Remingtonstyle : L’économie doit être une prérogative de l’architecte

Rédigé par Cyrille VÉRAN
Publié le 11/12/2022

David Jouquand et Pierre Frinault, allias Remingtonstyle

Article paru dans d'A n°303

Face aux enjeux écologiques propres à l’acte de construire, David Jouquand et Pierre Frinault, alias REMINGTONSTYLE, ne font guère confiance aux auxiliaires techniques, chaque époque rendant obsolètes les précédents. Ils préfèrent pour leur part se concentrer sur la pérennité des bâtiments. Ils en soignent donc le dessin, les détails constructifs, mobilisent chaque matériau en fonction de sa pertinence. Ce travail sur les fondamentaux est indissociable selon eux d’une reprise en main de l’économie du projet qu’ils assurent depuis quelques années déjà. Ce processus itératif entre conception, descriptif et chiffrage offre l’assurance de garder la cohérence des idées jusqu’à la réalisation. De s’extraire aussi des solutions constructives courantes.

Les noms d’agences dissimulent-ils le caractère de leurs architectes ? Entre les uns qui optent pour l’anonymat des acronymes – et ces derniers, avouons-le, sèment parfois la confusion tant ils peuvent se ressembler – et les autres qui préfèrent plus simplement associer leurs patronymes, David Jouquand et Pierre Frinault ont fait un choix différent avec un titre qui claque : REMINGTONSTYLE. Évocation de l’industriel américain et de ses productions légendaires, dont la célèbre machine à écrire ? Un peu de ça mais surtout un clin d’œil à une série des années 1980, Les Enquêtes de Remington Steele, dans laquelle une détective privée basée dans les TwinTowers de NYC s’invente un patron imaginaire pour gagner en crédibilité… et ça marche. Le « ee » s’est mué en « y », une manière de pointer leur attachement à l’écriture architecturale.
Derrière l’explication amusante, on comprend vite que ces deux architectes partagent une certaine réserve, qui invite d’emblée à mettre de côté toute question d’ordre personnel pour se concentrer sur l’œuvre. Depuis la création de leur société en 2007, elle compte sept réalisations exactement, toutes émanant de la commande publique, sans compter bien sûr les concours perdus et les projets stoppés ; ce qui leur semble peu en quinze ans d’activité mais qui pourrait avoir au moins l’intérêt de les présenter avec exhaustivité dans ce parcours, sourient-ils (...)

Les articles récents dans Parcours

Graal : Les pieds sur terre Publié le 19/10/2022

Depuis la création de l’agence Graal en 2012, Nadine Lebeau et Carlo Grispello ont choisi de s… [...]

MBL architectes : MBL, l'opportune Publié le 06/09/2022

2022 est l’année de la révélation pour l’agence MBL. Lauréate du projet de transformatio… [...]

h2o Architectes : Création et patrimoine Publié le 05/05/2022

h2o architectes et Eugène sont deux agences en une qui multiplient les projets d’ampleur à tra… [...]

Collet Muller Architectes : Une œuvre parallèle Publié le 28/03/2022

Trentenaire engagé dans son temps, Antoine Collet vient de livrer une opération de logements d… [...]

Atelier Régis Roudil : Renouer des liens avec le terroir Publié le 22/02/2022

Régis Roudil aborde chaque projet avec humilité mais beaucoup de conviction. la clarté et la s… [...]

NRAU : Une question d'équilibre Publié le 06/12/2021

Nicolas Reymond a décroché toutes les récompenses convoitées lorsqu’on est jeune architecte … [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Février 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
05  01 02 03 04 05
0606 07 08 09 10 11 12
0713 14 15 16 17 18 19
0820 21 22 23 24 25 26
0927 28      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…