Réouvrir l’espace aux possibles - Le réaménagement de la place communale de Molenbeek

Architecte : A-Practice
Rédigé par Richard SCOFFIER
Publié le 11/12/2015

La place communale de Molenbeek avait la réputation d’être colonisée par des voitures arrogantes qui l’avaient soumise. Devant la mairie de la commune s’étendait ainsi une mer de véhicules qui n’acceptaient de libérer l’espace de leur étreinte qu’une fois par semaine, les jours de marché. Les architectes de A practice ont trouvé une solution.



Les édiles ont demandé aux architectes de les aider à reconquérir un espace commun bloqué qu’une partie de la population s’était indûment approprié. Ensemble, ils ont cherché à définir un espace partagé dans lequel trafic automobile, flux de vélos et de piétons, jeux d’enfants, rassemblements de badauds, rencontres amoureuses et errance baudelairienne auraient enfin droit de cité et pourraient coexister sans heurt. En amont du projet, des infrastructures disponibles ont été systématiquement recensées afin de pouvoir concentrer dans des lieux appropriés ces parasites rendant l’espace public impropre à tout autre usage. Ainsi des places de stationnement ont-elles été libérées dans des constructions existantes ou créées de toutes pièces dans de nouvelles structures. De même le périmètre de l’intervention a été étendu à toute la rue ou plutôt à la succession de placettes et d’espaces atypiques qui, parallèlement au canal, vient relier les grands axes commerçants et les connecter au métro. 



FINES SCARIFICATIONS 

L’ancienne place était très fortement hiérarchisée en trois types d’espaces monofonctionnels. D’abord, la voie carrossable bitumée et tatouée de bande blanche, clairement dessinée par les caniveaux et des bordures de pierre. Ensuite, les étroits trottoirs réservés aux piétons et souvent hérissés de potelets métalliques. Enfin, le centre pavé de briques – planté çà et là de quelques arbres anémiques – indûment occupé par les véhicules. Le projet de l’agence A practice – fondée en 2011 par Cécile Chanvillard et Vincent Piroux – se propose au contraire comme un espace unitaire. Dénivelés, bornes, revêtements hétérogènes ont été congédiés au profit d’un espace lisse au vallonnement à peine perceptible. Ainsi les fontaines jaillissent au ras du sol et les caniveaux s’apparentent à de fines scarifications à peine perceptibles. Et l’intervention artistique de Joëlle Tuerlinckx, intitulée Moment – Point zéro, a consisté à enterrer, après un véritable rituel de fondation, un monolithe de pierre bleue du Hainaut, comme pour donner une consistance, une profondeur à cette pellicule de pavés. Ce cylindre de plus de 12 tonnes est enfoui en un point de la place baptisé « centre de gravité » et affleure à peine à la surface des pavés. Les seuls éléments émergents sont des blocs de pierre qui semblent léviter à quelques centimètres du sol en rappelant les formes organiques de Hans Arp. Ils font office de bancs et sont judicieusement placés de manière à définir des micro-espaces qui se voudraient des « salons urbains ». Ils parviennent aussi à orienter et à ralentir les flux automobiles qui traversent cette zone, qui a eu l’intelligence de ne pas être piétonne pour permettre, comme dans les villes africaines – comme Lomé et ses voies défoncées à l’avant-garde de notre contemporanéité –, un mélange maximal d’activités différenciées. L’intelligence de l’équipe de A practice aura été d’offrir à la population cosmopolite de la commune un espace à sa mesure, un outil capable à très long terme de lutter contre le communautarisme et le sectarisme qui gangrènent cette commune. Une opération en tout point exemplaire que le lecteur pourra s’amuser à comparer à celle de TVK place de la République à Paris. 



MAÎTRES D’OUVRAGE : BELIRIS, COMMUNE DE MOLENBEEK-SAINT-JEAN
MAÎTRES D’OEUVRE : A PRACTICE ; PIERRE VANDERSTRAETEN, CONSULTANT EN MATIÈRE D’ESPACE PUBLIC ; ATELIER RUIMTELIJK ADVIES, INGÉNIERIE DE L’ESPACE PUBLIC ET GESTION DES COÛTS

SHON : 6000 M2 –
COÛT : 1,5 MILLION D’EUROS HTVA

LIVRAISON : DÉCEMBRE 2015

Molenbeek a reçu le prix de la maîtrise d’ouvrage publique 2015 pour cet aménagement.<br/> Crédit photo : PLISSART Marie-Françoise Avant aménagement, la place servait de parking communal<br/> Crédit photo : dr - L’installation Moment – Point zéro, de Joëlle Tuerlinckx, est un monolithe de pierre bleue du Hainaut enterré sous la place.<br/> Crédit photo : PLISSART Marie-Françoise L’installation Moment – Point zéro, de Joëlle Tuerlinckx, est un monolithe de pierre bleue du Hainaut enterré sous la place.<br/> Crédit photo : PLISSART Marie-Françoise

VOIR ÉGALEMENT

>> Choix de d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Publiés par d'a

Bunker muséologie Publié le 21/10/2022

Maîtres d'ouvrages : Bayeux Intercom (maîtrise d’ouvrage déléguée pour Bayeux Intercom, … [...]

Unpacking my library Publié le 20/10/2022

Maîtres d'ouvrages : ministère de la Culture et de la Communication, ministère de l’Éduc… [...]

A la recherche de l'aménité ; mais pour qui ? Publié le 18/10/2022

Maîtres d'ouvrages : Kaufman & Broad (lots A et C) ; Pitch Promotion (lot B… [...]

Minimal et ambigu : Centre logistique de Fondeyre, Toulouse Publié le 06/09/2022

Maîtres d'ouvrages : Lumin’Toulouse / Toulouse Logistique UrbaineMaîtres d'oeuvres : E… [...]

Salle associative citoyenne, Tréméven, Côtes-d’Armor Publié le 05/09/2022

Maîtres d'ouvrages : Commune de Tréméven Maîtres d'oeuvres : BRA. – Cotraitants : … [...]

Résurrection : Réhabilitation de l’ancienne cité administrative du boulevard Morland, Paris 4e Publié le 04/09/2022

Maîtres d'ouvrages : SPNA (Société Parisienne du Nouvel Arsenal), représentée par Emer… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Novembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
44 01 02 03 04 05 06
4507 08 09 10 11 12 13
4614 15 16 17 18 19 20
4721 22 23 24 25 26 27
4828 29 30     

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…