Philharmonie : du pain et des roses

Rédigé par Paul CHEMETOV
Publié le 13/03/2014

Réagissant à notre enquête sur la Philharmonie de Paris publiée dans le numéro de mars et à un article laudatif paru récemment dans l'Humanité, Paul Chemetov (AUA) fait part de son indignation. Il dénonce la somptuosité du projet dans un contexte économique pénible pour tous et rappelle que la qualité d'un édifice ne se situe pas nécessairement dans l'excès de la dépense au m2.


Retrouvez l'enquête : « Y-a-t-il un scandale de la Philharmonie ? »

Toute la presse se fait l’écho du chantier de la Philharmonie de Paris. Jean Nouvel, son auteur, est le plus célèbre des architectes français, un des rares titulaires du Pritzker, le Nobel de l’Architecture. Ce projet installe la musique au cœur d’un quartier populaire, en bordure du périphérique même, dans le parc de la Villette, à côté de la Cité de la Musique et du Zénith. L’idée d’une salle où les spectateurs sont répartis tout autour des musiciens, comme celle des toits accessibles à la promenade font partie des atouts du projet.


Mais il est difficile de dénoncer quotidiennement, et non sans raison, la hausse de la TVA, de l’énergie, des transports en commun, des loyers, des impôts et de voir 386 millions d’euros (le triple du budget initial) d’argent public dépensés pour 20.000 m² construits, soit près de 20.000 €/m². (ce qui revient à dire que le m² d’un bâtiment fixe coûte six fois plus cher que le m² d’un objet motorisé !). Ne soyons pas misérabilistes, mais ce projet coûte plusieurs fois le prix d’un théâtre habituel. Cette défense et illustration de l’inventivité et du talent de Jean Nouvel ne risque t-elle pas, de se retourner contre l’idée même de la dépense culturelle ? C’est la vie entière de travail de plus de cinq cent salariés payés au SMIC (ils sont encore trois millions en France) qui sont là investis. La sobriété est une nécessité du monde où nous vivons, elle est la condition d’une meilleure distribution des richesses et des biens, dans les pays riches certes comme la France, mais aussi entre pays pauvres et pays riches.


On a envie de dire à Jean Nouvel, quand l’argent public s’installe durablement dans la rareté, de faire la preuve de son talent authentique et singulier dans des budgets compatibles avec les moyens de la société. Des roses sans aucun doute, mais aussi du pain. Et puisque que la culture ne saurait être l’apanage d’une seule élite, ce n’est pas en augmentant, sans raison, le prix des bâtiments et donc leur coût de fonctionnement et donc celui des places, que l’on démocratisera l’écoute de Mahler ni même de Mozart. La culture ne peut vivre sans subventions -si elle doit échapper à la logique marchande-, mais cela engage d’autant plus la responsabilité de tous ceux qui contribuent à la faire vivre. Abu Dhabi peut sans doute faire construire une coupole de 180 m de diamètre flottant sur l’eau. Est-ce là l’idéal auquel nous aspirons ? Est-ce la représentation d’une culture qui serait élitiste pour tous, selon le slogan ?


La démocratie a besoin de symboles, la Tour Eiffel ou Beaubourg ont marqué leur siècle. Le MUCEM à Marseille a tout récemment frappé les esprits, mais ce dernier bâtiment a coûté quatre fois moins au m² que la Philharmonie. Leurs programmes ne sont pas comparables certes, mais l’expressivité, l’invention sont les mêmes. Si des bâtiments publics quittent les chemins de la rationalité pour aller vers l’intention sculpturale, ont-ils besoin de s’exprimer à de telles échelles ? La magnificence du Taj Mahal avait pour contrepartie l’esclavage. A l’opposé, Ronchamp, en son temps -modeste chapelle- sculpture totale, a bouleversé le monde architectural. Il n’est pas besoin de gigantisme pour « amener à la culture par l’architecture » comme le dit Jean Nouvel. On souhaiterait que cette exigence se manifeste aussi et d’abord dans le logement des hommes, aujourd’hui abandonné aux logiques du marché et du produit, même quand ils sont emballés comme des paquets cadeaux. La première maison de culture, c’est tout de même le logis de chacun et à ne transmettre la culture architecturale que par quelques projets d’exception ne recrée t-on pas des conditions d’un élitisme, que l’on dit vouloir combattre ?


Paul Chemetov, le 12 mars 2014

Les articles récents dans Points de vue / Expos

La politique de l’architecture après la Covid-19 Publié le 12/10/2020

Nombreux sont ceux qui naturellement ont imaginé que l’architecture devait proposer ses… [...]

Si l’échec est un but, la transition écologique du BTP pourrait être un chef-d’œuvre Publié le 12/10/2020

Des conflits d’intérêts, Une « task force », Un rapport secret, Une… [...]

« Frémissements » : Susanna Fritscher au Centre Pompidou-Metz Publié le 25/08/2020

L’installation de Susanna Fritscher investit de ses fils blancs l’intérieur de l’un des … [...]

L’habitat collectif en zugzwang Publié le 25/08/2020

Le zugzwang est une situation du jeu d’échecs dans laquelle le joueur est contraint de jouer… [...]

Miroir grossissant Publié le 30/06/2020

Le confinement fut propice aux imaginaires du monde d’après. Avec le déconfinement, c’est… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.
J AUZOLLE   -   le 15/03/2014

Cette réaction de M Chemetov n'est pas digne d'un débat de qualité. Elle est tout simplement perverse et elle nourrit d'autres velléités !

1°) Un Smartphone coute 600€, alors qu'un portable de précédente génération était à quelques dizaines d'euros ! Qui s'en plaint à la vue des différences de possibilités ? Il y a des sauts générationnels qui imposent des sauts qualitatifs d'exigence. Qui veut jeter son smartphone parce qu'il correspond à peu près au montant mensuel perçu par un RMIste ? Le débât n'est pas là !

Il ne s'agit pas de concevoir une philharmonie qui ne coûterait pas cher, citer Ronchamp comme le fait Chemetov, c'est citer une représentation du monde qui n'existe plus ! Mais ici le scandale, très mal expliqué dans l'enquête de D'A d'ailleurs, est lié au mensonge d'avoir occulté, le débat de la réalité du coût réel d'un tel équipement. Il s'agit du transfert du débat démocratique de la réalité d'un coût, d'un objectif, et des moyens d'y parvenir. C'est l'Etat qui est en faute avant même M Nouvel. L'Etat parce qu'il s'est laissé grugé avec autant de facilités et n'a tout simplement pas fait son travail de contrôle.

2°) Citer le MuCEM en exemple, c'est aller un peu vite en besogne. Un musée n'est qu'un hangar, et dans le cas du MuCEM, un hangar vide qui repose sur un bluff ! Un auditorium fait appel à des sciences de l'invisible. Une multitude d'exigences qui vont de la sensation de la perception, et du sentiment de confort (ou d'inconfort,) d'une mise en situation. C'est autre chose que l'ambiance vulgaire façon crazy-saloon du MuCEM... que l'on risque d'avoir envie d'effacer d'ici trente ans, comme certains médiocres ensembles de logements conçus dans les années 80 parce que justement enfermés dans des dogmes dépassés.

Jérôme Auzolle, Le 15 mars 2014

Jos DEROUBAIX   -   le 14/03/2014

Je gage que l'accessibilité du public aux toits est un leurre. J'espère me tromper. Quelqu'un connait-il le prix du m2 d'autoroute ou celui du Grand Paris Express?

> L'Agenda

Octobre 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
40   01 02 03 04
4105 06 07 08 09 10 11
4212 13 14 15 16 17 18
4319 20 21 22 23 24 25
4426 27 28 29 30 31  

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…