LIEUX D'ENSEIGNEMENT - Village d'enfants à Formoso Do Araguaia (État du Tocantins)

Rédigé par Emmanuel CAILLE
Publié le 24/08/2018

Hélio Olga, qui possède une vaste culture architecturale, admire l’œuvre des grands spécialistes brésiliens du béton armé :


Oscar niemeyer, Lina Bo Bardi, Rino Levi… Selon le principe de la juste quantité du bon matériau au bon endroit, ses structures en bois sont souvent associées à des murs en béton, en pierre et de plus en plus souvent en terre crue, comme pour le village d’enfants à formoso do Araguaia. La mixité est aussi une manière d’attirer vers la construction en bois des architectes concentrés jusque-là sur le béton ou l’acier.


En plein cœur du Brésil, à 1 000 kilomètres au nord-ouest de Brasilia, aux marges de la forêt amazonienne dans l’État du Tocantins, Hélio Olga a accompagné l’architecte Marcelo Rosenbaum associé à l’atelier Aleph Zero pour concevoir deux bâtiments jumeaux. Dans chacun, neuf volumes abrités sous une grande toiture percée de trois cours accueillent des chambres et des espaces de loisirs pour les enfants de l’école de la Fazenda Canuanã. Un pour les filles, un pour les garçons, de 7 à 17 ans. Dans cette région rurale, les enfants viennent de très loin et ne peuvent rentrer chez eux tous les soirs. Le projet est l’aboutissement d’un intense dialogue avec tous les acteurs engagés dans l’opération : enseignants, parents et enfants. C’est en visitant et en observant l’habitat vernaculaire des familles des élèves que les architectes ont conçu ces bâtiments pensés comme des villages avec leurs cours et leurs ombrières. La terre, qui, projetée sur un treillis de bois, est au Brésil d’un usage courant pour les constructions les plus rudimentaires, est ici utilisée pour tous les murs mais sous forme de brique de terre crue comprimée (BTC). 


En parois pleines ou en moucharabieh, ces dernières jouent pleinement leur rôle de régulateur thermique dans cette région humide où les températures atteignent facilement 34 °C. L’utilisation de matériaux et de savoir-faire locaux n’est pas seulement un choix économique et environnemental. En montrant qu’elle peut aussi être porteuse d’innovation et de modernité, elle revalorise les traditions constructives de ces villages oubliés loin des grandes métropoles. Plus concrètement, ses matériaux et ces techniques renvoient à l’univers familial de ces enfants qui restent souvent longtemps éloignés de leurs proches. C’est également pourquoi aux grands dortoirs ont été substituées 45 petites unités de six lits. La toiture qui déborde largement des bâtiments qu’elle abrite définit l’espace commun de chaque « village ». Elle est constituée de bac acier sandwich comprenant un isolant. Ils sont portés par une structure de poteaux poutres en lamellé d’eucalyptus d’une étonnante légèreté. La trame carrée est de 5,90 x 5,90 mètres, le contreventement vertical s’appuie uniquement sur les blocs de sanitaires. 


La préfabrication n’a pas pu se faire sur place mais elle a permis une mise en œuvre très rapide sur le site. Davantage que le sol, cette toiture devient le plan de référence de cet espace protégé du soleil et de la pluie, ouvert sur le vent et le paysage. Elle aurait pu devenir oppressante si la finesse de sa structure et la délicatesse de ses articulations ne lui avaient pas permis d’échapper à l’effet de grande halle. Malgré sa taille monumentale, elle parvient étonnamment à rendre un peu de l’ambiance domestique propre à adoucir, on l’espère, la saudade des enfants. Ce projet vient très justement de recevoir le prix international du RIBA (Royal Institute of the British Architects) de la jeune architecture émergente



Maîtres d’ouvrage : Fondation Bradesco / École Canuanã

Maîtrise d’œuvre : Rosenbaum + Aleph Zero (Gustavo Utrabo et Pedro Duschenes) ; BET structure bois, fabrication et construction : Ita Construtora

Paysagiste : Raul Pereira Arquitetos Associados

Surface : 23 344 m2

Livraison : 2016


Vue extérieure d'ensemble du village d'enfants<br/> Crédit photo : FINOTTI Leonardo Vue depuis le premier étage vers une des trois cours intérieures<br/> Crédit photo : FINOTTI Leonardo Vue depuis la coursive vers une des trois cours intérieures<br/> Crédit photo : FINOTTI Leonardo Vue d'une salle de jeu couverte<br/> Crédit photo : FINOTTI Leonardo Vue d'une salle de classe/projections<br/> Crédit photo : FINOTTI Leonardo Plan de rez-de-chaussé<br/> Crédit photo : dr - Plan du premier étage<br/> Crédit photo : dr -

VOIR ÉGALEMENT

>> Choix de d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Publiés par d'a

La maison dans un hangar : Réemploi d’une halle dans une ZAC, Chantepie Publié le 18/10/2021

Maîtres d'ouvrages : SCIMaîtres d'oeuvres : Haddock ArchitectureEntreprises… [...]

De la complexité : La Contemporaine, Nanterre Publié le 18/10/2021

Maîtres d'ouvrages : rectorat de VersaillesMaîtres d'oeuvres : Atelier Bruno Gaudin … [...]

Chai du Domaine Les Davids, Viens Publié le 18/10/2021

Maîtres d'ouvrages : Les DavidsMaîtres d'oeuvres : Atelier Marc Barani ; Moritz … [...]

Équipements de service public, Neuvecelle Publié le 18/10/2021

Maîtres d'ouvrages : commune de NeuvecelleMaîtres d'oeuvres : Atelier png, associés à… [...]

Cinéma municipal, Marcq-en-Baroeul Publié le 06/07/2021

Maîtres d'ouvrages : Ville de Marcq-en-Barœul  Maîtres d'oeuvres : HBAAT mandataire,… [...]

Restauration d’une halle et d’un beffroi, Saint-Lô Publié le 06/07/2021

Maîtres d'ouvrages : Ville de Saint-Lô Maîtres d'oeuvres : HBAAT, mandataire avec… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Octobre 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
39    01 02 03
4004 05 06 07 08 09 10
4111 12 13 14 15 16 17
4218 19 20 21 22 23 24
4325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…