Totem - Immeuble passif de cinq logements à Shaerbeek, Bruxelles - MSA et V+

Architecte : MSA et V+
Rédigé par Richard SCOFFIER
Publié le 11/12/2015

Ce petit immeuble se dresse dans la perspective de l’avenue Jules-Van-Praet, une artère importante de la grande ceinture de Bruxelles, au moment où elle s’élance au-dessus du faisceau des voies de la gare de Schaerbeek : un paysage périurbain hallucinant. Il se déploie depuis une parcelle en équerre très étroite et presque impossible à lotir, collée à la pointe d’un îlot rectangulaire devant deux tristes pignons aveugles. Aussi, c’est avec beaucoup d’intelligence et de travail que les deux équipes ont réussi à édifier cet ensemble de cinq logements entièrement passif, tout en restant dans le cadre des règles d’urbanisme, heureusement plus souples que celles en cours en France. Ils ont lancé à l’assaut des deux héberges une véritable machine de guerre urbaine développant, pour gagner de la surface, d’audacieux porte-à-faux à peine limités par le passage des trams et de leurs caténaires. Mais ils ont surtout su organiser les logements sur des demi-niveaux, avec à l’est les salles communes et à l’ouest les chambres, afin de les imbriquer le mieux possible dans ce volume minimum. 

 

JEUX D’ÉCHELLE 

La coupe est d’une complexité époustouflante. En jouant sur les hauteurs des séjours on passe insensiblement d’appartements aux différences de niveau de moins en moins prononcées aux duplex croisés qui se poursuivent jusqu’à la terrasse située en toiture. Les peu nombreuses fenêtres est et ouest savent, par leurs proportions, s’accorder à celles des immeubles voisins. Quant aux grandes baies nord, elles découpent aléatoirement la façade devant l’escalier commun et certaines circulations des appartements supérieurs en autant de cartes postales du tragique paysage urbain qui s’étale de jour comme de nuit devant elles. Car c’est au sud que les logements trouvent secrètement leur lumière en s’échancrant et se creusant de cours et de terrasses âprement négociées avec les mitoyens. Vu du périphérique, l’édifice s’affirme, avec sa peau de briques claires, comme une forme dynamique et sculpturale qui ne cherche pas à donner des indications sur sa destination. Sa masse, renforcée par le haut mur qui ceinture une partie de la terrasse comme par le désalignement et dimensions inaccoutumées des grandes baies, lui permet de jouer pleinement le rôle de poste avancé de la ville dense.


RUE-BANC

Au pied de l’immeuble passif conçu par MSA et V+, la jonction de la rue Portaels et du boulevard Lambermont forme un espace résiduel entouré par trois voies de circulations automobiles. Depuis la construction du tramway, la circulation routière y est considérablement restreinte, ce qui a permis de relier cet îlot désert à la voie piétonne. Afin de lui redonner vie, MSA a conçu des bancs en béton préfabriqué, dont la forme en ruban et la couverture haute permettent de signaler leur présence accueillante depuis le boulevard. Trois assises sont possibles : la première est abritée par son dossier qui se prolonge en couverture jusqu’à se rabattre pour former la seconde assise qui, elle, bénéficie de l’ensoleillement au sud. La troisième est en retrait et permet de délimiter un espace central. 



IMMEUBLE


Maître d’ouvrage : Commune de Schaerbeek

Maîtrise d’ouvrage déléguée : Renovas

Maître d’oeuvre : MSA, avec Benoit Moritz, Jean-Marc Simon, Alain Simon

Bureau associé : V+

Ingénieur stabilité : Ney

Ingénieurs techniques spéciales : JZH

Surface SHON : 1000 m2

Coût : 1,2 million d’euros

Livraison : 2011-2015


-


BANC


Commanditaires : Commune de Schaerbeek

Maîtrise d’ouvrage déléguée : Renovas

Maître d’oeuvre : MSA

Bureau associé : Ney (ingénieur stabilité)

Coût : 45 000 euros

Les cinq logements dressent leur façade énigmatique dans la perspective du boulevard de ceinture.<br/> Crédit photo : BRISON Serge Le petit immeuble parvient à accorder une identité à l’îlot hétérogène dans lequel il s’insère et fonctionne comme une véritable porte de ville.<br/> Crédit photo : BRISON Serge Implantation du projet<br/> Crédit photo : dr - Plan du rez-de-chaussée<br/> Crédit photo : dr - Plan R+3<br/> Crédit photo : dr - Plan R+6<br/> Crédit photo : dr - Coupes sur le projet Les appartements en demi-niveaux permettent de libérer une partie du rez-de-chaussée afin d’y insérer l’entrée.<br/> Crédit photo : BRISON Serge Les différentes mises en oeuvre de la brique permettent d’accentuer le jeu plastique des volumes.<br/> Crédit photo : BRISON Serge Le haut mur du toit terrasse permet à l’ouest d’accentuer la verticalité et la matérialité de cet immeuble totem.<br/> Crédit photo : BRISON Serge La faille centrale et son éclairage zénithal<br/> Crédit photo : BRISON Serge Au deuxième étage, l’enchâssement subtil d’une volée de l’escalier commun et des emmarchements reliant les demi-niveaux de l’appartement supérieur.<br/> Crédit photo : BRISON Serge Dans le dégagement des chambres de l’appartement du troisième étage, la baie découpe une carte postale du paysage périurbain aussi impressionnant de jour que de nuit.<br/> Crédit photo : BRISON Serge L’inclusion du bloc cuisine dans l’espace séjour.<br/> Crédit photo : BRISON Serge Le toit terrasse ouvert à l’est.<br/> Crédit photo : BRISON Serge Au pied de l’immeuble passif conçu par MSA et V+, la jonction de la rue Portaels et du boulevard Lambermont forme un espace résiduel entouré par trois voies de circulations automobiles.<br/> Crédit photo : BRISON Serge MSA y a conçu des bancs en béton préfabriqué, dont la forme en ruban et la couverture haute permettent de signaler leur présence accueillante depuis le boulevard.<br/> Crédit photo : BRISON Serge Trois assises sont possibles : la première est abritée par son dossier qui se prolonge en couverture jusqu’à se rabattre pour former la seconde assise qui, elle, bénéficie de l’ensoleillement au sud. La troisième est en retrait.<br/> Crédit photo : BRISON Serge

VOIR ÉGALEMENT

>> Choix de d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Publiés par d'a

(1/20) un roseau pensant : le Lieu unique, reconversion des anciennes biscuiteries Lu en scène nationale de Nantes / 2000 Publié le 05/07/2022

Maîtres d'ouvrages : Ville de Nantes ; Jean-Marc Ayrault (maire)Maîtres d'oeuvres : Atel… [...]

(2/20) Puissance plastique : le palais de justice de Nantes / 2000 Publié le 04/07/2022

Maîtres d'ouvrages : Ministère de la Justice, Délégation générale au programme pluri… [...]

(3/20) L’architecture au présent : logements sociaux rue des Suisses, Paris 14e / 2000 Publié le 03/07/2022

Maîtres d'ouvrages : Régie immobilière de la Ville de Paris Maîtres d'oeuvres : … [...]

(4/20) Non-musée : palais de Tokyo / 2002 Publié le 02/07/2022

Maîtres d'ouvrages : Ministère de la Culture, délégation aux Arts plastiques Maîtr… [...]

(5/20) Dialogue, empathie et intégrité : Centre National de la Danse à Pantin / 2004 Publié le 01/07/2022

Maîtres d'ouvrages : Ministère de la Culture Maîtres d'oeuvres : Antoinette Robai… [...]

(6/20) Le monastère de Solan : architecture de garde à la Bastide-d’Engras / 2006 Publié le 30/06/2022

Maîtres d'ouvrages : Communauté religieuse de SolanMaîtres d'oeuvres : Gilles Perraudi… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Août 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
3101 02 03 04 05 06 07
3208 09 10 11 12 13 14
3315 16 17 18 19 20 21
3422 23 24 25 26 27 28
3529 30 31     

> Questions pro

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant re…

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée par l’Éco…