Paul Vincent, 30 ans auprès de Renzo Piano

Rédigé par Christine DESMOULINS
Publié le 02/11/2015

Dossier réalisé par Christine DESMOULINS
Dossier publié dans le d'A n°240

« Architecte et inventeur », Paul Vincent a complété au CNAM sa formation initiale de l’ENSA Paris-Malaquais. Trois décennies d’innovation pour Renzo Piano Building Workshop (RPBW) ayant débouché sur une cinquantaine d’ATEx, d’avis techniques et de brevets avec des industriels témoignent de la diversité des innovations qu’une équipe pluridisciplinaire peut développer sur les grands projets. 


Après avoir notamment participé aux projets de l’Ircam, de la Cité internationale de Lyon, du centre culturel Jean-Marie Tjibaou, de la maison Hermès à Tokyo, de la tour de la banque Intesa-Sanpaolo à Turin ou de l’ENS Cachan, il travaille actuellement sur le chantier de la Citadelle universitaire et publique d’Amiens comme consultant pour RPBW. Innovant au plan environnemental (façades motorisées asservies, toitures végétalisées, ventilation naturelle hybride asservie à un anémomètre) et expérimental par sa mixité d’usages, ce chantier donne lieu à deux dépôts de brevets déposés par Terreal avec Paul Vincent et AIA Ingénierie. Le premier concerne la place publique de 3200 m2 mètres carrés et la terrasse haute de 1000 m2 formées d’un sol drainant écologique mixte « céramique pelouse » parfaitement horizontal qui supporte des camions de 10 tonnes. Le second porte sur un plancher collaborant voussoirs terre cuite/dalles béton développé avec Olivier Canat d’AIA et testé au CSTB. Pour lui, innover ne se limite pas à trouver des solutions pratiques à un problème mais aussi à réécrire le programme et à optimiser le projet pour le partager et favoriser l’appropriation. « L’innovation ne se fait pas sans partenaire et repose sur un process et l’idée d’étapes successives à franchir. La première consistait à définir les besoins avec Renzo Piano, puis à monter une équipe de haut vol. Il faut bien sûr un client motivé pour mener le projet et résoudre les questions liées aux ATEx et avis techniques. En faisant des recherches d’antériorité lors du dépôt de brevet, on voit souvent qu’un siècle plus tôt d’autres ont réfléchi au même sujet. Il faut en tout cas financer la recherche pour mettre en oeuvre des bâtiments vertueux. Si l’on dépose une ATEx, on a accès aux ingénieurs du CSTB les plus compétents en la matière, ce qui est une garantie de sécurité pour un maître d’ouvrage. L’ATEx anticipée n’est nullement risquée. C’est même une sécurité à valoriser ! On doit souvent contourner les marchés publics pour anticiper l’innovation. Il faut commencer par prévoir dans le contrat de maîtrise d’oeuvre un petit poste financier R&D/pré-prototypes, à utiliser dès le début des études et à ajouter un budget prototypes dans les marchés des entreprises, ce qui les oblige à montrer leur savoir-faire. » 



LABORATOIRE 

Les célèbres façades VEC transparentes extra fines à ouvrant masqué de l’Ircam, complétées par les montages à sec des briques enfilées dans des tiges inox, ont souvent été copiées. « La première option était d’utiliser des briques de chantier resurfacées, mais aucune entreprise n’a accepté de répondre à ma consultation et Renzo Piano souhaitait réutiliser des briques ordinaires, précise Paul Vincent. Philippe Malé, Laurent Guiraud et moi-même avons breveté une pièce permettant d’utiliser des briques enfilées dans ces tiges inox verticales avec des joints assurant à la fois le calage, l’écartement de 5 mm et l’écoulement de l’eau. » Il en va de même des façades de la Cité internationale de Lyon. Les bardeaux extrudés en terre cuite à montage très rapide sont vendus dans le monde entier par Terreal sous avis technique et les façades double peau étaient parmi les premières au monde motorisées et asservies à des sondes de températures. Le CSTB a contribué aux études. « Comme d’autres bâtiments de Renzo Piano, cette Cité internationale qui a mobilisé pendant vingt ans une équipe à mes côtés est un laboratoire, ajoute-t-il. Outre le premier grand chantier de toitures végétalisées type Tec(h)floor en France, citons les plafonds techniques intégrés du musée d’Art contemporain et une dizaine d’autres innovations, dont certaines conçues avec le paysagiste Michel Courajoud et l’ingénieur horticole Claude Guinaudeau (plantations en réseaux d’arbres sans fosses en terre-pierre, boulevard urbain en enrobé drainant, etc.). » Sur les projets conçus par RPBW et faute de se satisfaire des produits du marché, il aime inventer des produits. Sur les grandes cases du centre Tjibaou, il a mis au point avec l’équipe de RPBW, François Marre d’Agibat Lyon et Jacques Gandemer du CSTB une ventilation naturelle asservie à un anémomètre et des structures cycloniques collées en iroko et fonte d’acier montées sans tolérance. La maison Hermès de Tokyo a vu la création d’une chaîne de fabrication de pavés de verre de 45 x 45 sur 12 cm d’épaisseur chez Vetroarredo en Italie et la mise au point, chez Schmidlin et Takenaka Corporation, d’un système de montage de panneaux échelle articulés. Les problèmes sismiques et coupe-feu ont été résolus avec des bandes fibreuses utilisées par la NASA. À Turin, la tour bioclimatique de la banque Intesa-Sanpaolo, récemment livrée par RPBW, est l’une des premières tours du monde labellisées LEED Platinum. « Dessinée par le soleil et le vent avec une asymétrie liée à la courbe du soleil et des planchers préfabriqués creux à inertie respirant la nuit, cette tour sophistiquée mais simple d’emploi est gérée par un Building Management System (BMS), ajoute Paul Vincent. Notre équipe de recherche a développé des technologies environnementales très poussées : structures, façades, ventilation et usages sont interconnectés. Il n’y a pas de climatisation, mais des plafonds froids, un éclairage LED indirect à 70 % et des déflecteurs aérodynamiques d’entrée d’air pour les planchers ventilés la nuit. Au sommet, à 160 mètres de haut, une serre froide ventilée naturellement offre un espace public avec jardin, restaurant, un petit musée et un café. Dotée d’une façade double peau inversée, elle est elle aussi asservie à un BMS. 

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juin 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
22 01 02 03 04 05 06
2307 08 09 10 11 12 13
2414 15 16 17 18 19 20
2521 22 23 24 25 26 27
2628 29 30     

> Questions pro

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes. Avec les marchés, globaux, les entreprises sont en…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°1

Passés en un lot unique en dérogeant au principe d’allotissement, les marchés globaux mettent l’entreprise mandataire au premier plan. S’ils…

Une initiative exceptionnelle pour endiguer l’inexorable transformation du logement social en…

Le 15 janvier 2021 a été remis le rapport sur la qualité d’usage et la qualité architecturale du logement social. Pour la première fois ce…