Querelles de ménage au Palais de Justice, les déboires du PPP

Rédigé par Marie-Anne DUCROCQ
Publié le 14/06/2019

La vie du nouveau Palais de Justice, dessiné par Renzo Piano et livré en avril 2018 dans le quartier des Batignolles, connaît depuis ses quelques mois d’existence quelques turbulences internes. Le partenariat public privé (PPP) auquel se sont essayés l’institution judiciaire et le groupe Arélia, reçu par beaucoup avec scepticisme, semble ici révéler ses limites au point que le journal Le Monde en a fait hier sa une. 

En février 2012, un partenariat public privé était signé entre l'Établissement Public du Palais de Justice de Paris et le groupe Bouygues. Ce type de contrat permet à l’État de faire financer un bâtiment par les géants du BTP, auxquels il s'engage à verser d'importants loyers, incluant parfois le coût de l'entretien et de la maintenance, sur des durées de 15, 30, voire 40 ans. Ce type de marché permet de lancer de vastes programmes sans engager immédiatement des dépenses trop élevées, en reportant à plus tard leur paiement. Des PPP ont par exemple été signés pour le financement du Ministère de la Défense à Balard ou encore la Seine Musicale à Boulogne. Pour le Tribunal de Grande Instance (TGI), l’État s’est engagé à payer un loyer pendant vingt-sept ans à la société Arélia. Bouygues, qui est actionnaire de cette dernière, a mené les travaux du nouveau tribunal, et assure aujourd’hui sa maintenance.


Un an après la signature du contrat, un rapport de la Cour des Comptes déplorait le coût considérable des PPP, qui augmente de façon exponentiel, les loyers étant multipliés au fur et à mesure des années. Il était reproché au ministère l’absence de mise en place d’une politique budgétaire concrète permettant de soutenir sur le long terme les engagements pris dans les PPP. Ce type de contrat réduit en outre le nombre d’acteurs des marchés : seules les sociétés ayant un poids financier, juridique et administratif suffisants pour répondre à ces appels d'offres peuvent s’y engager. Enfin, la maîtrise d'œuvre tend à perdre de sa légitimité, en étant subordonnée au groupe privé, lui-même mû par la nécessité de se constituer une marge maximale.


Les débuts chaotiques du TGI de Paris ont révélé un autre problème, la difficile entente entre les propriétaires et les occupants du lieu, le président du tribunal, Jean-Michel Hayat bénéficiant d’une marge de manœuvre assez réduite dans la gestion de l’institution juridique. En témoignent les évènements récents, relatés dans l’article « L’ubuesque gestion privée du Palais de Justice de Paris » publié en une du Monde, les doléances émanent des deux côtés. La société propriétaire dépose de son côté des plaintes pénales quand surviennent des altérations dans l’édifice. Les magistrats, eux, regrettent de ne pouvoir disposer comme ils le souhaitent des murs de leurs propres bureaux, qui ne leurs appartiennent pas, ou des délais requis pour installer une prise. Ils dénoncent un manque de transparence des montants demandés par Arelia pour l’organisation des audiences, et la température trop basse de certaines salles, autour des « 19° gravés dans le contrat » signé en 2012. Le PPP engendre une lourdeur des décisions, les nombreux ajustements que réclame un bâtiment neuf mettant des mois à se résoudre. Les surcoûts sont considérables, tout ce qui n’est pas inscrit dans le contrat initial étant payant, jusqu’aux tableaux de présentation. Ces mésententes sont-elles temporaires, liées à la « mise en route » d’un bâtiment récent, ou préfigurent-elles le déclin des contrats PPP, que beaucoup souhaitent voir disparaître ? Si les conflits s’éternisent, les plus endurants peuvent prendre leur mal en patience, le TGI retournera entre les mains de l’Etat en 2044…

 

Pour consulter l’article du Monde : https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/06/12/couts-exorbitants-dialogues-de-sourds-enquete-sur-la-gestion-ubuesque-du-palais-de-justice-de-paris_5474961_3224.html

Les articles récents dans Actus brèves

31e Édition du praemium Imperiale: les lauréats 2019 Publié le 17/09/2019

Pour sa 31ème édition, l'agence Tod Williams Billie Tsien a reçu le prix Praemium Impériale.… [...]

Sou Fujimoto révèle sa vraie nature Publié le 04/09/2019

Pour accompagner la récente et médiatisée livraison de l’Arbre Blanc à Montpellier,… [...]

Des grands noms de l’architecture s’insurgent contre le projet de la Gare du Nord Publié le 03/09/2019

Dans une tribune du journal Le Monde ce matin, des grands noms de l’architecture s’insurgent… [...]

Prix Aga Khan d’Architecture, les 6 lauréats Publié le 02/09/2019

Tous les trois ans, le prix Aga Khan récompense des projets qui tendent à établir de nouveaux… [...]

Musée des Beaux-Arts de Reims, une renaissance très attendue Publié le 25/07/2019

« Cette fois, c’est la bonne ! », aurait pu s’exclamer le maire de Reims, Arnaud Robinet. La… [...]

Architectures amazoniennes au pavillon du Brésil Publié le 24/07/2019

Jair Bolsonaro, dans une tirade climatosceptique, se défendait vendredi dernier de mettre en… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Septembre 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
35      01
3602 03 04 05 06 07 08
3709 10 11 12 13 14 15
3816 17 18 19 20 21 22
3923 24 25 26 27 28 29
4030       

> Questions pro

Îlot Say, le droit d’auteur l’emporte

Le droit d’auteur des architectes et des artistes étant souvent bafoué*, l’ordonnance de référé rendue le 10 mai 2019 par le tribunal de…

PPP annulé pour les écoles marseillaises

Entre novembre 2018 et février 2019, la justice a donné raison par deux fois à des instances régionales et nationales de l’Ordre des…

Conception-réalisation : le conseil de l’Ordre des architectes des Pays de la Loire veille

En novembre dernier, statuant sur le non-respect des procédures de la commande publique, trois arrêts de la cour administrative d’appel de…