Nicolas Floc’h : Paysages liquides

Rédigé par Anne FREMY
Publié le 03/07/2024

Tateyama, Japon, –23 mètres, 2013 © Nicolas Floc’h

Article paru dans d'A n°318

Si les terres fermes ont été presque entièrement explorées et représentées, ce n’est pas le cas des océans dont seulement 5 % sont aujourd’hui cartographiés, alors qu’ils représentent 71 % de la surface du globe. C’est en tant qu’artiste que Nicolas Floc’h s’empare de cette immensité pour en faire le sujet principal de son œuvre. Ses images, en rupture avec l’iconographie courante du monde sous-marin, sont aussi édifiantes sur le plan documentaire qu’efficientes sur le plan esthétique.

Nicolas Floc’h est né en 1970. À 17 ans, il choisit d’être apprenti marin-pêcheur et embarque pour deux ans sur un chalutier. Il est déjà un observateur attentif des ressources du milieu marin. Plus tard, il rejoint l’École des beaux-arts de Glasgow, dont il est diplômé en 1998. Mais il ne quitte pas la mer pour autant. Marin et plongeur, il construit depuis 2010 une œuvre fluide dans laquelle la photographie se conjugue avec la sculpture, l’installation, ou le film. À la différence des peintres et des photographes des paysages terrestres, Nicolas Floc’h ne se tient pas devant ce qu’il voit, il entre physiquement dans ce paysage liquide dont il est partie prenante. Les territoires marins qu’il investit sont la plupart du temps ignorés ou inaccessibles et son œuvre vise avant tout à rendre visible ce monde invisible dans lequel il nous immerge en même temps que lui. Pourtant la performance physique et logistique qu’implique son travail n’est pas perceptible dans les images qui en résultent. Leur dimension documentaire n’affecte pas leur valeur esthétique. Elles sont là, sans effort apparent ni effet visuel, soutenues par des protocoles de prises de vue toujours identiques : le noir et blanc, qu’il considère plus proche de la réalité monochrome des profondeurs, est dévolu à l’inventaire des paysages sous-marins, de la Bretagne au Japon. Ce choix lui permet, dit-il, de s’éloigner des stéréotypes de la représentation des milieux subaquatiques qu’il photographie en lumière naturelle. Quant à la couleur, elle est réservée aux magnifiques et surprenants nuanciers qui témoignent des variations chromatiques de l’eau, en fonction de sa profondeur et de sa composition organique, sans trucage. Les fonds marins se contemplent comme les paysages des pionniers de la photographie, les couleurs de l’eau se regardent comme des peintures abstraites, et les récifs artificiels, présentés ici, comme des(...)

Les articles récents dans Photographes

Sandrine Marc : la ville, le livre, le laboratoire Publié le 29/04/2024

Délicate et profonde, l’œuvre de Sandrine Marc couvre tout le processus photographique, de l… [...]

Abelardo Morell - Écrire avec la lumière Publié le 01/04/2024

En 2001, le peintre anglais David Hockney publiait un ouvrage consacré à l’usage des appareils … [...]

Bertrand Stofleth, Géraldine Millo : le port de Gennevilliers, deux points de vue Publié le 11/03/2024

Le CAUE 92 de Nanterre accueille jusqu’au 16 mars 2024 une exposition intitulée «&nbs… [...]

Yves Marchand et Romain Meffre Les ruines de l’utopie Publié le 14/12/2023

L’école d’architecture de Nanterre, conçue en 1970 par Jacques Kalisz et Roger Salem, abandonn… [...]

Aglaia Konrad, des images agissantes Publié le 20/11/2023

Aglaia Konrad, née en 1960 à Salzbourg, est une photographe qui se consacre entièrement à l’ar… [...]

Maxime Delvaux, une posture rafraichissante Publié le 11/10/2023

Maxime Delvaux est un jeune photographe belge, adoubé par des architectes tels que Christian Kerez,… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juillet 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
2701 02 03 04 05 06 07
2808 09 10 11 12 13 14
2915 16 17 18 19 20 21
3022 23 24 25 26 27 28
3129 30 31     

> Questions pro

Quel avenir pour les concours d’architecture publique ? 1/5

Structure des procédures, profil des équipes à monter, références à afficher, éléments de rendus…, les concours publics connaissent depuis…

« En décidant de ne pas tout transformer, tout change » - Entretien avec Alexandre Chemetoff

Réutiliser, transformer, restructurer, revaloriser… autant d’actions souvent recommandées quand les enjeux de l’époque incitent à retravai…

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer leurs factures en PDF sur la plateforme Chorus, …