Une expo béton au MAC VAL

Rédigé par Justine VIGNERES
Publié le 13/04/2018

Kader Attia a investi l’espace du MAC VAL pour l’exposition « Les racines poussent aussi dans le béton », ouverte au public jusqu’au 16 septembre 2018. Une occasion unique pour l’artiste d’exposer des travaux déjà acquis par le musée, d’en réinterpréter certains et de composer de nouvelles œuvres sur une partition qui lui permet aujourd’hui de diriger, selon ses propres termes, un « opéra en plusieurs actes ». C’est en effet une exposition de grande ampleur que les commissaires Frank Lamy et Julien Blanpied nous proposent de visiter.

Filmé, photographié, présenté, suggéré, le béton envahit les salles. Il s’agit du béton des grands ensembles que le père de l’artiste a contribué à construire, du béton chargé d’espoir d’un modernisme utopique, du béton d’une cité dortoir dans laquelle l’artiste a grandi et que l’environnement de Vitry-sur-Seine évoque immanquablement à ses yeux. L’espace du musée est d’ailleurs montré pour lui-même, une partie des cloisons restant nue. La Tour Robespierre, emblématique du site, fait également l’objet d’une vidéo dans laquelle un travelling ascensionnel s’achevant par une vue aérienne évoque bien l’idéal qui animait ces constructions.


Mais l’artiste nous propose aussi de scruter les fondations des immeubles pour y découvrir leurs racines. Décolonisant une histoire toujours écrite par les vainqueurs, Kader Attia rappelle l’influence qu’eût pour Le Corbusier la visite de la casbah d’Alger ou encore son admiration pour l’habitat m’zab, qui le conduisait même à surnommer sa Cité radieuse « ma Ghardaïa verticale ». Grande oubliée du récit national, l’Algérie trouve ici sa place. Une installation laisse entrevoir dans un disque réalisé en couscous les fondations d’immeubles apparemment disparus (pendant de son œuvre de 2009 Ghardaïa où les immeubles étaient sculptés en couscous) et souligne cette complémentarité des espaces.


Kader Attia fait le choix de placer sur le devant de la scène les acteurs de l’histoire occultés par le discours officiel. Toute son esthétique repose sur une dynamique de réparation et de recyclage. L’artiste transforme des réfrigérateurs usagés en un ensemble de gratte-ciel. Il recolle ensemble les morceaux des photographies de villes nord-africaines et françaises et montre des films qui les rapprochent (Pépé le Moko, tourné en 1937 par Julien Duvivier et dans lequel Kader Attia s’identifie à l’enfant de banlieue que Jean Gabin interprète). Il fait apparaître sur ses sculptures comme sur le sol de l’entrée du musée des balafres qui matérialisent la réparation effectuée, au lieu de la dissimuler comme tendent à le faire les pratiques occidentales de restauration. Le corps même est exploré dans la dualité qui l’habite, comme dans la figure du travesti. Osant les rapprochements géographiques et culturels comme il le fait aussi en ce moment même dans l’exposition « L’Un et l’Autre » ouverte jusqu’au 13 mai au palais de Tokyo, Kader Attia demande et obtient littéralement réparation.


Il démontre également la richesse d’une culture banlieusarde prisonnière des grands ensembles du XXe siècle et longtemps dénigrée. Explorant ses propres racines, Kader Attia n’hésite pas à diffuser l’odeur de son enfance dans une salle faite de contrastes (mère cuisinière et père ouvrier, circulaire et rectiligne, couleurs chaudes et froides, aliments qui sèchent ou se désagrègent, etc.). L’artiste se livre alors à un véritable exercice autobiographique et psychanalytique. Il met également en avant le poids politique de ces espaces ignorés, notamment à travers son œuvre Résister, c’est rester invisible, réalisée en 2011 au moment du printemps arabe.


Dans cette exposition (où Frantz Fanon est directement cité par le biais d’une œuvre vidéo) les « masques blancs » tombent, les murs de sucre s’écroulent et la végétation envahit les édifices de béton photographiés. Un rendez-vous à ne pas manquer pour revoir ses fondamentaux, et l’occasion de découvrir le nouvel accrochage du musée ainsi que la réalisation de l’artiste japonais en résidence Meiro Koizumi.


Site du MAC VAL :

Texte écrit par Kader Attia en 2009 sur Le Corbusier :

Exposition au Palais de Tokyo : <www.palaisdetokyo.com/fr/evenement/lun-et-lautre>

Les articles récents dans Actus brèves

Concours international pour la flèche de Notre-Dame Publié le 17/04/2019

Edouard Phillipe a annoncé ce mercredi le lancement d’un concours international… [...]

OMA et le Laboratorio Permanente, lauréats du « Concours Farini » à Milan Publié le 12/04/2019

OMA remporte la compétition pour le plan directeur de transformation et de régénérations… [...]

Prix Mies van der Rohe 2019 : Le doublet français Publié le 11/04/2019

Le Prix Mies van der Rohe et le Prix Architecte émergeant, ont été décernés à deux… [...]

FAIRE 2019, troisième édition Publié le 10/04/2019

Après deux premières sessions très remarquées, le Pavillon de l’Arsenal et la Ville de Paris… [...]

Materials & Light, acte V : rendez-vous les 25 et 25 avril prochain Publié le 09/04/2019

Pour sa 5e édition, Materials & Light s’installe les 24 et 25 avril 2019 au Carreau du… [...]

Un sex-toy en plein Brexit ! Publié le 03/04/2019

Si la ville de Londres a attendu le 2 avril pour annoncer l’approbation de la Tulip tower signée… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
18  01 02 03 04 05
1906 07 08 09 10 11 12
2013 14 15 16 17 18 19
2120 21 22 23 24 25 26
2227 28 29 30 31   

> Questions pro

PPP annulé pour les écoles marseillaises

Entre novembre 2018 et février 2019, la justice a donné raison par deux fois à des instances régionales et nationales de l’Ordre des…

Conception-réalisation : le conseil de l’Ordre des architectes des Pays de la Loire veille

En novembre dernier, statuant sur le non-respect des procédures de la commande publique, trois arrêts de la cour administrative d’appel de…

Transmettre ou ne pas transmettre son agence

En société ou libéral, quelles sont les questions qu’un architecte doit se poser en matière de transmission ? Daniel Seddiki, expert-comptable…