Palais de Justice de Béziers - Ateliers 2/3/4/

Architecte : Ateliers 2/3/4/
Rédigé par les architectes
Publié le 11/03/2017

PROTÉGER, TEMPÉRER, ÉCLAIRER

Un équipement public, lieu par nature ouvert sur la ville, est, plus que tout autre bâtiment, facteur d’urbanité. Il signifie, invite, ravive la ville. Le palais joue ainsi de la dualité entre une monumentalité urbaine requise par l’institution judiciaire et la sérénité nécessaire au traitement d’affaires délicates affectant la vie des individus : entre les empilements de trois lits de roches, tels des blocs de pierre en carrière, s’étend une oasis paysagère qui filtre la lumière, tempère l’atmosphère, et relie les espaces accessibles au public. Les vides qualifient les pleins : A chaque niveau, redans et patios s’installent entre les blocs. Les masses décalées favorisent l’entrée de lumière, créent des paysages intérieurs, protègent les locaux de toute vue intrusive. Sécurité des façades et confidentialité sont ainsi très simplement assurées.

Le béton sablé et matricé, par sa monochromie, ses irrégularités, bullages, griffures et aspérités, donne force et épaisseur à une matière rustique. Le parvis, constitutif de la symbolique de la justice, en est ici l’antichambre, l’entrée en matière, lieu institutionnel extérieur abrité : ouvert sur la vie urbaine, il apaise, protège et accueille.

 

LUMIÈRE APPRIVOISÉE, SÉRÉNITÉ, CONFORT

Les vides s’ouvrent entre les roches pour constituer des puits et failles de lumière, des terrasses et patios, pourvoyeurs de lumière. Ce dispositif compact installe un climat intérieur tempéré, dans une ambiance intérieure marquée par les transparences et jeux de lumière ; les atmosphères seront modulées suivant les saisons, selon la nécessité de se protéger du soleil ou de l’introduire dans l’espace.

La transparence des pas-perdus donne à voir le jardin d’ombres du patio central, planté de fougères arborescentes, qui répartit et relie les espaces d’attente publique et les salles d’audience du palais.

Mobiliers intégrés des espaces publics et mobiliers tertiaires ont été dessinés pour assurer le confort et la modernité des lieux d’accueil et de travail. Chaque détail, par sa sobriété formelle et constructive, concoure à la perception de la sensualité des matières et du confort des lieux, pour contribuer à rendre ici une justice sereine.



Lieu : Béziers (34), 93 Avenue du Président Wilson
Programme : Tribunal de Grande Instance, tribunal d'Instance, tribunal de Commerce et Conseil des prud'hommes - salles d'audiences, espaces tertiaires et espaces partagés
Maîtres d'ouvrages : APIJ, Agence Publique pour l'Immobilier de la Justice

Maîtres d'oeuvres : Ateliers 2/3/4/ ; BET et Economie : CET, Frédéric Ménière ; Paysagiste : Tournesol, Francis Farges
Entreprises : Groupement SOGEA SUD, entreprise générale, SNEF et Thermatic
Surface SHON : 8057 m2
Coût : 16,5 M HT
Date de livraison : Mai 2016

Palais de Justice de Béziers - Ateliers 2/3/4/ <br/> Crédit photo : BROYEZ Charly Le palais joue de la dualité entre une monumentalité urbaine requise par l’institution judiciaire et la sérénité nécessaire au traitement d’affaires délicates.<br/> Crédit photo : BROYEZ Charly Plan masse<br/> Crédit photo : Ateliers 2/3/4/ - Plan de rez-de-chaussée<br/> Crédit photo : Ateliers 2/3/4/ - Plan de niveau<br/> Crédit photo : Ateliers 2/3/4/ - Coupe sur le projet<br/> Crédit photo : Ateliers 2/3/4/ - Coupe sur le projet<br/> Crédit photo : Ateliers 2/3/4/ - Le parvis, constitutif de la symbolique de la justice, en est ici l’antichambre, l’entrée en matière, un lieu institutionnel extérieur abrité.<br/> Crédit photo : BROYEZ Charly La transparence des pas-perdus donne à voir le jardin d’ombres du patio central, planté de fougères arborescentes.<br/> Crédit photo : WeAreContents - Salle d’audience du Palais : à l'intérieur s'installe un climat tempéré, dans une ambiance marquée par les transparences et jeux de lumière. <br/> Crédit photo : WeAreContents - Les vides qualifient les pleins : A chaque niveau, redans et patios s’installent entre les blocs.<br/> Crédit photo : WeAreContents - Les masses décalées favorisent l’entrée de lumière, créent des paysages intérieurs, protègent les locaux de toute vue intrusive.<br/> Crédit photo : BROYEZ Charly

VOIR ÉGALEMENT

>> Publiés par d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Choix de d'a

Extension et rénovation partielle d'une maison familiale à Mantes-la-Jolie Publié le 16/12/2022

Maîtres d'ouvrages : privéeMaîtres d'oeuvres : Bérénice Curt Architecture, co-traitants : … [...]

Le Majestic - Scène de Montereau Publié le 23/11/2022

Maîtres d'ouvrages : Ville de Montereau-Fault-YonneMaîtres d'oeuvres : Atelier Novembre … [...]

CasArts - Grand Théâtre de Casablanca Publié le 23/06/2022

Maîtres d'ouvrages : Casablanca Aménagement S.A. / Egis Bâtiments InternationalMaîtres d'oeuvres… [...]

20 logements participatifs en volume capable sur un parking silo, Bordeaux Publié le 26/04/2022

Maîtres d'ouvrages : Le COL (Comité Ouvrier du Logement)Maîtres d'oeuvres :  Lemé… [...]

Réhabilitation et extension d'une ancienne ferme en haras d'élevage, Samer Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  C.C. Desvres SamerMaîtres d'oeuvres :  Charlotte Siwiore… [...]

74 logements sociaux Jaurès Petit, Paris 19 Publié le 25/04/2022

Maîtres d'ouvrages :  Paris Habitat OPHMaîtres d'oeuvres :  archi5 (logements … [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Février 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
05  01 02 03 04 05
0606 07 08 09 10 11 12
0713 14 15 16 17 18 19
0820 21 22 23 24 25 26
0927 28      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…