L'innovation est-elle compatible avec la promotion privée ?

Rédigé par Christine DESMOULINS
Publié le 02/11/2015

Dossier réalisé par Christine DESMOULINS
Dossier publié dans le d'A n°240

Les promoteurs privés tendent trop souvent à répondre aux attentes du marché par des modèles récurrents. Mais les choses bougent. Et si pour certains, l’innovation passe par le recours à des startup, ils apprennent aussi très banalement à mieux mobiliser les compétences des architectes pour trouver des solutions qui permettent aux projets d’aboutir dans des délais et des coûts adéquats. « L’innovation renvoie à des entrées conceptuelles ou techniques, dit Olivier Waintraub, directeur général adjoint de Nexity, (Paris Val de Seine, agence Nord). Notre direction de l’innovation fait un travail de veille et investit dans des fonds financiers de start-up pour intégrer leurs innovations dans le logement et l’évolution de ses usages. » Nexity met ainsi en oeuvre des immeubles connectés munis d’interfaces domotiques, d’un syndic numérique ou du système Zen Parc où les parkings des immeubles de bureaux sont sous-loués en l’absence des utilisateurs. « Nous construisons maintenant des immeubles sans parking et tout cela a un impact sur l’architecture. Il arrive aussi que la capacité d’innovation née d’une contrainte sauve un projet qui, sans elle, aurait achoppé. L’expérimentation sert ainsi une méthodologie de projet contextuelle qui exclue les solutions répétitives. À Arcueil, en lisière d’autoroute, nous tenions à créer un immeuble de logements attractif dans le respect des contraintes financières du marché. Nous avons construit avec l’agence ECDM un ensemble dont la valeur expérimentale tient au travail réalisé sur les espaces généreux des balcons. Partant d’un étage courant reproductible et d’une enveloppe en béton économique, nous offrons à chaque logement plusieurs orientations et des vues sur Paris et la tour Eiffel. » Avec Louis Paillard, c’est d’abord pour se protéger d’éventuels recours dans le 16e arrondissement de Paris que Nexity a conservé la façade non protégée de l’ancienne caserne de la rue Saint-Didier pour préserver la forme urbaine. « Expérimentale pour nous, cette option supposait de régler en conséquence les contraintes thermiques et d’éclairement, ce qui a nourri l’approche typologique d’un programme de logements où nous avons créé des jardins d’hiver et des cuisines en second jour. On voit ainsi que se poser la question différemment débouche sur une réflexion en cascade qui fait évoluer le projet et nourrit aussi des programmes neufs. » 

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juin 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
22 01 02 03 04 05 06
2307 08 09 10 11 12 13
2414 15 16 17 18 19 20
2521 22 23 24 25 26 27
2628 29 30     

> Questions pro

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes. Avec les marchés, globaux, les entreprises sont en…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°1

Passés en un lot unique en dérogeant au principe d’allotissement, les marchés globaux mettent l’entreprise mandataire au premier plan. S’ils…

Une initiative exceptionnelle pour endiguer l’inexorable transformation du logement social en…

Le 15 janvier 2021 a été remis le rapport sur la qualité d’usage et la qualité architecturale du logement social. Pour la première fois ce…