L'extension de la mairie de Biot sauvée de la destruction

Rédigé par Aurélie REUTHER
Publié le 24/06/2020

Alors que le chantier de l’extension de la mairie de Biot touche à sa fin, le nouveau maire de la ville – Jean-Pierre Dermit (Les Républicains) – s’opposait férocement au projet architectural porté par l’atelier d’architecture EGR. Avec la ferme intention d’en obtenir la déconstruction quels qu’en soient les coûts, il a organisé un sondage citoyen pour décider de l’avenir des colonnes du parvis de la mairie. Une décision qui rappelle que l’on ne construit pas contre la volonté d’un maire autant qu’elle cristallise les doutes des Français à l’égard de l’architecturale contemporaine.

Il aura suffi d’un changement de mandat à la mairie de Biot, commune du littoral des Alpes-Maritimes, pour que le projet de l’atelier d’architecture EGR, lauréat du prix des Albums des Jeunes Architectes et Paysagistes en 2016, soit menacé de déconstruction. L’agence avait été désignée cette même année, par le biais d’une procédure adaptée des marchés publics, pour concevoir le projet d’extension du parvis de la mairie, qui devait relier à l’aide d’un ascenseur public le parking paysager en contre-bas de la ville haute historique. Le projet avait conquis la mairesse de l’époque Guilaine Debras, qui avait succédé à Jean-Pierre Dermit, maire actuel de la ville jusqu’en 2026 et fervent opposant au modeste belvédère en béton qui surplombe la ville. Le chantier de ce projet d’extension, qui jouit de la proximité de la chapelle Saint-Roch inscrite aux Monuments historiques, avait débuté sous l’égide de l’ABF en mars 2019. Le gros-œuvre venait d’être livré un an plus tard, en mars 2020.

Le projet se développe par des strates successives dont les altimétries sont précisément définies par le contexte : le niveau bas est calé sur le parking, le niveau haut sur le village. Entre les deux se niche le programme : WC public, locaux d'archives et salle des associations au niveau intermédiaire. C’est sur le toit de ce projet poétique formant une place publique à l’orée de la chapelle que se dresse « les colonnes du parvis de la mairie » qui concentrent les critiques virulentes émises par le nouveau maire Jean-Pierre Dermit, élu au premier tour des élections. Il y une semaine, le nouveau maire exigeait déjà des architectes qu’ils acceptent de détruire le pavillon qui « dérange » ou à défaut qu’ils envisagent sérieusement des modifications conséquentes de ce même pavillon. Soucieux de ne pas être dépossédés de leur création, les architectes ont convenu d’y réfléchir mais se sont heurtés aux revendications toujours plus nombreuses du maire, loin d’être effrayé par un combat juridique à venir.

Les architectes sont soutenus par l’ABF, l’Ordre des architectes, la DRAC, et d’autres membres de la profession via les réseaux sociaux qui se sont emparés de la polémique, loin d’être la première du genre dans la profession.

Les résultats du sondage, dévoilés jeudi 25 juin, ont révélé que 62 % des participants se prononcent contre les colonnes et 38 % pour. Le maire s’était engagé à « reprendre le projet si plus de 75 % des sondés s’y opposaient ». Estimant finalement que ce chiffre ne légitime pas pour autant la destruction du projet, le maire a sagement « demandé à l’architecte de finir le projet tel qu’il était prévu initialement ».  Par la suite, une réflexion avec les artistes de la ville sera lancée pour que ce nouvel espace public devienne un lieu de vie et de partage pour tous les Biotois. C’est ainsi qu’après de multiples rebondissements générant un sentiment d’inquiétude et d’impuissance du côté des architectes, le chantier mené par l’atelier EGR devrait pouvoir reprendre…

< www.atelieregr.com >

< https://www.biot.fr/sondage-citoyen-contre-colonnes-parvis-de-mairie/ >

Les articles récents dans Actus brèves

Photographies de la rénovation de la chenille du Centre Pompidou Publié le 31/07/2020

Installée en 1976 à l’ouverture du Centre Pompidou, la succession d’escaliers mécaniques… [...]

Découvrez les 30 réalisations sélectionnées pour le Prix d'a 10 + 1 Publié le 17/07/2020

Le 6 juillet, le jury a tenu une première délibération à L’institut National … [...]

La restructuration de l’École du Louvre confiée à Hart Berteloot Publié le 03/07/2020

À l’aune des grandes réflexions autour de l’enseignement supérieur et des mutations… [...]

« Pour la recherche en architecture et paysage » : les 12 lauréats Publié le 29/06/2020

Le mécénat de la Caisse des Dépôts divulgue le nom des 12 lauréats de l’appel à… [...]

Le monde d’après selon les architectes Publié le 24/06/2020

La Cité de l’architecture et du patrimoine lance une série de débats consacrés aux défis… [...]

Exposition du mobilier iconique de la Villa Malaparte à Londres Publié le 17/06/2020

L’exposition Casa Malaparte Furniture, qui se tiendra à Londres du 15 juin au 19 septembre 2020… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Août 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
31     01 02
3203 04 05 06 07 08 09
3310 11 12 13 14 15 16
3417 18 19 20 21 22 23
3524 25 26 27 28 29 30
3631       

> Questions pro

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…

L’architecte face au confinement

Agences vides, gestion d’affaires par visioconférence, chômage partiel, télétravail… Les problèmes sanitaires posés par l’épidémie de…

Retraite, les questions en jeu

Face à l’opposition suscitée par la réforme des retraites, que ce soit dans la rue ou à l’Assemblée nationale où le projet de loi a…