Mais à quel usage ce bâtiment est-il destiné ? - D'A n°255

Mais à quel usage ce bâtiment est-il destiné ?
  1. Sarlat, projet de Philippe Starck pour la maison de l’Oie, le centre d’information sur le foie gras.
  2. Wu Duk Zhou, un riche collectionneur chinois a racheté la sculpture de la flamme des JO de Pékin pour la dresser sur sa maison.
  3. Philadelphie, la fondation qui accueille la donation des archives des Venturi-Scott Brown est désormais accessible aux chercheurs.
  4. Hammersmith, à Londres, le musée Vidal Sassoon (inventeur du «lavé-séché») du sèche-cheveux, tout juste inauguré.

Réponse : la maison du vent, construite par l’architecte Moon Hoon (agence Moonbalsso) sur l’île de Jeju, au sud de la Corée.

Dans Learning from Las Vegas, Venturi, Scott Brown et Izenour opposaient deux types d’architecture : le hangar décoré et le canard (lorsque le bâtiment prend la forme de ce qu’il représente : un magasin de canard à la forme d’un canard…). L’architecte Moon Hoon, installé à Séoul, a surmonté cette opposition en imaginant cette maison mi-hangar, mi-canard pour cette villa de vacances sur une île balnéaire au sud de la Corée. Elle est surmontée d’une étrange tête émergeant du paysage comme un appeau de chasse flottant sur un étang. Moon Hoon dit avoir réutilisé une forme qu’il avait d’abord dessinée pour un musée du vent jamais réalisé. Il la définit lui-même comme la chevelure d’une femme qui se serait figée sous un vent glaçant et qui évoquerait « un alien, un sèche-cheveux, ou un canard ». Cette tête de canard sèche- cheveux abrite un salon (mais pas de coiffure) conçu comme un cocon. Il est accessible depuis un escalier en colimaçon placé dans le cou du palmipède et qui articule les deux parties de la maison. Moon Hoon s’est fait connaître avec des réalisations pour le moins atypiques (une Lollipop house, une maison avec des cornes de buffle…), il se passionne pour la science-fiction, la vitesse et les images érotiques. Le client, que l’architecte (qui sait de quoi il parle) qualifie d’« excentrique », n’est ni coiffeur ni éleveur mais ophtalmologue. « Si je crois que l’architecture est bien une chose extrêmement sérieuse, déclare l’architecte, nous ne sommes pas obligés de lui donner un visage solennel » : un plaidoyer pro domo en somme pour notre quèsaco.

E. C.

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Septembre 2018
 LunMarMerJeuVenSamDim
35     01 02
3603 04 05 06 07 08 09
3710 11 12 13 14 15 16
3817 18 19 20 21 22 23
3924 25 26 27 28 29 30

> Questions pro

Loi ELAN: Les jeunes architectes se mobilisent

Face aux incertitudes sur l’exercice de la profession et aux débats parlementaires sur la loi Elan, de jeunes architectes ont engagé une…

Architecte de copropriété, une piste à ne pas négliger

Les architectes se tournent parfois vers des activités considérées comme marginales, soit par goût, soit par défaut de commande traditionnelle.…

Une nouvelle boîte à outils pour reconquérir le chantier

Proie d’un arsenal administratif pléthorique, le chantier deviendrait-il pour l’architecte le lieu de tous les dangers ? En mettant en…