L’OLED, lumière du futur

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 16/03/2012

Article paru dans le d'A n°206

Cousine de la LED, l'OLED ouvre de nombreuses possibilités d'application de la lumière. Une start-up toulonnaise se propose d'adapter cette technologie de pointe aux besoins des architectes.
L'OLED (Organic Light-Emitting Diode) est une technologie de pointe permettant l'émission de lumière à partir d'un semi-conducteur organique au lieu d'un semi-conducteur classique, comparable aux « puces » des micro-ordinateurs, utilisé par les LEDs. Les semi-conducteurs organiques sont obtenus par un dépôt chimique de polymères ou de cristaux sur un support rigide. Pour l'instant, il s'agit du verre, mais l'utilisation de métaux est également envisagée. L'OLED produit donc de la lumière à partir d'une surface et non d'un point : sa courbe photométrique présente la forme d'un halo dit « lambertien », semblable à celui des lampes à incandescence.

Ses caractéristiques – très faible épaisseur, faible consommation, émission de lumière sans chaleur, pilotage possible par des systèmes de gestion – sont idéales pour le domaine de l'architecture et le design, malgré une puissance encore faible. Dans les OLED, la lampe (la source lumineuse) et le luminaire (le support de la lampe) sont confondus. Le dépôt luminescent peut être sérigraphié et recevoir n'importe quel motif. À l'heure actuelle, le principal domaine d'application des OLED est le téléphone portable : Samsung a utilisé en 2011 un million d'OLED pour le rétro-éclairage de son Smartphone $Galaxy$.


De l'automobile à l'architecture

Société française basée à Toulon, Astron Fiamm est une start-up spécialisée dans la production d'OLED pour les secteurs de la médecine et des transports. L'industrie automobile se montre particulièrement intéressée par l'utilisation de luminaires extra plats, qu'elle souhaiterait insérer dans les habitacles ou utiliser pour les feux arrière. Elle a récemment étendu ses activités à l'architecture et l'aménagement intérieur, créant une marque dédiée, Blackbody.

La présence sur ce marché est une façon pour la société de rentabiliser ses investissements dans des outils complexes et onéreux – par exemple, une salle blanche –, qui vont de pair avec un personnel hyper qualifié. « La production de l'OLED mobilise trois secteurs de pointe : la micro-électronique, la physico-chimie, qui traite de l'organisation moléculaire, et la chimie fonctionnelle, qui sert à contrôler les transferts de molécules », résume Bruno Dussert-Vidalet, pdg de Blackbody, lui-même micro-électronicien de formation. La société a non seulement recruté des docteurs en physique et électronique, mais elle a fait appel aussi à l'artisanat. Un maître verrier a été embauché pour exécuter des découpes carrées dans des verres high-tech présentant des tensions internes très spécifiques.


Un coût qui devrait chuter

Blackbody a produit, en son nom propre ou pour Roche-Bobois, des petites séries de luminaires à partir de dalles de verre utilisées pour les façades d'écrans 19 pouces. Mais sa vocation est surtout le marché des « moutons à cinq pattes » : « Nous visons les projets dans lesquels la lumière apporte une forte identité, participe à la signature du bâtiment : les halls d'entrée, les salles de réunion », déclare Bruno Dussert-Vidalet. Il affirme d'ailleurs recevoir de très nombreuses demandes d'architectes pour des programmes publics comme privés, et participe même à des concours aux côtés d'agences d'architecture.

La collaboration avec des professions artistique et technique permet à l'entreprise d'explorer un domaine neuf, où subsistent de nombreuses inconnues. La création de luminaires personnalisés a pour l'instant un coût, non négligeable : le spectaculaire $Big Bang$, développé par l'agence Archimage et le designer Bertrand Médas pour un cabinet d'avocats lyonnais, a coûté la bagatelle de 34 000 euros. Un prix qui réserve pour l'instant ces produits aux projets à très gros budgets, mais qui est amené à chuter. « Nous ne sommes qu'aux balbutiements de la technologie. L'observation montre que les courbes de prix des produits électroniques connaissent deux inflexions majeures. La première survient lorsque les volumes de production sont suffisamment importants pour optimiser le coût de la production. L'investissement dans des outils plus performants contribue à la seconde baisse des prix. À l'heure actuelle, l'OLED n'a passé aucun de ces deux seuils », conclut Bruno Dussert-Vidalet.

Dans les années à venir, les téléviseurs devraient recourir massivement à l'OLED. L'augmentation de la demande pourrait diviser les prix actuellement pratiqués par un facteur de cinq à dix en moins de cinq ans. Les questions énergétiques, qui réclament une gestion plus raisonnée de l'éclairage, pousseront sans nul doute à l'introduction de cette technologie dans le monde du bâtiment, au côté de l'hégémonique LED.


<www.blackbody-oled.com>.

35, rue Pasteur, ZI Toulon Est BP 320, La Fanède

83077 Toulon Cedex 9.

Contact : info@blackbody-oled.com.

Tél. +33 (0)4 94 61 72 90.


> Autres produits dans la même catégorie

Sous-sols de paris: terres…

Est-il possible de réemployer les déblais…

La pampille de la marine

Face à la place de la Concorde, l’hôtel de la…

Innover avec la pierre

Au sein du collectif Studiolada, les architectes…

De l'âge de glace à…

Depuis dix ans, Karola Dierichs et Achim Menges…

Tissage de lin en façade…

Situé au 140, boulevard Clichy dans le 18e …

Super, Quercus suber, les…

D’abord et toujours utile pour boucher les…

Inventer la fraîcheur

En écho au concours « faire » et aux ambitions…

Accessibilité : en finir…

Dans le jargon professionnel, on les appelle les …

Quand la céramique…

Depuis 2010, Martin Bechthold dirige un atelier…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Les produits de la rédaction
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Innovations

Sous-sols de paris: terres d’avenir ? Publié le 14/05/2019

Est-il possible de réemployer les déblais générés par les chantiers du Grand Paris pour les… [...]

La pampille de la marine Publié le 08/04/2019

Face à la place de la Concorde, l’hôtel de la Marine fait actuellement l’objet d’une… [...]

Innover avec la pierre Publié le 01/03/2019

Au sein du collectif Studiolada, les architectes Christophe Aubertin et Benoît Sindt développent… [...]

De l'âge de glace à l'ère numérique Publié le 10/12/2018

Depuis dix ans, Karola Dierichs et Achim Menges dirigent un laboratoire de recherche fondamentale… [...]

Tissage de lin en façade du cinéma Wepler Publié le 02/11/2018

Situé au 140, boulevard Clichy dans le 18e arrondissement parisien, le cinéma Wepler a fait… [...]

Super, Quercus suber, les nouveaux usages du liège Publié le 01/10/2018

D’abord et toujours utile pour boucher les bouteilles de porto ou de Dom Pérignon, le … [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
18  01 02 03 04 05
1906 07 08 09 10 11 12
2013 14 15 16 17 18 19
2120 21 22 23 24 25 26
2227 28 29 30 31   

> Questions pro

PPP annulé pour les écoles marseillaises

Entre novembre 2018 et février 2019, la justice a donné raison par deux fois à des instances régionales et nationales de l’Ordre des…

Conception-réalisation : le conseil de l’Ordre des architectes des Pays de la Loire veille

En novembre dernier, statuant sur le non-respect des procédures de la commande publique, trois arrêts de la cour administrative d’appel de…

Transmettre ou ne pas transmettre son agence

En société ou libéral, quelles sont les questions qu’un architecte doit se poser en matière de transmission ? Daniel Seddiki, expert-comptable…