Piano et diabolo

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 04/04/2016

Article paru dans le d'A n°243

À Amiens, Renzo Piano Building Workshop, avec AIA Ingénierie, revisite un de ses matériaux fétiches, la terre cuite. Posée au sol, elle doit être à la fois carrossable et perméable, minérale et végétalisable. Soit une ancienne citadelle en brique au coeur de la Picardie, avec en son centre le vide d’une ancienne place d’armes.

La reconversion de ce site de 22 hectares en université a été confiée à Renzo Piano (voir d’a n° 235 de mai 2015). La brique des murs de la forteresse ne pouvait que trouver un écho chez l’architecte qui s’est plusieurs fois illustré pour son utilisation innovante de la terre cuite – le Centre des congrès de Lyon, les logements rue de Meaux ou l’IRCAM à Paris en témoignent. L’innovation dans la céramique est présente à Amiens, sous forme de plancher collaborant ou d’un revêtement de sol PMR, deux solutions étudiées en partenariat avec AIA Ingénierie et qui ont fait l’objet d’ATEX spécifiques. « Renzo Piano Building Workshop souhaitait pour la place d’armes un revêtement minéral laissant une part au végétal, qui puisse aussi être posé sans aucune pente sur une surface de 3 600 m2 », explique Pierre Kerien, chargé du projet chez AIA Ingénierie. Les solutions de pavé-ciment engazonné disponibles sur le marché paraissaient peu satisfaisantes en raison de problèmes de surchauffe en périphérie des zones qu’elles délimitent, qui perturbent la croissance de la végétation. La réglementation PMR interdisait par ailleurs que l’épaisseur des joints dépasse les 2 centimètres, laissant une quantité de terre insuffisante pour les plantes.


Le diabolo est dans les détails

Le « diabolo » répond à ces contraintes. Le nom décrit la section de bardeaux de terre cuite extrudée, réalisée en collaboration avec la société Terreal. Le rétrécissement de la pièce en son milieu forme une cavité pouvant recevoir la terre, ici un substrat particulier étudié par un ingénieur horticole et composé à 70 % de gravats récupérés sur le chantier. Des agrafes placées à chaque extrémité des pièces empêchent leur

basculement. Elles sont fabriquées en polyamide, un matériau qui permettait une production de masse : 50 000 pièces étaient nécessaires pour la pose sur chantier. La longueur des pièces – 1,2 mètre au maximum – est fonction des contraintes de production des filières d’extrusion. Les éléments ont subi de nombreux tests : test de démontage/ remontage, de passage de tondeuse, de résistance au roulement. Le cahier des charges prévoyait au départ que le revêtement de sol de la place supporte le passage de camions de 40 tonnes. A été mis en évidence la nécessité de renforcer le fond de forme. Sur le chantier, les diabolos ont été posés sur des lits de sables dont les fines hyper drainantes ont été éliminées. Le maître d’ouvrage a pour l’instant limité le passage aux véhicules de moins de 3,5 tonnes. Le diabolo sera prochainement commercialisé dans différents coloris, y compris des teintes claires rapprochant la terre cuite de l’aspect béton.


[ Maîtrise d’oeuvre : Renzo Piano Building Workshop, Paul Vincent asocié en charge du projet, Marie Pimel responsable des aménagements extérieurs – Ingéniérie TCE : AIA ingénierie, Piere Kerien, Noémie Fuzeau, Olivier Garnier, Jérôme Mic olon. Mise au point substrat : Claude Guinaudea u ingénieur hortic ole . ]

> Autres produits dans la même catégorie

Innover avec la pierre

Au sein du collectif Studiolada, les architectes…

De l'âge de glace à…

Depuis dix ans, Karola Dierichs et Achim Menges…

Tissage de lin en façade…

Situé au 140, boulevard Clichy dans le 18e …

Super, Quercus suber, les…

D’abord et toujours utile pour boucher les…

Inventer la fraîcheur

En écho au concours « faire » et aux ambitions…

Accessibilité : en finir…

Dans le jargon professionnel, on les appelle les …

Quand la céramique…

Depuis 2010, Martin Bechthold dirige un atelier…

Vers la fin du logement…

Tandis que les architectes se mobilisent contre…

Blocs en stock - Du…

Spécialisé depuis plus de…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Les produits de la rédaction
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Innovations

Innover avec la pierre Publié le 01/03/2019

Au sein du collectif Studiolada, les architectes Christophe Aubertin et Benoît Sindt développent… [...]

De l'âge de glace à l'ère numérique Publié le 10/12/2018

Depuis dix ans, Karola Dierichs et Achim Menges dirigent un laboratoire de recherche fondamentale… [...]

Tissage de lin en façade du cinéma Wepler Publié le 02/11/2018

Situé au 140, boulevard Clichy dans le 18e arrondissement parisien, le cinéma Wepler a fait… [...]

Super, Quercus suber, les nouveaux usages du liège Publié le 01/10/2018

D’abord et toujours utile pour boucher les bouteilles de porto ou de Dom Pérignon, le … [...]

Inventer la fraîcheur Publié le 30/08/2018

En écho au concours « faire » et aux ambitions affichées de la Ville de Paris de penser… [...]

Accessibilité : en finir avec les salles de bains moches Publié le 25/06/2018

Dans le jargon professionnel, on les appelle les « produits d’assistance pour personnes en… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mars 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
09    01 02 03
1004 05 06 07 08 09 10
1111 12 13 14 15 16 17
1218 19 20 21 22 23 24
1325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Transmettre ou ne pas transmettre son agence

En société ou libéral, quelles sont les questions qu’un architecte doit se poser en matière de transmission ? Daniel Seddiki, expert-comptable…

L'architecte et les jurys

Qui juge et que juge-t-on dans les jurys ? La loi Elan récuse les concours pour les logements sociaux. Le Grand Prix national d’architecture…

Spécial logement: La quête de la qualité architecturale de l'habitat social est-elle menacée?

La loi ELAN suscite de grandes inquiétudes au sein de la profession. Trois jeunes architectes, praticiens et enseignants, expriment leur crainte…