Une architecture de synthèse

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 19/06/2012

Image de MIR pour Big, concours pour le musée du Groenland.

Dossier réalisé par Olivier NAMIAS
Dossier publié dans le d'A n°210 En moins de dix ans, l'image de synthèse est devenue omniprésente. Trompeuse, elle entraînerait le débat architectural dans de mauvaises directions. Substituant la séduction à la raison, elle fausserait le jugement des jurys d'architecture. Fascinante, elle hypnotiserait les architectes par sa capacité à simuler la réalité. La question se pose alors : faut-il abolir l'image de synthèse ou changer les règles de concours, qui ont renforcé le pouvoir d'un médium déjà très puissant ?


Lisez la suite de cet article dans : N° 210 - Juillet 2012

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.
. D'ARCHITECTURES   -   le 03/07/2012

Pierre Lajus nous a adressé un commentaire que nous retranscrivons ici :
"La question de l'image d'architecture, et de l'architecture elle-même, à l'ère de la fabrication numérique, que vous venez de traiter magistralement dans le dernier d'A, est bien d'actualité.
Sollicité par le Conseil Régional de l'Ordre des Architectes d'Aquitaine pour être le "parrain" de la dernière promotion de jeunes inscrits à l'Ordre, j'en avais fait le sujet de mon intervention, le 16 mars. Je vous en communique le texte qui prolonge, il me semble, votre réflexion sur la virtualité de l'image d'architecture, vers celle de la matérialité de la construction."

Vous pouvez retrouver son discours dans la rubrique "Point de vue".

> L'Agenda

Février 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
05  01 02 03 04 05
0606 07 08 09 10 11 12
0713 14 15 16 17 18 19
0820 21 22 23 24 25 26
0927 28      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…