TECHNIQUES - Hall d'accueil, une vitrine éclairée

Rédigé par Isabelle ARNAUD
Publié le 06/09/2016

Article paru dans le d'A n°248

Première image offerte au visiteur, et à la fois espace d’accueil, de travail et lieu stratégique pour s’orienter dans le bâtiment, le hall d’entrée constitue la vitrine des immeubles de bureaux et de leurs entreprises. La lumière y tient le rôle-titre dans son aménagement. Mises en valeur des volumes, création d’ambiances, expression de designs, les luminaires se déclinent en suspensions, downlights, appliques, parfois aussi lampadaires, qui associent confort visuel et maîtrise de l’énergie. Qu’ils s’ouvrent sur de vastes volumes baignés de lumière naturelle ou, au contraire, qu’ils s’apparentent à des vestibules où seuls un comptoir et quelques écrans d’information permettent d’accueillir et d’orienter le visiteur, ces espaces font appel à tout ce que la lumière peut offrir en termes de design, de technologies et de créations d’ambiances. Objets lumineux de décoration ou systèmes qui se fondent dans l’architecture, variations chromatiques et de blanc, effets dynamiques ou atmosphères chaleureuses, la lumière devient source d’inspiration.
SIGNATURES LUMIÈRE

DE LA TECHNOLOGIE AU DESIGN


Naturelle ou artificielle, la lumière-matière se contrôle et se façonne pour accompagner et souligner les éléments architecturaux des halls et atriums, grâce aux systèmes de gestion développés avec la technologie LED. De jour, elle garde son libre arbitre pour accomplir son cycle naturel d’intensité et de tonalités de blanc, laissant les luminaires devenir des objets de décor à part entière, ou au contraire pour disparaître discrètement dans les éléments architecturaux. La nuit, l’éclairage artificiel prend le relais au sein de concepts dont les effets, programmés et pilotés automatiquement, créent des atmosphères confortables, animent les espaces de couleurs, voire de motifs.


Autant de liberté de création inspire les designers et les concepteurs lumière, affranchis ici des contraintes normatives, même si certaines zones doivent se soumettre aux exigences liées à de bonnes conditions de travail et permettre d’effectuer des tâches visuelles sans gêne. Dans ce contexte, le bon sens dicte ses lois afin de rendre les entrées aussi accueillantes et rassurantes que possible et de faciliter la lecture des informations nécessaires au visiteur pour s’orienter dans le bâtiment.

La mise en lumière du hall d’accueil est réalisée avec des luminaires encastrés, des projecteurs fixes ou orientables et des suspensions. Les températures de couleur chaudes (3 000 K) ou neutres (4 000 K) s’imposent, avec un indice de rendu des couleurs (IRC) supérieur à 80. L’éclairage y est permanent et fonctionne parfois jusqu’à 1 heures par jour, faisant de la LED la technologie la plus appropriée grâce à sa longue durée de vie et à sa faible consommation ; la fluorescence propose encore des performances intéressantes, mais se prête moins à la gestion automatique, notamment la détection de présence ou de lumière du jour, qui impacte sa durée de vie.

Le hall comporte généralement des banques d’accueil où le visiteur doit obtenir des informations rapidement. Le comptoir doit donc bénéficier d’un niveau d’éclairement de 500 lux (valeur recommandée par la norme EN 12464 pour les bureaux) obtenu à l’aide d’encastrés ou de suspensions en éclairage direct, installées juste au-dessus de l’espace de travail, et de lampes à poser ou de lampadaires disposés en complément.

Dans les constructions neuves, bâtiment durable oblige, une large place est faite à la lumière naturelle, ce qui limite les durées d’allumage. L’éclairage artificiel devient alors objet d’étude très en amont du projet, comme cela a été le cas avec la tour Eqho où les architectes Hubert & Roy et le concepteur lumière Roger Narboni (Concepto) ont travaillé en étroite collaboration.

La tour Eqho a fait l’objet d’un renouvellement de ses façades et d’une restructuration complète de son hall d’accueil afin de laisser passer la lumière naturelle et de l’ouvrir visuellement sur la structure en pont qui soutient la tour. Les architectes Hubert & Roy, l’agence Concepto et le fabricant Schott ont uni leurs savoir-faire pour développer un verre dichroïque qui filtre et colore les rayons solaires.


Un piège à lumière du jour

Le hall, surmonté d’une grande verrière positionnée à 12 m de hauteur, est baigné d’une lumière naturelle qui évolue dans le temps et l’espace, tout au long de la journée. À certaines époques de l’année et en fonction de la courbe du soleil, les rayons solaires pénètrent dans le hall sous la structure en pont et projettent sur les murs et au sol les ombres portées de la résille métallique.

Virginie Nicolas, de l’agence Concepto, a intégré à la résille un dispositif constitué de verres dichroïques colorés qui permettent de colorer les rayons lumineux les traversant et de faire évoluer cette couleur dans une gamme prédéfinie, allant du bleu-vert au violet, selon les variations d’angle des rayons incidents. Les panneaux-miroirs, suspendus verticalement dans la résille métallique, permettent en complément de dévier certains rayons colorés et de les projeter sur le mur intérieur de l’auditorium (tourné vers le nord) qui ne reçoit jamais directement les rayons du soleil.

La densité chromatique des différents panneaux de verres colorés est renforcée dans la zone sud de la verrière, afin de réduire l’apport lumineux et calorifique des rayons du soleil en été en milieu de journée. Les rayons solaires plus inclinés en hiver, en début et en fin de journée, pénètrent généreusement le volume du hall par les grandes parois vitrées verticales, réalisées intégralement en verre clair.


Inspirations architecturales

À la nuit tombée, un éclairage artificiel prend le relais. Il est réalisé à l’aide de projecteurs orientables, équipés de différentes optiques de révolution et disposés à l’extérieur au-dessus de la verrière, le long des planchers de caillebotis métallique nécessaires à la maintenance.

Les faisceaux lumineux pénètrent ainsi en plongée dans l’espace pour éclairer le sol du rez-de-chaussée, les failles du sous-sol, les escaliers et les murs, avec des accents de lumière qui soulignent certains espaces ou usages. Ils se colorent en traversant la verrière pour finir en délicates variations de pastels.

Au centre du hall, deux grands panneaux sont encadrés chacun par deux lignes lumineuses à LED de 8 m de hauteur, animées de variations colorées de teintes complémentaires (vert émeraude à bleu profond côté ouest, orangé clair à rose rouge côté est). La cage d’ascenseur transparente, qui permet l’accès à l’auditorium et au business center, est éclairée à l’aide d’appareils à LED de couleurs disposés à l’intérieur.

Autre exemple, celui du prestigieux palais Eiffel, un des symboles de la capitale hongroise, qui a rouvert ses portes après des années de rénovation, grâce au travail de Horizon Development et du groupe DVM.

Initialement construit en 1893, le bâtiment a été partiellement détruit et reconstruit au cours des années. La dernière rénovation a suivi fidèlement le projet architectonique d’origine, et aujourd’hui le bâtiment comprend sept étages dont cinq occupés par des bureaux.

Le palais Eiffel, actuellement le seul bâtiment d’Europe centrale et orientale à avoir obtenu la double certification environnementale LEED Gold and BREEAM Very Good, est un exemple exceptionnel d’architecture durable et d’efficacité énergétique.

iGuzzini a fourni des luminaires LED qui éclairent les parties communes de l’immeuble. L’éclairage général est réalisé à l’aide de projecteurs Palco installés sur des rails parallèles, montés sur la structure de verre. Le niveau d’éclairement du hall d’accueil atteint 350 lux, avec une température de couleur blanc neutre. La zone en forme de H, rythmée par les piliers au rez-de-chaussée, a été mise en lumière par les projecteurs iPro blancs, positionnés en pied des colonnes et équipés d’écrans antireflets afin d’optimiser le confort visuel.

Les parois vertes sont illuminées par les projecteurs Front Light, tandis que les circulations bénéficient de l’éclairage procuré par les luminaires Laser Blade. Parfaitement intégrés à l’architecture, ils restent invisibles, créant une lumière homogène dans tout l’espace.

Des appliques murales, équipées de diffuseurs microprismatiques, rythmant les paliers desservis par l’escalier monumental, ainsi que des miniprojecteurs, qui soulignent les colonnes de chaque étage, complètent la mise en lumière du hall en lui rendant l’éclat et la majesté de son époque.




> Autres produits dans la même catégorie

D'A LAB - Pulp Paper

L’engouement pour les matières pâteuses…

DOSSIER TECHNIQUE -…

S’appuyant sur l’actualité architecturale…

D'A LAB - Silence, ça…

Les biomatériaux fabriqués à partir…

DOSSIER TECHNIQUE - Génie…

Bien qu’au cours d’une année les besoins…

DOSSIER TECHNIQUE -…

Si ces trois catégories d’espaces…

D'A LAB - RE_USED IN SITU

Sous l’impulsion des interrogations lancées …

DOSSIER TECHNIQUE -…

La question de l’autonomie et du vieillissement…

PRODUITS UTILES - Fine…

Classique ou Translucide StoneLeaf …

PRODUITS UTILES - Pour la…

Bloc-porte Villette Fichet Serrurerie…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Le Grand Entretien
>> Innovations
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Les produits de la rédaction

D'A LAB - Pulp Paper Publié le 26/08/2020

L’engouement pour les matières pâteuses et tactiles fait renaître une pratique ancienne … [...]

DOSSIER TECHNIQUE - Transparence & Contrôle solaire : Actualité et innovations des murs-rideaux, façades vitrées, fenêtres minimales et occultations Publié le 26/08/2020

S’appuyant sur l’actualité architecturale et les innovations apportées par les fabricants… [...]

D'A LAB - Silence, ça pousse Publié le 01/07/2020

Les biomatériaux fabriqués à partir d’organismes biologiques vivants – comme les… [...]

DOSSIER TECHNIQUE - Génie climatique : Chauffer, rafraîchir, ventiler, contrôler Publié le 01/07/2020

Bien qu’au cours d’une année les besoins en chauffage continuent d’excéder ceux en… [...]

DOSSIER TECHNIQUE - Composer avec la lumière : L’éclairage des espaces de vente, des hôtels et des bureaux Publié le 09/06/2020

Si ces trois catégories d’espaces diffèrent par leur activité, leur aménagement, leur … [...]

D'A LAB - RE_USED IN SITU Publié le 04/05/2020

Sous l’impulsion des interrogations lancées par l’ère anthropocène, proposer de nouveaux… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Septembre 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
36 01 02 03 04 05 06
3707 08 09 10 11 12 13
3814 15 16 17 18 19 20
3921 22 23 24 25 26 27
4028 29 30     

> Questions pro

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…

L’architecte face au confinement

Agences vides, gestion d’affaires par visioconférence, chômage partiel, télétravail… Les problèmes sanitaires posés par l’épidémie de…