À Nantes, une fabrique de ville Trois opérations urbaines

Rédigé par Jean-Paul ROBERT
Publié le 05/09/2019

Au cœur de la métropole nantaise, trois ensembles distincts et livrés simultanément par les mêmes concepteurs témoignent d’une façon de faire la ville dans laquelle la volonté publique se concilie les acteurs privés. Où il se vérifie que l’exercice urbain est un exercice éminemment politique.

En 2012 était livré sur l’île de Nantes un immeuble de bureaux (repère 0 sur la vue ci-dessus) réalisé pour le compte d’un maître d’ouvrage privé. Il fut alors remarqué pour ses qualités géométriques et minérales, qui tranchaient avec les réalisations de ces années-là en ces lieux-là. Ce qui explique que les concepteurs furent appelés, un peu plus tard, pour les trois opérations présentées dans les pages qui suivent. Elles donnent l’occasion de souligner à quel point les qualités d’une intervention architecturale dépendent de celles des conditions qui la rendent possible.
Ainsi la première opération, intitulée « Désiré Colombe », est-elle particulièrement exemplaire. (...)



DÉSIRÉ COLOMBE
L’opération conjugue un programme public – la création d’un pôle associatif en lieu et place de l’ancienne Bourse du travail et de l’Institut Livet qui lui était attenant, celle d’un centre de la petite enfance et d’un jardin – avec un programme privé de logements en accession. L’organisation antérieure des bâtiments autour de cours intérieures a été reconduite. La réhabilitation a permis de dégager quelques grands volumes abritant salle de danse ou de musique et, sous la rotonde d’angle, une salle de réunion. Un des enjeux de l’opération était la reconstruction des salons Mauduit, salle de fête inscrite dans la mémoire de plusieurs générations de Nantais. Son déplacement sous une des cours a libéré la place pour les bâtiments neufs. Ces derniers reprennent l’épaisseur de ceux abritant l’ancienne Bourse du travail. Inhabituelle, elle a conduit à proposer des logements traversants T3 prolongés par des loggias sur chacune de leurs faces. C’est que, situés comme ils sont au plus près du centre-ville, ils s’adressent davantage à une clientèle aisée et plutôt âgée, n’ayant plus besoin de très grandes surfaces. Pour éviter l’effet d’escalier provoqué par la forte déclivité du terrain, les bâtiments neufs sont découpés par des brèches : occasions de proposer de grandes terrasses profitant à quelques appartements d’exception.

NANT’ÎLE
Cette opération est composée d’un important programme de logements en accession – sociale pour une partie d’entre eux –, de surfaces commerciales et de bureaux banalisés. Située dans l’île de Nantes, elle est dans le prolongement des jardins des Fonderies – du nom de l’ancienne usine sur les vestiges de laquelle ils se trouvent. Elle s’organise autour d’une rue intérieure qui y mène depuis le boulevard traversant l’île sur lequel elle s’affiche. Cette rue est encadrée par le socle des surfaces commerciales, dont l’épaisseur est supérieure à celle des logements. Elle est scandée par des ruelles perpendiculaires, entre les avenues que longent les bâtiments : toutes prescriptions édictées par le règlement urbain de l’île.
L’écriture des logements est très sculpturale : le béton couleur tuffeau – ce calcaire qui caractérise constructions et paysages de Loire –, se retourne dans les loggias qui profitent aux logements et les mettent à distance des façades. L’épaisseur donnée aux murs et aux planchers, la belle matière de ce béton soyeux très bien mis en œuvre par une entreprise locale (l’entreprise Legendre, pour la citer) donnent corps et sensualité à ces façades, presque abstraites.
Par contraste, l’immeuble en tête du boulevard est pour sa part habillé de façades-rideaux en aluminium, qui lui donnent l’allure d’une petite tour. Très soigneusement dessiné et proportionné, il superpose une grande surface, les plateaux de bureaux et, aux deux derniers étages, des logements installés là pour profiter des vues exceptionnelles sur la ville et le fleuve. Ceux-ci sont en retrait des façades extérieures, ici aussi pour préserver leur intimité et éviter la trivialité d’un affichage domestique.

REFLETS DE LOIRE
Cette autre opération privée est composée de logements en accession sociale et d’une surface d’activité à rez-de-chaussée. Elle se trouve en périphérie du centre, face au pont Willy-Brandt et au stade Marcel-Saupin, au milieu de divers édifices de diverses époques et de diverses qualités.
La composition vise à concilier les échelles discordantes de cet environnement quelque peu éclaté et chaotique tout en répondant aux divers points de vue par lesquels elle est abordée. Elle est si réussie qu’elle apparaît centrale, au foyer d’un ensemble hétéroclite qu’elle semble organiser. Habile retournement que poursuivent la géométrie, l’écriture et la plastique architecturales. Car l’architecture conjugue elle-même différentes échelles, et joue des épaisseurs, des percements, des loggias, ainsi que des surfaces murales et des effets graphiques de leurs revêtements.

Désiré Colombe<br/> Crédit photo : MIARA Patrick Nant’île<br/> Crédit photo : MIARA Patrick  Reflets de Loire<br/> Crédit photo : © We are  content(s)

VOIR ÉGALEMENT

>> Choix de d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Publiés par d'a

Cinéma municipal, Marcq-en-Baroeul Publié le 06/07/2021

Maîtres d'ouvrages : Ville de Marcq-en-Barœul  Maîtres d'oeuvres : HBAAT mandataire,… [...]

Restauration d’une halle et d’un beffroi, Saint-Lô Publié le 06/07/2021

Maîtres d'ouvrages : Ville de Saint-Lô Maîtres d'oeuvres : HBAAT, mandataire avec… [...]

Entre deux mondes : Résidence étudiante et ascenseur public, Marseille Publié le 06/07/2021

Maîtres d'ouvrages : Ametis PACA, Logis Méditerranée, Fac-Habitat Maîtres d'oeuvres… [...]

Grandes demeures : Deux villas, Aix-en-Provence Publié le 06/07/2021

Maîtres d'ouvrages : privéMaîtres d'oeuvres : Atelier Stéphane FernandezEntreprises… [...]

Imaginer l’existant : Réunion de deux maisons individuelles, Toulouse Publié le 06/07/2021

Maîtres d'ouvrages : privéeMaîtres d'oeuvres : BASTSurface : 140 m2Cout… [...]

Habiter le sol : 20 logements collectifs, rue de la Cour-des-Noues, Paris 20e Publié le 04/05/2021

 Maîtrise d’ouvrage : Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP)Maîtrise… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juillet 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
26   01 02 03 04
2705 06 07 08 09 10 11
2812 13 14 15 16 17 18
2919 20 21 22 23 24 25
3026 27 28 29 30 31  

> Questions pro

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes. Avec les marchés, globaux, les entreprises sont en…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°1

Passés en un lot unique en dérogeant au principe d’allotissement, les marchés globaux mettent l’entreprise mandataire au premier plan. S’ils…