Maisons augmentées : 15 logements sociaux à Riaillé

Rédigé par les architectes
Publié le 22/07/2014

Le sujet était simple – faire un projet de 15 logements à l’entrée du bourg de Riaillé, en Loire-Atlantique – mais complexe: comment dépasser le contexte de production général et particulier au projet pour proposer des logements généreux, porteurs de valeur d’usage, à 1 250 €/m² de SHAB ?

Nous pourrions décrire le projet en prenant du recul et observer une vue lointaine . On voit alors une entrée de bourg, des maisons, correspondant à l’archétype que recouvre ce mot : façades enduites et toits en pente. Le projet fait partie de ce tableau et s’insère dans le paysage par sa matérialité, son coloris et sa tonalité. Mais l’analogie ne confine pas au mimétisme. Par sa composition, il propose une variante aux modèles en place.

En effet, la densité d’occupation de la parcelle est plus importante que celle que l’on observe dans le voisinage. Cette densité est ordonnancée en une composition régulière qui structure le paysage de l’entrée de village. Enfin, en y regardant de plus près, on s’aperçoit que les plus grandes maisons associent construction apparemment traditionnelle et structure légère de jardin d’hiver.

Un peu comme si le projet opérait le collage des premier et dernier plans du paysage observé, l’abri agricole associé au pavillon. Cet ensemble reformulé dans une écriture à la fois précise, singulière et contextuelle, opère la synthèse des éléments en présence.

La parcelle est située à l’entrée Ouest de la commune. Elle est bordée au sud par le parking d’une maison de retraite, au nord par un lotissement, à l’est par un pré, à l’ouest par le boulevard Sophie Trébuchet. Parmi les 15 logements du programme, dix ont fait l’objet d’un accord avec la CARSAT et sont dédiés à des personnes âgées.


Nous avons donc proposé un système viaire constitué d’un accès boulevard Trébuchet avec une voie longeant les limites ouest et nord de la parcelle, afin de ne pas grever cette dernière du dimensionnement de voies de retournement. Au nord, une connexion avec le lotissement est opérée. Le maillage viaire est ainsi réalisé, outil nécessaire à la continuité urbaine du développement de la commune.

Les logements sont organisés en 3 rangées de maisons orientées sud et nord. Une voie de desserte distribue les bandes B et C. Situées dans la partie basse du terrain, elles regroupent les logements des personnes âgées. La maison de retraite est ainsi accessible par des cheminements doux et faiblement en pente pour les résidents qui souhaiteraient profiter des services de l’établissement.


Destinés aux familles, les logements de la bande A sont pour leur part associés au lotissement dont ils constituent en quelque sorte la conclusion ordonnée. L’ensemble du projet a été élaboré avec une pensée constructive rationnelle. Cette approche est un outil qui nous a permis de dégager la possibilité, dans une enveloppe réduite, d’une générosité des volumes, des espaces complémentaires, des ouvertures et de lumière.

Cette générosité s’est appliquée différemment selon les types de logements. Nous sommes partis de l’usage spécifique à chacun pour choisir du volume, de la répartition des surfaces, de la cabane de jardin ou du jardin d’hiver, quelle serait l’augmentation la plus pertinente.

Si l’ensemble des logements est traversant nord / sud, on peut distinguer les T2 et T3 dont les espaces séjour / cuisine sont également traversants, des T4 et T5 qui, s’ils ne sont pas ouverts au nord, voient leurs pièces de vie s’ouvrir non seulement sur le jardin, mais également sur un large jardin d’hiver.


Pour que l’ouverture sur l’extérieur soit un facteur de qualité vécue, nous avons travaillé sur la notion d’intimité en plan et en coupe. En plan, nous avons disposé les T3 au nord de la voie d’accès, nous servant de la chambre supplémentaire que propose ce type sur la base du plan des T2 pour créer des jeux de redents mettant à distance les baies vitrées des séjours ouvrant au sud. Les plantations (1 arbre par parcelle), les édicules accueillant les poubelles, les coffrets techniques ou les boîtes aux lettres constituent autant de filtres brisant la transversalité des vues entre logements.


En coupe, le décalage de niveau entre la bande du haut et celle du milieu permet de casser le vis-à-vis, dévoiler la canopée des bouquets d’arbres qui bordent le sud du site aux résidents qui entrent par leurs jardins d’hiver, et offrir une vue traversante vers son propre talus planté aux maisons de la bande du milieu.


Nous avons opéré un travail minutieux sur la distribution des logements, dans le respect des règles d’accessibilité et de la loi sanitaire obligeant à disposer 2 portes entre le sanitaire et les pièces de vie, afin de proposer de grandes chambres (16 m²) pour les maisons des personnes âgées. Considérant que cette pièce revêt une importante valeur d’usage pour une population qui peut être amenée à être alitée, nous avons proposé des espaces généreux, facilement meublables et appropriables.


Texte rédigé par Mabire Reich architectes



Maîtres d'ouvrages : Harmonie Habitat
Maîtres d'oeuvres : Mabire Reich architectes mandataires ; Chef de projet : Régis Pioche ; E2C : BET structure ; GEFI : BET fluides et environnement ; SERDB : acousticien ; CMB 44 : économiste et OPC ; SODEREF : BET VRD
Surfaces SHON (sans jardins d’hiver) : 1 155 m²
Surfaces SHON (avec jardins d’hiver) : 1 254 m²
Cout : 1 269 000 € HT

Date de livraison : Mars 2014

Jardin d'hiver<br/> Crédit photo : 11h45 - Axonométrie du projet<br/> Crédit photo : dr - 3 rangées de maisons<br/> Crédit photo : 11h45 - 3 rangées de maisons<br/> Crédit photo : 11h45 - Axonométrie de principe<br/> Crédit photo : dr - Bande A Sud<br/> Crédit photo : 11h45 - Bande B Sud<br/> Crédit photo : 11h45 - Bande C Sud<br/> Crédit photo : 11h45 - Bande A Nord<br/> Crédit photo : 11h45 - Détail<br/> Crédit photo : 11h45 - Bande A Sud<br/> Crédit photo : 11h45 - Rue<br/> Crédit photo : 11h45 - Plan Type A<br/> Crédit photo : dr - Plan Type B<br/> Crédit photo : dr - Plan Type C<br/> Crédit photo : dr - Vue intérieure<br/> Crédit photo : 11h45 - Vue intérieure<br/> Crédit photo : 11h45 -

VOIR ÉGALEMENT

>> Publiés par d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Choix de darchitectures.com

Shaker studio Publié le 10/10/2018

Maître d'oeuvre : Ariel ClaudetEntreprise : SergelecSurface SHON : 22 m²Date de… [...]

74 logements sociaux et 3 commerces, Paris 17ème Publié le 28/09/2018

Maîtres d'ouvrages : Traa architectes (mandataires)/ Maître d'oeuvre : ICF Habitat… [...]

Bâtiment Place, Lille Publié le 26/09/2018

Maîtres d'ouvrages : Soreli - Aménageur de la ZAC Maîtres d'oeuvres : Canal… [...]

Le Cap, pôle entrepreunerial à Saint-Clair-de-la-Tour Publié le 25/09/2018

Maître d'ouvrage : La Communauté de communes des Vals du DauphinéMaîtres d'oeuvres :… [...]

Maison Rouge, le musée des Vallées Cévenoles Publié le 24/09/2018

Maître d'ouvrage : Alès AgglomérationMaîtres d'oeuvres : Vurpas Architectes/… [...]

Palais de justice de Lons-le-Saunier Publié le 24/09/2018

Maîtres d'ouvrages : APIJ - Agence Publique pour l'immobilier de la Justice AMO chanter:… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Octobre 2018
 LunMarMerJeuVenSamDim
4001 02 03 04 05 06 07
4108 09 10 11 12 13 14
4215 16 17 18 19 20 21
4322 23 24 25 26 27 28
4429 30 31     

> Questions pro

Spécial logement: La quête de la qualité architecturale de l'habitat social est-elle menacée?

La loi ELAN suscite de grandes inquiétudes au sein de la profession. Trois jeunes architectes, praticiens et enseignants, expriment leur crainte…

Loi ELAN: comment produire un habitat frugal dont la valeur perçue ne soit pas celle du low cost?

Bernard blanc est directeur général d’aquitanis, l’office public de l’habitat de bordeaux métropole. Ce bailleur très engagé a déjà…

Loi ELAN: Les jeunes architectes se mobilisent

Face aux incertitudes sur l’exercice de la profession et aux débats parlementaires sur la loi Elan, de jeunes architectes ont engagé une…