse, d'esthétique, ce n'est pas une coquetterie mais une façon d'adoucir l'ambiance des sanitaires, de les détacher de leur univers médicalisé pour les ramener dans un monde plus amène. Notre dossier ira à la découverte de ces produits qui jouent collectif en cultivant leur côté sympathique. En somme, un sanitaire collectif qui regarde davantage du côté de l'hôtellerie que de la santé, sans pour autant la négliger.


En 2012, plusieurs terminaux des aéroports de Roissy et d'Orly ont été dotés de blocs sanitaires entièrement rénovés. Aboutissement d'une longue recherche, ces toilettes collectives seront installées dans les espaces les plus fréquentés des deux aérogares d'ici à 2015. Responsable de l'Agence d'aménagements intérieurs et signalétique à ADP, Marc Angeli explique les contraintes et les attentes qui ont guidé la conception de ces nouveaux équipements.


DA : Quelles sont les raisons qui ont incité Aéroports de Paris à repenser entièrement ses blocs sanitaires ?

Marc Angeli : Les blocs sanitaires sont des espaces très importants dans les aéroports. Nous avions conscience depuis longtemps que les nôtres souffraient d'un déficit en termes d'ambiances, d'image et de services. (...)


Lisez la suite de cet article dans : N° 217 - Mai 2013

> Autres produits dans la même catégorie

De l'âge de glace à…

Depuis dix ans, Karola Dierichs et Achim Menges…

Tissage de lin en façade…

Situé au 140, boulevard Clichy dans le 18e …

Super, Quercus suber, les…

D’abord et toujours utile pour boucher les…

Inventer la fraîcheur

En écho au concours « faire » et aux ambitions…

Accessibilité : en finir…

Dans le jargon professionnel, on les appelle les …

Quand la céramique…

Depuis 2010, Martin Bechthold dirige un atelier…

Vers la fin du logement…

Tandis que les architectes se mobilisent contre…

Blocs en stock - Du…

Spécialisé depuis plus de…

Splash, plouf, scrack ! -…

Impressionnisme en tie…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Les produits de la rédaction
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Innovations

De l'âge de glace à l'ère numérique Publié le 10/12/2018

Depuis dix ans, Karola Dierichs et Achim Menges dirigent un laboratoire de recherche fondamentale… [...]

Tissage de lin en façade du cinéma Wepler Publié le 02/11/2018

Situé au 140, boulevard Clichy dans le 18e arrondissement parisien, le cinéma Wepler a fait… [...]

Super, Quercus suber, les nouveaux usages du liège Publié le 01/10/2018

D’abord et toujours utile pour boucher les bouteilles de porto ou de Dom Pérignon, le … [...]

Inventer la fraîcheur Publié le 30/08/2018

En écho au concours « faire » et aux ambitions affichées de la Ville de Paris de penser… [...]

Accessibilité : en finir avec les salles de bains moches Publié le 25/06/2018

Dans le jargon professionnel, on les appelle les « produits d’assistance pour personnes en… [...]

Quand la céramique devient structurelle Publié le 03/05/2018

Depuis 2010, Martin Bechthold dirige un atelier de recherche au sein de l’École supérieure de… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Février 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
05    01 02 03
0604 05 06 07 08 09 10
0711 12 13 14 15 16 17
0818 19 20 21 22 23 24
0925 26 27 28    

> Questions pro

L'architecte et les jurys

Qui juge et que juge-t-on dans les jurys ? La loi Elan récuse les concours pour les logements sociaux. Le Grand Prix national d’architecture…

Spécial logement: La quête de la qualité architecturale de l'habitat social est-elle menacée?

La loi ELAN suscite de grandes inquiétudes au sein de la profession. Trois jeunes architectes, praticiens et enseignants, expriment leur crainte…

Loi ELAN: comment produire un habitat frugal dont la valeur perçue ne soit pas celle du low cost?

Bernard blanc est directeur général d’aquitanis, l’office public de l’habitat de bordeaux métropole. Ce bailleur très engagé a déjà…