Logements rue Lécuyer - Plages arrière architecte

Architecte : Plages arrière architecte
Rédigé par les architectes
Publié le 17/01/2017

Le projet est situé en limite Sud d’Aubervilliers, commune de la première couronne parisienne, dans le quartier des Quatre Chemins.

Il fait partie d’une vaste opération de renouvellement urbain, lancée par la ville d’Aubervilliers et Plaine Commune, pour poursuivre la requalification d’un quartier en pleine mutation urbaine. Il s’implante au carrefour des rues Lécuyer et Trévet, sur plusieurs parcelles issues d’une opération de démolition, des «dents creuses» que le projet requalifie, en les construisant et en les aménageant entièrement.


Bien que les constructions projetées s’organisent en 2 ensembles immobiliers séparés par la rue Trévet, leur conception a été étudiée pour former un tout cohérent. Ainsi, le premier ensemble (27 & 29 rue Lécuyer) porte sur la réhabilitation d’un bâtiment existant de 4 étages et sur une construction neuve s’insérant dans le terrain mitoyen. Le deuxième ensemble (31 rue Lécuyer) porte sur une construction neuve implantée sur une parcelle à l’emprise réduite, située en angle des rues Lécuyer et Trévet.



AMENAGEMENT


Le projet comporte 23 logements répartis en 3 bâtiments à rez-de-chaussée surmontés de 4 étages :

6 logements neufs sont construits au N°27 rue Lécuyer ;

12 logements sont réhabilités au N°29 ;

5 logements neufs sont construits au N°31.


Il s’agit de tirer profit de cette richesse liée à la diversité des situations à construire tout en répondant de manière qualitative à la complexité de la création de logements dans un contexte de densification urbaine.


En ce sens, le projet définit et qualifie:


des continuités: les constructions sont implantées en alignement des rues et les rez-de-chaussée sont bâtis sans interruption d’un mitoyen à l’autre. Ils sont conçus de manière à définir une qualité des pieds d’immeuble, avec de grandes vitrines, des porches formant des halls traversants et des percées visuelles sur les intérieurs des cours distributives.



des creux: faisant écho au «skyline» très contrasté de la rue Lécuyer, les façades des constructions projetées créent des émergences ou des creux pour qualifier les mitoyennetés et des percées jouant un rôle de «tunnels» de lumière naturelle pour permettre à tous les espaces des logements, y compris les pièces d’eau, de bénéficier d’une fenêtre. Ces «failles» organisent les distributions des logements en espaces extérieurs généreux et éclairés naturellement.


des cours et jardins: l’organisation des volumes bâtis ménage des espaces extérieurs en pleine terre et des cours distributives qui ré-interprètent les dispositifs morphologiques des «fonds de parcelles» très présents dans le quartier. Ces vides, calibrés sur les retraits des limites séparatives sont implantés en tenant compte des effets de masques des constructions voisines pour offrir un ensoleillement maximum aux logements, en s’approchant au mieux de la trame bioclimatique. Ils font l’objet d’un traitement paysager et servent à l’agrément de la résidence en animant les accès aux logements et aux espaces de services (boîtes aux lettres, abris vélos ouverts, locaux communs et techniques...).



LES LOGEMENTS


Les logements ont été conçus autour de 3 enjeux fondateurs :

traiter une distribution collective identifiable et efficace avec des paliers desservant en moyenne 2 logements pour favoriser une échelle intermédiaire.

offrir une diversité de typologies d’habitat en évitant la répétitivité « de l’étage courant», pour proposer une multiplicité de situations construites.

inscrire le projet dans le durable, en considérant l’approche environnementale, au-delà de sa «technique», comme un stimulateur d’une création inventive de logements confortables et économes.


Ainsi, tous les logements bénéficient d’une multiple orientation (typologie traversante ou en triple orientation), avec dans la plupart des pièces annexes (SDB, SDE, WC, celliers/buanderies) une fenêtre permettant un apport de lumière et une ventilation naturelle. Ces qualités d’ambiance et de confort intérieur sont rendues possible grâce au choix d’une distribution autour de 2 cours collectives végétalisées et par des escaliers extérieurs distribuant les bâtiments neufs, en minimisant l’impact des circulations.


En étages, les logements sont desservis par des paliers, qui forment des «vestibules extérieurs».

Cette disposition permet à la fois de minimiser les situations de coursives, tout en distinguant qualitativement les espaces de circulation et les entrées des logements. Il s’agit de proposer des typologies attractives et innovantes, qui relèvent d’une double échelle d’intervention :

l’échelle collective qui traite des espaces communs, qualifie les sols et les accès ;

l’échelle individuelle reprenant les qualités de l’habitat individuel.



ENVELOPPE ET DÉMARCHE ENVIRONNEMENTALE


Le projet s’inscrit dans une démarche environnementale globale et bénéficie d’une certification Habitat et Environnement option BBC Effinergie pour les bâtiments neufs et Patrimoine Habitat et Environnement pour le bâtiment réhabilité.


Pour y parvenir, plusieurs principes ont été retenus, liés aussi bien à la gestion des cibles environnementales qu’à la prise en compte des enjeux élargis du durable.


Il s’agit en premier lieu de limiter les déperditions en travaillant sur l’enveloppe du bâtiment. Le complexe de façade met en oeuvre une isolation par l’extérieur recouverte par une vêture en briques, pour traiter de manière efficace les ponts thermiques. Les baies vitrées sont réparties selon les orientations et les usages pour maximiser les apports solaires passifs. Elles sont équipées de vitrages performants et de protections solaires en persiennes métalliques autorisant la ventilation naturelle nocturne.


Il s’agit ensuite de limiter les besoins et les consommations énergétiques, en offrant à un maximum de pièces et aux espaces collectifs, de la lumière naturelle, en favorisant la ventilation naturelle, pour optimiser les conforts d’été et d’hiver. Le dispositif de distribution des logements par les escaliers extérieurs, répond de manière efficace à cette nécessité.

Une réflexion poussée sur la qualité de l’air intérieur, un des enjeux majeur dans la conception des logements actuellement largement sous-ventilés, a aboutit à la mise en place de cheminées de ventilation naturelle assistée (type conduit SHUNT).


Il s’agit enfin de se soucier du cheminement de l’eau. Les toitures végétalisées permettent de favoriser la rétention des eaux de pluies. En préservant des zones de pleine terre, le projet favorise l’infiltration et le renouvellement des nappes.



MATÉRIALITÉ


La palette de matériaux est volontairement limitée et expressive, pour qualifier l’identité d’une architecture domestique et urbaine.

Afin de rendre lisible les trois interventions, le projet retient des harmonies colorées en nuances de «noir et blanc», qui se répondent pour établir des correspondances entre les bâtiments neufs et réhabilités.

Ainsi, le «27» et le «31» présentent des tonalités sombres, tandis que le bâtiment réhabilité du «29» est enduit dans une tonalité claire.


En réponse à la matérialité présente dans un contexte marqué par un passé industriel, le projet met en valeur la brique comme revêtement de façade principal.

Cette matière dominante est complétée par :

le verre, transparent ou opalescent pour les baies donnant sur les pièces d’eau. Les ouvertures généreuses sont associées à des occultations solaires;

l’enduit, choisi dans une tonalité de gris clair, pour le ravalement (en ITE et ITI) du bâtiment réhabilité répond aux constructions voisines et crée un effet de contraste valorisant les autres matériaux des bâtiments neufs ;

le bois, pour les menuiseries extérieures traitées en mélèze finition huilée ;

le métal, en finition sablée, pour les serrureries et les escaliers métalliques.



AMENAGEMENTS EXTERIEURS


Les murs des limites séparatives servent de support aux plantes grimpantes et à la végétalisation des espaces de jardins privatifs.
Les espaces libres sont traités comme des «jardins de poche», donnant de l’agrément à la résidence par des plantations en cépées et des cheminements traités en béton.

Les espaces extérieurs sont composés sur la dualité végétal/minéral. Les sols sont qualifiés suivant leur usage : béton pour les accès, plates-bandes pour les zones en pleine-terre ombragées, pelouse pour les jardins piétons privatifs.

Deux types de végétations cohabitent : en pleine-terre et en plantes d’ombres.




Maîtres d'ouvrages : OPH Aubervilliers / Batiplaine
Maîtres d'oeuvres : Plages arrière architecte
Aménageurs : Sequano / Plaine commune
Surface SHON : 1 690 m2
Cout : 3,5 M€ HT
Date de livraison : Novembre 2016

Logements 27-29-31 rue Lécuyer, Plages arrière architecte (Aubervillier)<br/> Crédit photo : COUSIN-MARSY David Plan de situation<br/> Crédit photo : dr - Plan d'étage (R+2)<br/> Crédit photo : dr - Vue depuis la rue Trevet<br/> Crédit photo : COUSIN-MARSY David Vue de l'entrée<br/> Crédit photo : COUSIN-MARSY David Vue sur l'escalier extérieur<br/> Crédit photo : COUSIN-MARSY David Vue de l'escalier intérieur<br/> Crédit photo : COUSIN-MARSY David Façade 1<br/> Crédit photo : COUSIN-MARSY David Façade 2<br/> Crédit photo : COUSIN-MARSY David Vue intérieure<br/> Crédit photo : COUSIN-MARSY David Vue intérieure<br/> Crédit photo : COUSIN-MARSY David

VOIR ÉGALEMENT

>> Publiés par d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Choix de d'a

Extension et rénovation partielle d'une maison familiale à Mantes-la-Jolie Publié le 16/12/2022

Maîtres d'ouvrages : privéeMaîtres d'oeuvres : Bérénice Curt Architecture, co-traitants : … [...]

Le Majestic - Scène de Montereau Publié le 23/11/2022

Maîtres d'ouvrages : Ville de Montereau-Fault-YonneMaîtres d'oeuvres : Atelier Novembre … [...]

CasArts - Grand Théâtre de Casablanca Publié le 23/06/2022

Maîtres d'ouvrages : Casablanca Aménagement S.A. / Egis Bâtiments InternationalMaîtres d'oeuvres… [...]

20 logements participatifs en volume capable sur un parking silo, Bordeaux Publié le 26/04/2022

Maîtres d'ouvrages : Le COL (Comité Ouvrier du Logement)Maîtres d'oeuvres :  Lemé… [...]

Réhabilitation et extension d'une ancienne ferme en haras d'élevage, Samer Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  C.C. Desvres SamerMaîtres d'oeuvres :  Charlotte Siwiore… [...]

74 logements sociaux Jaurès Petit, Paris 19 Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  Paris Habitat OPHMaîtres d'oeuvres :  archi5 (logements … [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Février 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
05  01 02 03 04 05
0606 07 08 09 10 11 12
0713 14 15 16 17 18 19
0820 21 22 23 24 25 26
0927 28      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…