Préserver le logement modeste et le patrimoine populaire :Granby Four streets community land trust

Rédigé par - JOFFROY PASCALE ET GUILPAIN LAURELINE
Publié le 28/03/2020

Dossier réalisé par - JOFFROY PASCALE ET GUILPAIN LAURELINE
Dossier publié dans le d'A n°279

Quels rôles peut jouer l’architecte dans la production alternative du logement ? Le community land trust Granby Four Streets, situé à Liverpool en Angleterre, redonne progressivement vie à un patrimoine de terraced houses, maisons en bandes typiques de l’habitat anglais du début du XXe siècle, tout en affirmant sa destination d’habitat populaire accessible aux personnes modestes. Le collectif pluridisciplinaire londonien Assemble intervient auprès du CLT depuis 2013, l’accompagnant dans des missions allant de l’architecture à la régénération d’activités dans le quartier.

L’histoire du quartier cosmopolite de Granby, constitué de rangées de petites maisons accolées en brique et à bow-window accueillant les vagues successives de travailleurs immigrés, est symptomatique de la politique urbaine libérale menée en Angleterre depuis les années 1960. Très durement touché par l’effondrement de l’industrie portuaire des années 1970, le quartier insalubre et qui faisait déjà l’objet d’un premier plan de résorption tombe en déprise urbaine. Les commerces ferment et les vacances de logement se précipitent : Liverpool va ainsi perdre plus de 100 000 habitants entre 1970 et 1980.

Le début des années 2000 voit la mise en place de plans nationaux de régénération urbaine pour les régions les plus dévastées par la crise économique. Parmi eux, le Housing Market Renewal Initiative veut reconquérir les quartiers populaires fragilisés en y créant une nouvelle offre résidentielle à destination des classes moyennes. La démolition des maisons, sur des terrains préalablement préemptés par la puissance publique, assure la production de fonciers à bâtir, vendus ensuite à des investisseurs immobiliers privés. Cinq mille maisons dégradées, majoritairement des terraced houses, sont rachetées par la ville de Liverpool ; 80 % sont détruites. Idéalement situées en proximité immédiate du cœur de ville, les rues de Granby en sont d’autant concernées. Mais les investisseurs ne se révèlent pas aussi réactifs que prévu et les démolitions laissent place à de vastes zones vacantes.

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mars 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
0901 02 03 04 05 06 07
1008 09 10 11 12 13 14
1115 16 17 18 19 20 21
1222 23 24 25 26 27 28
1329 30 31     

> Questions pro

Une initiative exceptionnelle pour endiguer l’inexorable transformation du logement social en…

Le 15 janvier 2021 a été remis le rapport sur la qualité d’usage et la qualité architecturale du logement social. Pour la première fois ce…

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…