Roland Prédiéri architecte – urbaniste, créateur de cités-jardins alternatives aux grands ensembles

Rédigé par Philippe DEHAN
Publié le 20/01/2021

L’urbaniste et architecte Roland Prédieri, né en 1927, est décédé le 30 novembre 2020 à l’âge de 93 ans.  Fils d’une famille ouvrière antifasciste ayant émigré en France dans l’entre-deux guerres il fait ses études d’architecture à l’école des Beaux-arts, dans l’atelier Perret-Rémondet avant de rejoindre celui de Lods, Hermant, Trezzini et Zoltan. Condisciple de Paul Chemetov et de Jean Renaudie, il partage leurs convictions communistes jusqu’à ce qu’il publie un article critiquant le « réalisme socialiste » dans Trait, journal étudiant financé par le PC, ce qui le conduit à subir un « petit procès de Moscou »1 qui l’éloigne de ce premier engagement.

Issu d’une famille modeste, Roland Prédiéri doit payer ses études. Il monte une petite agence de sous-traitance, avec Renaudie et Chemetov et fait « la place » chez différents architectes comme, Lods, Herbé-Lecouteur, l’Agence du Havre, Luyck à Alger, et Pierre Pocorull. Ce dernier le met en contact avec l’industriel Jacques Riboud qui reconstruit la raffinerie Antar à Donge et le fait travailler à l’extension du village devant héberger les employés. En 1956, Riboud se lance dans la promotion immobilière, créant Jacques Riboud créations urbaines. Il s’inspire des méthodes des builders américains en intégrant structure financière, société foncière, bureau d’étude d’urbanisme et d’architecture, entreprise de construction et organisme de vente ce qui lui permet de maîtriser toute la chaîne de la production. Il fait appel à Roland Prédiéri pour diriger le bureau d’étude, de la conception à la construction. C’est ainsi qu’à 30 ans, Priédiéri devient responsable d’un bureau d’étude qui, en deux décennies, produit près de 10 000 logements dont deux petites villes nouvelles. Soulignons qu’au delà de ses fonctions classiques de concepteur, il endosse le rôle de quantity surveyor anglais ou d’aparejador espagnol, contrôlant directement les quantités et l’utilisation des matériaux sur le chantier.


Au lieu de soutenir son diplôme d’architecte, de 1959 à 1963, Prédiéri s’inscrit aux cours du Conservatoire National des Arts et Métiers, en construction civile, et suit les cours de Jean Prouvé. Le titre d’architecte lui sera finalement attribué en 1968, par une commission nationale du Ministère de la culture, pour ses réalisations professionnelles.


En intégrant l’entreprise de Riboud, Prédiéri s’éloigne de l’approche de ses anciens condisciples. Alors, que les jeunes architectes de la période ne jurent que par l’urbanisme fonctionnaliste et la poésie du béton brut, Prédiéri se réfère à Camillo Sitte2 et aux villes italiennes, comme Bologne ou les villes des Marais Pontin créées dans les années 30. Il développe un vocabulaire urbanistique inspiré des cités-jardins et une architecture modeste et économe, minimaliste mais non brutaliste, intégrant un discret vocabulaire ornemental s’exprimant dans les matériaux et les ferronneries des garde-corps. Il conçoit ainsi plusieurs grands projets urbains : 2000 logements à la Haie Bergerie à Villepreux3, 960 à La Clairière à Rambouillet, et 6200 à Verrière-Maurepas. Ce dernier projet constituera le premier noyau de Saint-Quentin en Yvelines, avant que la commune choisisse de la quitter. Ces villes nouvelles privées se composent principalement de maisons de ville et de maisons individuelles accolées ou à patio, bâties sur des parcelles souvent très petites4, préfigurant les lotissements denses d’aujourd’hui. Roland Prédiéri était ainsi fier d’avoir atteint la densité de 50 logements à l’hectare à Rambouillet5. Ces quartiers offrent la mixité fonctionnelle et programmatique qui a souvent manqué aux grands ensembles : ils intègrent quelques logements collectifs et, dès l’origine, le promoteur finance les nombreux équipements, écoles, commissariat, salle des sports, galerie commerciale, théâtre, église, bibliothèque et locaux associatifs. Roland Prédiéri les dessine avec un grand souci de composition urbaine et une démarche d’économie constructive. C’est ainsi que l’église ou la salle des sports de Villepreux sont enveloppés sur trois cotés par des immeubles collectifs, leur permettant de n’avoir qu’une seule façade en propre.


Riboud et Prédiéri développent une grande attention à la composition urbaine et aux espaces publics, dans la tradition des cités-jardins avec des mails, rues, ruelles et places, bien dessinés dans lesquels ils intègrent régulièrement des œuvres d’arts.


Bien que construit avec des coûts de production similaires à ceux des grands ensembles, malgré les dimensions réduites de certains jardinets, les quartiers ainsi créés n’ont jamais été désertés par leurs habitants d’origine. Il faut souligner que Roland Prédiéri a lui-même habité jusqu’à son décès la Haie Bergerie puis dans le quartier du Prieuré qui constitue une autre phase de développement de la ville, dont il est d’ailleurs devenu maire socialiste pendant trois mandats : 1971, 1977 et 19836.  Après Verrière-Maurepas, Roland Prédiéri continuera sa carrière en en fondant, l’Atelier de Construction, d'Urbanisme et d'Architecture (ACUA) en 1982, active jusqu’en 1988 qui concevra différents équipements comme la cité judiciaire de Creil ou la mairie de Villepreux et des opérations de logement prolongeant les principes développés avec Jacques Riboud, comme le lotissement du Parc du château de Venette dans l’Oise.


1.     Ph. Dehan, entretien avec Roland Prédiéri, Villepreux, 9 juin  2005

2.     C. Sitte, L’art de bâtir les villes, 1884, L’Equerre, 1980

3.     Pour une description plus précise de Villepreux voir mon article : Dehan Philippe, « Jacques Riboud, promoteur militant », in Histoire Urbaine n°48, avril 2017 pp95-116

4.     A Villepreux, certains terrains ne dépassent pas 70 m². De nombreux oscillent entre 120 et 180 m². Les plus petites maisons n’occupent que 44 m² au sol sur une largeur de 5,10 m.

5.     Ph. Dehan, entretien avec Roland Prédiéri, Villepreux, 9 juin  200

6.     Entretien avec R. Prédiéri le 1er mai 2002 et textes dactylographiés : « Exposé sur Villepreux » note dactylographiée de 16p., rédigée en août 1979 pour le séminaire des villes nouvelles tenu à Budapest, oct-nov 1979 ; « Villepreux 1955-1970… », op. cit. 

Les articles récents dans Actus brèves

Henri Gaudin (1933-2021) Publié le 05/03/2021

L’architecte Henri Gaudin est mort ce matin 5 mars. En retrait depuis quelques années, cette… [...]

Biennale d’architecture de Venise 2021 : le pavillon français dévoilé Publié le 04/03/2021

L’Arsenal et les Giardini de Venise devraient bel et bien ouvrir leurs portes aux visiteurs pour… [...]

Campagne ordinale 2021 : la liste Défense profession Architecte (DpA) prend la parole Publié le 03/03/2021

Le second tour des élections ordinales va prendre fin le 8 mars 2021. Pour faire suite à… [...]

La chapelle Rothko fête ses 50 ans Publié le 25/02/2021

Située à Houston aux États-Unis, la célèbre chapelle qui abrite 14 peintures de … [...]

Entretien croisé : élections ordinales, architectes mobilisez-vous ! Publié le 22/02/2021

La fin du premier tour des élections ordinales régionales s’est déroulée le 2 février… [...]

Patrimoine et architecture : jeu de bonneteau au sein du ministère Publié le 19/02/2021

Direction générale des Patrimoines et de l’Architecture, présidence de la cité de… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mars 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
0901 02 03 04 05 06 07
1008 09 10 11 12 13 14
1115 16 17 18 19 20 21
1222 23 24 25 26 27 28
1329 30 31     

> Questions pro

Une initiative exceptionnelle pour endiguer l’inexorable transformation du logement social en…

Le 15 janvier 2021 a été remis le rapport sur la qualité d’usage et la qualité architecturale du logement social. Pour la première fois ce…

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…