Transformation de la tour Van Gogh, Paris 12e

Rédigé par Karine DANA
Publié le 30/09/2018

Vue extérieure des façades transformées

Dossier réalisé par Karine DANA
Dossier publié dans le d'A n°267

Caractéristique de l’urbanisme sur dalle du quartier de la gare de Lyon, cet îlot moderniste, pour lequel Jean Dubuisson avait dessiné le masterplan, obéit au principe fonctionnaliste de cette époque, reposant sur la séparation des flux. Pour sa transformation, les architectes ont maintenu sa ligne de socle, porteuse de nouveaux usages pour la ville et d’une certaine cohésion urbaine.

Héritiers d’une situation binaire qui n’a jamais fonctionné, les architectes ont en charge la transformation d’une des quatre tours de cet ensemble immobilier marqué par son soubassement. Ils jugent que cette ligne existante, conçue pour matérialiser la désolidarisation des flux, constitue une accroche importante dans le quartier tout en étant encore opérante : elle détermine en effet un front de relations et de composition entre les bâtiments qu’ils décident de conserver mais dont ils modifient complètement la programmation et la perception. Transparent et poreux alors qu’il était hermétique et sombre, ce socle logé entre les niveaux -2 et +2 agit aujourd’hui comme une couche primaire dédiée à l’accueil du public. « La ville de Paris est très demandeuse d’un bâti ouvert mais également que les services proposés s’adressent à tous et à tout moment de la journée, explique Léonard Lassagne de l’agence Data. Difficile de savoir comment le bâtiment sera exploité, mais toujours est-il que cette capacité existe. Les espaces sont dimensionnés pour recevoir du public et leur programme est réversible selon le moment de la journée. »(...)

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Octobre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
39     01 02
4003 04 05 06 07 08 09
4110 11 12 13 14 15 16
4217 18 19 20 21 22 23
4324 25 26 27 28 29 30
4431       

> Questions pro

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant re…