Nova, un habitat pluriel à Saint-Jacques-de-la-Lande

Architecte : Chouzenoux architecture
Rédigé par les architectes
Publié le 30/07/2020

Le projet «Nova» convoque un habitat pluriel porté par un promoteur privé, Bâti-Armor et un bailleur social, Néotoa. Il se situe à Saint-Jacques-de-la-Lande, commune périphérique de la Métropole Rennaise. Il affiche la volonté de mixer des formes d’habitats collectifs et intermédiaires, et au-delà, d’offrir les qualités de l’habitat individuel dans un ensemble collectif situé en milieu urbain.

Le site, une ancienne école installée sur rue, ménage une grande cour à l’arrière. Ce terrain tout en profondeur se glisse entre un quartier résidentiel pavillonnaire avec des typologies de logements allant jusqu’au R+1 + combles et un quar­tier plus urbain, composé de bâtiments pouvant monter jusqu’en R+4. Le projet s’insère donc dans un environnement bâti plutôt hétéroclite, composé de nombreux vides, générant des espaces dédiés aux jardins.

La forme architecturale et urbaine du projet vise donc à affirmer la transition, tant typologique que morphologique, entre les pavillons et les collectifs, qui la cernent de part et d’autre.

En premier lieu, dans un souci de quiétude, l’ensemble des véhicules est capté en sous-sol, dans un parking commun à l’ensemble des habitants, permettant ainsi de donner un caractère exclusivement piétonnier au site.

Le projet trouve son sens et son positionnement urbain vis à vis des typologies qui le composent. En effet, il se traduit par la pluralité de son habitat : des logements collectifs [33], des intermédiaires [18] et un bâtiment existant, à l’entrée du site, conservé et réhabilité, accueillant 6 logements. Ce bâtiment, une ancienne école, est le point d’ancrage du pro­jet. Adressé directement sur la rue, les logements qui le réinvestissent, n’occupent pas toute l’épaisseur du bâti. Ainsi des jardins d’hiver se sont installés côté rue, à l’intérieur même du bâti, générant un espace tampon protecteur pour les duplex qui profitent des combles existants.

Ce bâtiment devient aussi l’entrée du site, la porte vers le cœur du projet. La création d’un grand hall traversant en double hauteur permet une liaison douce et progressive depuis l’espace public vers le cœur du projet, partagé par les habitants.

Cette entrée généreuse donne accès à une sente piétonne, qui irrigue le projet. D’un côté de cet axe [à l’Ouest], les logements collectifs se callent en R+3, à la hauteur correspondant aux collectifs voisins. De l’autre côté [à l’Est], les logements intermédiaires [T3 et T4 duplex en RDC et T2 avec terrasse en R+2 et R+1] s’abaissent progressivement pour dialoguer avec les maisons voisines. La volumétrie générale est complexe et progressive.

En périphérie de la parcelle, sont installés des jardins individuels et collectifs, afin de maintenir un écart avec le voisi­nage. Ceux-ci fabriquent la dernière frange du site.

L’architecture du projet se révèle dans la qualité et la multiplicité des logements et des espaces annexes, qui se déve­loppent sous forme de cour, patio, loggia et terrasse. La plupart des logements, comme des villas à patio, se construit en équerre ou en U, autour de ces espaces procurant un usage domestique avéré et de multiples orientations tout en limitant significativement les vis à vis.

Les logements intermédiaires en R+2, ne disposant pas de jardin, ont été agrémentés de serres permettant l’accès à un espace potager. Elles font office de «pare-vue». Elles protègent l’intimité des espaces, qui prolongent le logement. Proximité et non promiscuité.

Au-delà de donner accès aux différents types d’habitats, la sente piétonne permet aussi la liaison entre les espaces paysagers qui sont hiérarchisés et dimensionnés suivant leur degré communautaire, résidentiel et individuel :

. La placette commune, comme lieu de rencontre et d’animation d’un village, permettant les échanges et les jeux.

. Des cours d’accès et des seuils de maisons.

. L’entre-deux qui donne accès aux logements, aux boîtes aux lettres et locaux jardins.

Trois matériaux sont utilisés. L’enduit blanc sur maçonnerie, l’aluminium du métal déployé et le polycarbonate blanc laiteux. La simplicité des matériaux répond aux trois usages : privatif / communautaire / serre-cellier.

De part, la conception, la combinaison et l’articulation singulière des plans et des volumes, le projet offre des es­paces de partage, de retrait [multiples et riches de son dialogue avec le bâti existant] et d’intimité. Malgré une forte densité, il maintient ainsi une échelle domestique.



Maîtres d'ouvrages : Bâti Armor / Néotoa
Maîtres d'oeuvres : Chouzenoux architecture (CHZX) ; co-traitants : Thalem / Ares / Lemonnier / Aires Paysage
Entreprises :
Surface SHON : 3 775 m²
Cout : 5 080 700 €
Date de livraison : Livré en 2019

Nova, un habitat pluriel à Saint-Jacques-de-la-Lande, CHZX<br/> Crédit photo : MIARA Patrick Nova, un habitat pluriel à Saint-Jacques-de-la-Lande, CHZX<br/> Crédit photo : MIARA Patrick Nova, un habitat pluriel à Saint-Jacques-de-la-Lande, CHZX<br/> Crédit photo : MIARA Patrick Nova, un habitat pluriel à Saint-Jacques-de-la-Lande, CHZX<br/> Crédit photo : MIARA Patrick Nova, un habitat pluriel à Saint-Jacques-de-la-Lande, CHZX<br/> Crédit photo : MIARA Patrick Nova, un habitat pluriel à Saint-Jacques-de-la-Lande, CHZX<br/> Crédit photo : MIARA Patrick Nova, un habitat pluriel à Saint-Jacques-de-la-Lande, CHZX<br/> Crédit photo : MIARA Patrick Nova, un habitat pluriel à Saint-Jacques-de-la-Lande, CHZX<br/> Crédit photo : MIARA Patrick Nova, un habitat pluriel à Saint-Jacques-de-la-Lande, CHZX<br/> Crédit photo : MIARA Patrick Nova, un habitat pluriel à Saint-Jacques-de-la-Lande, CHZX<br/> Crédit photo : Chouzenoux architecture Nova, un habitat pluriel à Saint-Jacques-de-la-Lande, CHZX<br/> Crédit photo : Chouzenoux architecture Nova, un habitat pluriel à Saint-Jacques-de-la-Lande, CHZX<br/> Crédit photo : Chouzenoux architecture Nova, un habitat pluriel à Saint-Jacques-de-la-Lande, CHZX<br/> Crédit photo : Chouzenoux architecture

VOIR ÉGALEMENT

>> Publiés par d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Choix de d'a

20 logements participatifs en volume capable sur un parking silo, Bordeaux Publié le 26/04/2022

Maîtres d'ouvrages : Le COL (Comité Ouvrier du Logement)Maîtres d'oeuvres :  Lemé… [...]

Réhabilitation et extension d'une ancienne ferme en haras d'élevage, Samer Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  C.C. Desvres SamerMaîtres d'oeuvres :  Charlotte Siwiore… [...]

74 logements sociaux Jaurès Petit, Paris 19 Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  Paris Habitat OPHMaîtres d'oeuvres :  archi5 (logements … [...]

Groupe scolaire Simone Veil, Villejuif Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  Ville de VillejuifMaîtres d'oeuvres :  Dominique Coulon … [...]

Groupe scolaire du Moulon, Gif sur Yvette - plateau Saclay Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  Établissement Public Paris Saclay (EPAPS)Maîtres d'oeuvres : … [...]

Sciences Po, Hôtel de l'Artillerie, Paris Publié le 24/04/2022

Maîtres d'ouvrages : La Fondation Nationale des Sciences Politiques (FNSP)Maîtres d'oeuvres :… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Août 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
3101 02 03 04 05 06 07
3208 09 10 11 12 13 14
3315 16 17 18 19 20 21
3422 23 24 25 26 27 28
3529 30 31     

> Questions pro

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant re…

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée par l’Éco…