Querelles de ménage au Palais de Justice, les déboires du PPP

Rédigé par Marie-Anne DUCROCQ
Publié le 14/06/2019

La vie du nouveau Palais de Justice, dessiné par Renzo Piano et livré en avril 2018 dans le quartier des Batignolles, connaît depuis ses quelques mois d’existence quelques turbulences internes. Le partenariat public privé (PPP) auquel se sont essayés l’institution judiciaire et le groupe Arélia, reçu par beaucoup avec scepticisme, semble ici révéler ses limites au point que le journal Le Monde en a fait hier sa une. 

En février 2012, un partenariat public privé était signé entre l'Établissement Public du Palais de Justice de Paris et le groupe Bouygues. Ce type de contrat permet à l’État de faire financer un bâtiment par les géants du BTP, auxquels il s'engage à verser d'importants loyers, incluant parfois le coût de l'entretien et de la maintenance, sur des durées de 15, 30, voire 40 ans. Ce type de marché permet de lancer de vastes programmes sans engager immédiatement des dépenses trop élevées, en reportant à plus tard leur paiement. Des PPP ont par exemple été signés pour le financement du Ministère de la Défense à Balard ou encore la Seine Musicale à Boulogne. Pour le Tribunal de Grande Instance (TGI), l’État s’est engagé à payer un loyer pendant vingt-sept ans à la société Arélia. Bouygues, qui est actionnaire de cette dernière, a mené les travaux du nouveau tribunal, et assure aujourd’hui sa maintenance.


Un an après la signature du contrat, un rapport de la Cour des Comptes déplorait le coût considérable des PPP, qui augmente de façon exponentiel, les loyers étant multipliés au fur et à mesure des années. Il était reproché au ministère l’absence de mise en place d’une politique budgétaire concrète permettant de soutenir sur le long terme les engagements pris dans les PPP. Ce type de contrat réduit en outre le nombre d’acteurs des marchés : seules les sociétés ayant un poids financier, juridique et administratif suffisants pour répondre à ces appels d'offres peuvent s’y engager. Enfin, la maîtrise d'œuvre tend à perdre de sa légitimité, en étant subordonnée au groupe privé, lui-même mû par la nécessité de se constituer une marge maximale.


Les débuts chaotiques du TGI de Paris ont révélé un autre problème, la difficile entente entre les propriétaires et les occupants du lieu, le président du tribunal, Jean-Michel Hayat bénéficiant d’une marge de manœuvre assez réduite dans la gestion de l’institution juridique. En témoignent les évènements récents, relatés dans l’article « L’ubuesque gestion privée du Palais de Justice de Paris » publié en une du Monde, les doléances émanent des deux côtés. La société propriétaire dépose de son côté des plaintes pénales quand surviennent des altérations dans l’édifice. Les magistrats, eux, regrettent de ne pouvoir disposer comme ils le souhaitent des murs de leurs propres bureaux, qui ne leurs appartiennent pas, ou des délais requis pour installer une prise. Ils dénoncent un manque de transparence des montants demandés par Arelia pour l’organisation des audiences, et la température trop basse de certaines salles, autour des « 19° gravés dans le contrat » signé en 2012. Le PPP engendre une lourdeur des décisions, les nombreux ajustements que réclame un bâtiment neuf mettant des mois à se résoudre. Les surcoûts sont considérables, tout ce qui n’est pas inscrit dans le contrat initial étant payant, jusqu’aux tableaux de présentation. Ces mésententes sont-elles temporaires, liées à la « mise en route » d’un bâtiment récent, ou préfigurent-elles le déclin des contrats PPP, que beaucoup souhaitent voir disparaître ? Si les conflits s’éternisent, les plus endurants peuvent prendre leur mal en patience, le TGI retournera entre les mains de l’Etat en 2044…

 

Pour consulter l’article du Monde : https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/06/12/couts-exorbitants-dialogues-de-sourds-enquete-sur-la-gestion-ubuesque-du-palais-de-justice-de-paris_5474961_3224.html

Les articles récents dans Actus brèves

La Biennale de Venise à nouveau reportée en 2021 Publié le 18/05/2020

La Biennale de Venise annonce que la 17e exposition internationale d’architecture –… [...]

Ce qui va changer avec la RE 2020 Publié le 17/05/2020

En raison du contexte d'épidémie du Covid-19, le calendrier d'élaboration et de mise en… [...]

L’agence KOZ remporte le concours d’une nouvelle résidence étudiante à Saclay Publié le 13/05/2020

Dans le cadre d’une Opération d’intérêt national, les résidences étudiantes se… [...]

Constructions itinérantes en bois pour urgence sanitaire Publié le 06/05/2020

La sévérité de la crise sanitaire que traverse le monde, le temps qui nous est imparti en… [...]

Coopératives d’habitants : une autre façon d’habiter à l’heure du confinement Publié le 24/04/2020

Alors que le dossier du d’a 279 de ce mois-ci s’interroge sur la production du logement pour… [...]

Les territoires habités de Chine, la nouvelle exposition de Sabine Delcour Publié le 23/04/2020

De la ville fantôme d’Ordos, à la ville portuaire de Qingdao en passant… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
18    01 02 03
1904 05 06 07 08 09 10
2011 12 13 14 15 16 17
2118 19 20 21 22 23 24
2225 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

L’architecte face au confinement

Agences vides, gestion d’affaires par visioconférence, chômage partiel, télétravail… Les problèmes sanitaires posés par l’épidémie de…

Retraite, les questions en jeu

Face à l’opposition suscitée par la réforme des retraites, que ce soit dans la rue ou à l’Assemblée nationale où le projet de loi a…

Deux opportunités d’aide à la recherche

Face aux difficultés du métier d’architecte, une aide à la recherche est toujours une opportunité idéale pour orienter, confirmer ou même…