Musée des Beaux-Arts de Reims, une renaissance très attendue

Rédigé par Hiba EL OMARI
Publié le 25/07/2019

« Cette fois, c’est la bonne ! », aurait pu s’exclamer le maire de Reims, Arnaud Robinet. La nouvelle vient de tomber, l’extension et la réhabilitation du musée des Beaux-arts de Reims a été confiée aux frères Aires Mateus. Le concours pour la réhabilitation du musée avait été lancé en 2011 et la proposition du britannique David Chipperfield avait été retenue. Au grand dam des caisses de la commune, le projet de 55 millions d’euros a été abandonné en 2014, embarquant dans sa chute cinq millions d’euros d’études. 

Après de coûteuses indécisions, l’abbaye Saint-Denis de Reims, datant du 18e siècle et abritant le musée des Beaux-arts depuis 1918, va être entièrement restaurée, réaménagée et agrandie. Le musée devrait ouvrir ses portes fin 2023 avec une surface d’exposition triplée. La ville de Reims vient de sélectionner le groupement réuni autour de Francisco et Manuel Aires Mateus. Les architectes portugais qui ont livré en 2017 le centre de création contemporaine Olivier Debré de Tours, sont attendus comme les gages messianiques d’une renaissance certaine. 

Le projet permet aux frères Aires Mateus de proposer une fois de plus une variation sur le thème du cloître. L’obsession de l’agence portugaise pour l’introversion semble s’imposer avec plus de pertinence ici qu’elle n’a pu l’être pour d’autres projets non-retenus. On pourra citer le récent Learning Center de l’université Lyon 2 ou l’extension de la Neue Nationalgalerie de Berlin.

C’est religieusement que Fransisco Aires Mateus explique le « geste » résurrecteur du projet : « Il propose de rénover un lieu à partir d’un bâtiment existant, de revendiquer l’urbanité perdue de ses cloîtres et, dans ce mouvement, créer une identité urbaine renouvelée, une ville redessinée. […] C’est dans le renforcement de la matrice originelle du lieu que le nouveau projet s’enracine. […] Le projet propose de redessiner les anciens cloîtres de l’abbaye dans un geste unique et clairement contemporain dans son dessin. » 

La ville de Reims et la Région Grand Est sont les financeurs du projet de restructuration et d’extension du musée des Beaux-arts de Reims estimé à 45,3 M€ TTC.

[A redécouvrir dans cet article du d’a 233, quelques occurrences de ces projets qui battent en retraite]

Les articles récents dans Actus brèves

Christophe Hutin pour le pavillon français de la biennale de Venise Publié le 16/10/2019

L’architecte Christophe Hutin vient d’être désigné pour la réalisation du pavillon… [...]

1er Palmarès d’Architecture de Corse Publié le 10/10/2019

Le 27 septembre dernier s’est tenue à Ajaccio la remise des prix du premier Palmarès… [...]

Si à 50 ans on n'a pas construit de Rolex headquarters c'est qu'on a raté sa vie d'architecte Publié le 10/10/2019

Après l’Allemagne avec la James Simon Gallerie de Berlin, c’est maintenant aux États-Unis de… [...]

STUN Camp, les militants du temporaire Publié le 04/10/2019

Le collectif d’occupation temporaire Bruxellois, Communa, organise du 10 au 20 octobre à… [...]

Bercy veut-il tuer l’architecture ? Publié le 02/10/2019

L'Autorité de la concurrence a décidé de retenir que certains CROA avaient mis en œuvre … [...]

Fibra Architectures au pavillon de l’Arsenal Publié le 25/09/2019

Au lendemain des admonestations de Greta Thunberg devant les représentants de l’ONU, le pavillon… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Octobre 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
40 01 02 03 04 05 06
4107 08 09 10 11 12 13
4214 15 16 17 18 19 20
4321 22 23 24 25 26 27
4428 29 30 31    

> Questions pro

Assistance à maîtrise d’ouvrage : l’hypertrophie des équipes est-elle nécessaire ?

Assistant à maîtrise d’ouvrage (AMO), maître d’ouvrage délégué (MOD), bataillon de conseillers…, la maîtrise d’ouvrage s’évertue …

Îlot Say, le droit d’auteur l’emporte

Le droit d’auteur des architectes et des artistes étant souvent bafoué*, l’ordonnance de référé rendue le 10 mai 2019 par le tribunal de…

PPP annulé pour les écoles marseillaises

Entre novembre 2018 et février 2019, la justice a donné raison par deux fois à des instances régionales et nationales de l’Ordre des…