Mathieu Berteloot, HBAAT : "Le chantier, c'est avant tout de la négociation"

Rédigé par Maryse QUINTON
Publié le 01/12/2022

Cinéma réalisé par HBAAT

Dossier réalisé par Maryse QUINTON
Dossier publié dans le d'A n°303

Le temps du chantier est essentiel dans la pratique de l’agence HBAAT. Pour Heleen Hart et Mathieu Berteloot, cette phase décisive est celle des arbitrages où l’intégrité architecturale d’un projet peut basculer si elle n’est pas défendue par les premiers intéressés.


D’a : D’où vous vient ce goût affirmé pour le chantier ?
Heleen Hart et moi-même avons été formés à l’École d’architecture de Lille. Les enseignements de Didier Debarge (dbo architectes) et Claude Franck m’ont particulièrement marqué. Au cœur de leur enseignement se trouvait une relation forte au chantier. Ils ne dissociaient pas le savoir du faire.
Mais, au-delà de ça, durant nos études, nous avons également baigné dans le contexte du projet et du chantier d’Euralille d’OMA. C’était un morceau de ville complet qui était en train de voir le jour sous nos fenêtres. On s’y rendait très régulièrement car, à cette époque, les chantiers étaient plus facilement accessibles qu’aujourd’hui. Pour les étudiants que nous étions, ce chantier à ciel ouvert était très impressionnant : il offrait un espace pédagogique stimulant.
Je rajouterai également que cette question du chantier vient aussi d’affinités que nous avons avec des constructeurs comme Roland Simounet ou Sigurd Lewerentz. Il est vraiment fascinant d’observer les dessins de calepinage de la mise en œuvre des briques que Lewerentz a dessiné pour le chantier de l’église St. Peter de Klippan, en. Suède.

D’a : De fait, le chantier occupe aujourd’hui une place très importante dans votre pratique…
Nous préférons refuser un projet plutôt que de nous lancer avec une mission qui s’arrêtera en phase permis. La mission complète est pour nous une condition indispensable. Lorsque nous avons créé l’atelier Hart Berteloot, nous avons volontairement fait le choix d’une structure à petite échelle afin d’avoir la maîtrise sur le chantier. Nous sommes huit, une taille d’agence qui correspond à notre façon de travailler. À l’atelier, toute l’équipe travaille aux études, toute l’équipe travaille en maquette, de la même manière que chacun d’entre nous est sur le chantier (...)

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
52      01
0102 03 04 05 06 07 08
0209 10 11 12 13 14 15
0316 17 18 19 20 21 22
0423 24 25 26 27 28 29
0530 31      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…