Ruines à l'endroit

Rédigé par Pierre CHABARD
Publié le 30/09/2018

Dossier réalisé par Pierre CHABARD
Dossier publié dans le d'A n°266

Entre les printemps 2015 et 2016, les architectes gantois Jan de Vylder, Inge Vinck et Jo Taillieu (adVVt) ont transformé un pavillon abandonné de l’hôpital psychiatrique Karus, à melle près de Gand (Belgique), en une étrange installation architecturale à ciel ouvert. deux ans après, le jury de la 16e biennale de Venise a décerné un lion d’argent à leur intervention, saluant en elle une qualité inhabituelle : « la confiance grâce à laquelle la lenteur et l’attente laissent l’architecture s’ouvrir à toute activation future » (sic). 

Reprenant une figure courante de l’esthétique de la ruine, le critique Philip Ursprung raconte quant à lui qu’en déambulant dans ce bâtiment il a « senti, pendant un instant, que le temps était littéralement exposé » et qu’il pouvait « presque toucher le passé et presque saisir le future ». Point de rencontre entre un processus de prise de conscience progressive par la communauté hospitalière de Karus de la valeur historique de leur campus et une pratique contemporaine d’architectes hantés par la texture temporelle des bâtiments, ce projet apporte une magistrale tournure architecturale à notre conception diffuse et nébuleuse du temps.


Contre l’obsolescence :


Pionnière dès 1808 de l’accueil et du traitement des femmes dites « aliénées » en Belgique, la congrégation des Sœurs de la Charité est à l’origine du centre Karus (connu jusqu’à récemment sous le nom de Caritas) construit entre 1904 et 1911, à l’écart non seulement de Gand mais aussi des centres des bourgs de sa périphérie, dans un territoire désormais suburbain. Le campus présente aujourd’hui le même paysage discontinu que tous les sites hospitaliers centenaires : une tension entre l’organisation pavillonnaire d’origine – ici une collection de bâtisses plus régionalistes qu’historicistes dans un grand parc pittoresque – et l’intrusion progressive d’une architecture fonctionnelle plus horizontale et introvertie, épaisse et aride, construite sporadiquement au gré des besoins.(...)

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mars 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
09    01 02 03
1004 05 06 07 08 09 10
1111 12 13 14 15 16 17
1218 19 20 21 22 23 24
1325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Transmettre ou ne pas transmettre son agence

En société ou libéral, quelles sont les questions qu’un architecte doit se poser en matière de transmission ? Daniel Seddiki, expert-comptable…

L'architecte et les jurys

Qui juge et que juge-t-on dans les jurys ? La loi Elan récuse les concours pour les logements sociaux. Le Grand Prix national d’architecture…

Spécial logement: La quête de la qualité architecturale de l'habitat social est-elle menacée?

La loi ELAN suscite de grandes inquiétudes au sein de la profession. Trois jeunes architectes, praticiens et enseignants, expriment leur crainte…