Un écran animé en brique

Rédigé par Sophie TRELCAT
Publié le 29/06/2016

Article paru dans le d'A n°246

Le Kunstmuseum de Bâle, en Suisse, vient de s’agrandir de 2 500 m2, avec un nouvel édifice relié par une salle souterraine au bâtiment principal. L’affirmation monolithique du nouveau bâtiment dessiné par les architectes Christ & Gantenbein est atténuée par un bandeau périphérique créant un étonnant effet d’évanescence. Il s’agit en fait d’un écran diffusant des images mobiles – textes ou graphismes –, mais constitué des briques mêmes du mur. La pose, plus ou moins en débord et selon d’épaisses bandes horizontales, de ces fines briques de façade crée un jeu d’ombres et de lumières grâce à des LED placées dans les joints. Dès la phase du concours, en 2010, Emmanuel Christ et Christoph Gantenbein avaient fait appel aux compétences de l’équipe de l’agence iart. Ces Bâlois développent des projets novateurs à la frontière de la communication, de l’art et de la technologie.

Une frise classique

Inspirée des bâtiments classiques, la signalétique du musée prend ainsi la forme d’une frise lumineuse haute de 3 mètres. Encerclant le bâtiment à une hauteur de 12 mètres, elle est composée de briques spéciales : épaisses de 4 cm, elles comportent en partie inférieure une rainure concave dessinée pour refléter la lumière de manière optimale. Sur le dessus des briques sont fixées régulièrement des ampoules de type LED (6 000 K). Chaque brique devient comme le pixel d’un écran géant. Posés sur des profilés en plat reliés à un fin câblage traversant les briques, ces éléments techniques sont invisibles depuis la rue. Lorsque la lumière du jour se pose sur la façade, les rayons du soleil provoquent une ombre dans les rainures des briques et les font apparaître plus sombres. En allumant les LED, cette ombre disparaît. Dès lors, en allumant ou en éteignant certaines des ampoules, il est possible de définir un lettrage, ou n’importe quelle forme d’animation graphique.


Négatif/positif

De jour, le lettrage est formé par les briques éteintes et la frise se trouve dans un affichage dit « négatif » formé par les ombres. À la nuit tombée, le texte est formé par les LED allumées, dans un affichage cette fois positif. Des capteurs placés en toiture permettent de sonder automatiquement l’intensité lumineuse nécessaire tout au long de la journée.

L’installation affiche un étonnant palmarès : la frise s’étend sur 115 mètres de longueur. Elle comprend 40 rangs de 1 306 briques chacun, comme autant de pixels. L’espace entre chaque LED est de 22 mm, un pixel étant formé de quatre LED adjacentes. Leur durée de vie est de dix à quinze années selon l’utilisation, mais elles se changent facilement à l’aide d’un simple clip de branchement étanche. Pour l’ouverture, en avril 2016, l’installation portait de manière fixe le titre de l’exposition : « Sculpture on the Move », mais uniquement durant les heures d’accueil du public dans le musée. Le projet vient de recevoir le Media architecture Award 2016 à la biennale de Venise.


Le petit film animé est visible sur le site de l’agence iart : https ://iart.ch/en/-/lichtfries-neubau-des-kunstmuseums-basel


Fiche technique :

iart.ch

www.kunstmuseumbasel.ch

Superficie : extension de 2 555 m2 d’espace d’exposition

Bâtiment d’origine : 4 630 m2

Coût : 90 358 000 euros (50 % public – 50 % Fondation Laurenz)

Concours : 2010

Livraison : avril 2016

> Autres produits dans la même catégorie

Rendez-vous en bauge…

Comparée au pisé ou aux adobes qui ont fait …

Design itératif : «…

La récente exposition consacrée à…

L’UHPS : un composite…

Vous connaissez l’UHPC – le béton fibré…

Questionner la massivité…

« Comment exprimer la massivité du…

Du mur renard au mur…

Depuis 2014, les architectes de l’agence Vous…

HCL : le pouvoir…

1Les premiers développements de la LED étaient…

Céramiques en haute…

Chaque année en septembre, le Cersaie de Bologne…

Drones et robots à la…

Des architectes et ingénieurs danois ont…

La filière bois invente…

Flexibilité, modularité, réversibilité : ces…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Le Grand Entretien
>> Les produits de la rédaction
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Innovations

Rendez-vous en bauge optimisée Publié le 26/08/2020

Comparée au pisé ou aux adobes qui ont fait l’objet de nombreuses recherches et… [...]

Design itératif : « s’approprier les technologies plutôt que les subir » Publié le 01/07/2020

La récente exposition consacrée à l’intelligence artificielle au Pavillon de l’Arsenal a… [...]

L’UHPS : un composite pierre révolutionnaire Publié le 04/05/2020

Vous connaissez l’UHPC – le béton fibré haute performance ? Découvrez l’Ultra… [...]

Questionner la massivité du bois Publié le 03/04/2020

« Comment exprimer la massivité du bois » ? L’architecte Boris Bouchet s’est… [...]

Du mur renard au mur miroir Publié le 03/03/2020

Depuis 2014, les architectes de l’agence Vous Êtes Ici accompagnent le groupe Barrière dans… [...]

HCL : le pouvoir insoupçonné de la LED Publié le 11/12/2019

1Les premiers développements de la LED étaient étroitement liés aux économies d’énergie.… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Septembre 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
36 01 02 03 04 05 06
3707 08 09 10 11 12 13
3814 15 16 17 18 19 20
3921 22 23 24 25 26 27
4028 29 30     

> Questions pro

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…

L’architecte face au confinement

Agences vides, gestion d’affaires par visioconférence, chômage partiel, télétravail… Les problèmes sanitaires posés par l’épidémie de…