Maisonnette à Montreuil - Cédric Brégeot Architecte

Rédigé par NICOLAS BISENSANG, JULIA TOURNAIRE, BENJAMIN AUBRY, ERWAN BONDUELLE
Publié le 25/08/2020

Maisonnette à Montreuil - Cédric Brégeot Architecte

Dossier réalisé par NICOLAS BISENSANG, JULIA TOURNAIRE, BENJAMIN AUBRY, ERWAN BONDUELLE
Dossier publié dans le d'A n°283

Architecte : Cédric Brégeot

Programme : maison individuelle

Type de MOA : privée

Surface SDP : 43,5 m2

Surface SHAB : 42,5 m2

Coût de construction : 100 000 euros HT

Coût de revient : 120 000 euros TTC

Livraison : 2017

C’est une petite maison blanche qui s’insère discrètement entre deux bâtisses voisines, un pavillon de l’entre-deux-guerres et un ancien atelier, caractéristique du tissu montreuillois. En passant dans cette rue à dominante pavillonnaire, on la remarquerait à peine, à l’exception de ce jeu de fenêtres en façade et de cette grande baie carrée qui la singularise et qui n’est pas sans rappeler la « House in a plum » de Kazuyo Sejima à Tokyo. Alignée sur la voie publique, cette petite construction blanche s’inscrit cependant dans un lexique bien plus francilien : maçonnerie traditionnelle, enduit gratté, toiture en pente et tuiles mécaniques confèrent à cette maison une certaine épaisseur et un sentiment de robustesse. Commanditée et conçue par l’architecte Cédric Brégeot, la maison livrée fin 2018 est construite sur son propre terrain, où il vit en famille dans un pavillon des années 1980 en cœur d’îlot, caché dans un écrin de verdure. Lors de l’acquisition du terrain, l’idée lui est vite venue de profiter de cette longue parcelle trapézoïdale de 295 m2 (7 mètres de large sur 37 mètres de profondeur) pour y édifier un nouveau logement en vue de le louer. Sans vis-à-vis avec les propriétaires, cette maison de 42 m2 – entre la taille d’un appartement T2 et d’un T3 – est aujourd’hui louée à un jeune couple, qui en apprécie la luminosité et le sentiment d’espace donné notamment par la double hauteur du salon. Percée de nombreuses fenêtres – cinq sur la façade sud côté rue et trois ouvertures zénithales –, la maison bénéficie d’une lumière constante tout en gérant subtilement les vis-à-vis. Un couloir traversant, faisant office de petit hall commun avec interphones, boîtes aux lettres et coffret concessionnaire, ouvre sur un escalier permettant d’accéder à la partie arrière du terrain réservée au propriétaire. Construite à l’époque d’un PLU plus flexible qu’il ne l’est aujourd’hui – notamment sur la question du stationnement –, cette maison, par sa relative modestie, s’inscrit dans cette histoire d’un tissu pavillonnaire vivant, qui continue à se construire et se renouveler au fil des générations.

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juillet 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
26    01 02 03
2704 05 06 07 08 09 10
2811 12 13 14 15 16 17
2918 19 20 21 22 23 24
3025 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant re…

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée par l’Éco…