Marco Zanta, à la recherche de la ville européenne

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 01/11/2008

Marco Zanta

Article paru dans d'A n°177

Intitulée UrbanEurope, la dernière série du photographe italien Marco Zanta s’organise autour des bâtiments contemporains les plus remarquables ou remarqués de ces dernières années. Au-delà des édifices, elle nous parle des contradictions et des tensions fructueuses qui surgissent lorsque le contemporain vient bousculer une situation établie.

Les villes européennes peuvent-elles rendre compte de cette construction abstraite qu’est l’Europe ? C’est pour répondre à cette question que Marco Zanta a parcouru durant quatre ans les centres-villes des pays fondateurs de l’Europe politique, l’Europe de l’Ouest, celle des pays réputés riches : « Je revenais d’un long séjour professionnel au Japon et je me posais vraiment la question de l’identité européenne. À travers ce travail personnel, je voulais construire ma vision d’une ville européenne utopique, une ville qui n’existe pas, faite de fragments d’images prises entre Helsinki et Lisbonne. » Une vision posée, précise, à rebours des clichés spectaculaires ramenés par les photographes des villes émergentes d’Asie ou du Moyen-Orient.


Marco Zanta recherchait l’antimégalopole, les villes dont l’histoire représentait un certain poids. Pour cette raison, il s’est donc tenu loin des villes de l’est du continent. Le registre des images tient des albums du XIXe siècle, comme les portfolios de « photographies des villes, paysages et peintures célèbres » rassemblés par John L. Stoddard ou les albums italiens du début du Novecento, réalisés pour les riches touristes qui parcouraient l’Europe au tournant du siècle. On pense aux frères Alinari, à Florence, et plus encore à Carlo Ponti ou au studio Naya, de Venise, ville où Marco Zanta, Trévisan d’origine, avait commencé des études d’architecture. La part du contexte est savamment dosée, plus importante que dans les photographies d’architectures qu’il réalise sur commande. « Travailler pour les architectes signifie souvent faire des images très propres, centrées sur l’édifice. J’ai souvent constaté que les architectes, les jeunes aussi bien que les stars, ne sont pas intéressés par la relation de leur bâtiment au contexte. À l’inverse, je m’intéresse à tout ce qui entre ou n’entre pas en relation avec l’édifice : les bâtiments voisins, les poteaux électriques, les panneaux indicateurs… J’ai utilisé les instruments habituels de la photographie d’architecture, le pied, la chambre photographique qui permet les décentrements, la vision des détails, pour réaliser des images autour de l’architecture. »


DE LA CONTRADICTION EN ARCHITECTURE

Europa, la ville idéale de Marco Zanta, serait plutôt à taille humaine. Les images restent proches du sol et de l’expérience du citadin, confronté parfois brutalement à ces objets d’architecture contemporaine qui emploient des langages sûrement étranges pour le néophyte. Les oppositions entre le vieux et le nouveau – les monuments des centres historiques face à la production architecturale de 1994 à 2000 – montrent qu’on peut reconstruire la ville sur elle-même sans avoir recours au mimétisme, et forment une critique voilée de l’état de l’architecture contemporaine de son pays. « Sur une image que j’ai prise à Birmingham, on voit côte à côte le magasin Selfridge, dessiné par Future Systems, et l’église gothique de Saint-Martin. Cette photographie a été publiée plusieurs fois en Italie comme exemple de ce qu’il ne faut pas faire en architecture. Pour moi, elle montre au contraire que l’ancien et le nouveau peuvent coexister de façon harmonieuse. »


Le corpus de projet choisi par Marco Zanta souligne le goût particulier des architectes contemporains pour le mutisme. Faut-il y voir un travers de la production actuelle ou plus simplement l’expression de l’inconscient du photographe ? « J’ai mis un certain temps à m’apercevoir que beaucoup d’édifices que j’avais choisi de photographier avaient peu ou pas de fenêtres, qu’ils regardaient à peine vers l’extérieur, vers leur contexte immédiat. Ce n’était pas volontaire. » Cette architecture internationale, peu connue du grand public mais largement diffusée dans les revues spécialisées du monde occidental, ne serait-elle pas une Lingua Franca, un universel basé sur des codes simples, qui piétinerait les notions de lieux et les spécificités locales constituant cette ville européenne générique que la série photographique voudrait révéler ? « Les contradictions me plaisent, en photographie comme dans les autres arts. Je pense qu’il est utile de souligner ces situations contradictoires qui nous aident à réfléchir et à avancer. »

Les articles récents dans Photographes

Julien Guinand. Two Moutains : Ashio, Kumano Publié le 20/06/2022

Au Japon, deux montagnes, deux régions éloignées l’une de l’autre, toutes deux victimes de… [...]

Carleton Watkins : Le regard du mammouth Publié le 05/05/2022

Le « mammouth » désignait l’énorme chambre photo­ graphique que Carleton Watkins emportait … [...]

Julien Gracq : L’œil géographique Publié le 29/03/2022

Le grand écrivain était géographe. Dans les années 1950, il entreprit plusieurs voyages en E… [...]

Thomas Henriot : Frontières invisibles Publié le 25/02/2022

Issu d’une grande maison de champagne, Thomas Henriot a entrepris d’explorer le fuseau septentri… [...]

Eric Tabuchi et Nelly Monnier / Atlas des régions naturelles, Vol. 1 Publié le 09/12/2021

Une exposition au Centre d’art GwinZegal de Guingamp, dans le Trégor, rend compt… [...]

Eugène Atget, Voir Paris Publié le 16/11/2021

La Fondation Henri Cartier-Bresson a consacré cet été une expos… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Septembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
35   01 02 03 04
3605 06 07 08 09 10 11
3712 13 14 15 16 17 18
3819 20 21 22 23 24 25
3926 27 28 29 30   

> Questions pro

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant re…