Mobilier d'architectes et voûtes romanes

Rédigé par Hiba EL OMARI
Publié le 28/05/2019

Jeu de piste à la Cité de l’architecture & du patrimoine ! Pour la première fois, l’exposition « Mobilier d’architectes, 1960-2020 » se déploie dans toute la Cité, y compris dans les galeries des collections permanentes et la bibliothèque. Elles accueillent et mettent en scène les créations de mobilier, accessoires et luminaires des grands architectes de ces soixante dernières années. L’enjeu de cette exposition est d’inscrire le mobilier dans la déambulation tout en favorisant un changement de distance par rapport aux collections permanentes. Le visiteur pourra ainsi apprécier des peintures romanes du XIIe siècle dans des télescopages saisissants avec du design numérique…

La production de mobilier semble avoir été récupérée par les nouveaux « spécialistes » du genre, les designers. Or cette exposition est l’occasion de rappeler que les architectes conçoivent, d’un même geste, mobilier, luminaires et bâtiments depuis au moins 150 ans. Il s’agit ici de dresser un panorama critique de tous les « mobiles » qui conduisent l’architecte au mobilier. 


Si la production mobilière des architectes de la Sécession viennoise, de l’Art Déco, du Bauhaus ou du mouvement Moderne a été largement documentée, celle des architectes des années 1960 à nos jours a été très peu étudiée. Pour pallier à ce manque, l’exposition présentera près de 300 pièces. Prototypes, pièces uniques, éditions limitées ou des grandes séries, tout est une invitation à parcourir les galeries de la Cité. Il faut compter une bonne heure de marche pour tout voir et bien plus encore pour apprécier tous les clins d’œil et subtilités de mise-en-scène aussi bien des pièces entre elles que dans les rapports à leur contexte. La voûte de Saint-Savin-sur-Gartempe ou la coupole de Cahors pourront ainsi être saisies dans un dialogue inédit avec du design numérique. Mais on pourra également être confronté à des rapprochements plus convenus. Dans le lieu-bibliothèque de la cité, sont exposés les objets-bibliothèques de Claude Parent et Sou Fujimoto.


Dans la galerie Carlu, on pourra remarquer deux types d’expérimentations déconstructivistes pour l’éditeur suisse Vitra. Avec la chaise Documenta, Paolo Deganello, architecte du mouvement radical italien,  déconstruit tous les éléments de la chaise en les traitant chacun de façon différente. Le résultat est une chaise disloquée, retournée, dont tous les éléments structurels ont perdu de leur pouvoir signifiant. Les déconstructivistes autrichiens de Coop Himmelblau proposent quant à eux de détourner, non sans humour, une référence : le LC2, fauteuil iconique en cuir noir de Le Corbusier. Il convient ici de rappeler le sous-titre accompagnant le fauteuil : « Vodöl est l’art de s’assoir confortablement sur une poutre volante ».


Une série d’assises, sortes de trônes vacants investissent la très confidentielle galerie des chapelles romanes. Ces chaises vides nichées dans les alcôves revêtent une dimension quasi liturgique. Une invitation à une contemplation silencieuse où l’on pourra notamment apprécier la précision du fauteuil Well tempered chair en feuilles d’acier pliées boulonnées de Ron Arad.


Dans la galerie Davioud, sous la charpente Eiffel héritée de l'Exposition universelle de 1878, deux « focus étranger » entretiennent un dernier type de rapport dialogique entre les productions de deux pays très distincts par leurs spécificités culturelles et leur histoire politique, le Japon et le Brésil.


A la Cité de l'architecture & du patrimoine, du 29 mai au 30 septembre 2019. 

Les articles récents dans Actus brèves

Musée des Beaux-Arts de Reims, une renaissance très attendue Publié le 25/07/2019

« Cette fois, c’est la bonne ! », aurait pu s’exclamer le maire de Reims, Arnaud Robinet. La… [...]

Architectures amazoniennes au pavillon du Brésil Publié le 24/07/2019

Jair Bolsonaro, dans une tirade climatosceptique, se défendait vendredi dernier de mettre en… [...]

Venise 2020 : Appel à projet pour le Pavillon français Publié le 19/07/2019

« Comment vivrons-nous ensemble » est le thème retenu pour la 17e édition de la Biennale… [...]

Maine-Montparnasse : après la tour, le quartier Publié le 16/07/2019

L’équipe lauréate de l’aménagement du quartier Maine Montparnasse, dont le mandataire est… [...]

Trois immeubles et une tour pour EuroRennes Publié le 09/07/2019

L’équipe composée des agences Julien de Smedt (Copenhague et Bruxelles), Stéphane Maupin… [...]

Bellastock tout en [Melting] Botte de paille ! Publié le 05/07/2019

Comme chaque année depuis 2006, Bellastock organise son festival d’architecture expérimentale… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Août 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
31   01 02 03 04
3205 06 07 08 09 10 11
3312 13 14 15 16 17 18
3419 20 21 22 23 24 25
3526 27 28 29 30 31  

> Questions pro

Îlot Say, le droit d’auteur l’emporte

Le droit d’auteur des architectes et des artistes étant souvent bafoué*, l’ordonnance de référé rendue le 10 mai 2019 par le tribunal de…

PPP annulé pour les écoles marseillaises

Entre novembre 2018 et février 2019, la justice a donné raison par deux fois à des instances régionales et nationales de l’Ordre des…

Conception-réalisation : le conseil de l’Ordre des architectes des Pays de la Loire veille

En novembre dernier, statuant sur le non-respect des procédures de la commande publique, trois arrêts de la cour administrative d’appel de…