Vincent Parreira : "L’ornement n’est pas un crime"

Rédigé par Maryse QUINTON
Publié le 28/03/2018

Article paru dans le d'A n°261

Vincent Parreira défend une architecture qui se veut généreuse et sensorielle, et dont la dimension décorative est plus qu’assumée : revendiquée. À Paris et en Île-de-France – moins souvent ailleurs –, ses projets sont le reflet d’une personnalité enthousiaste et sans concession. Condensés d’affect, ses bâtiments refusent la discrétion sans jamais céder à la prétention. Face à l’adversité et à la complexité du métier, l’architecte franco-portugais préfère tenir l’ennui à distance en lui opposant depuis 2000, année de naissance d’AAVP architecture, une rage constructive et communicative.

En guise de carte de vœux, Vincent Parreira envoya en ce début d’année 2018 une photographie en noir et blanc, sérigraphiée sur un papier aérien et transparent, jouant volontairement de l’équivoque avec le mot « extase » ou toute autre interprétation laissée à l’appréciation de chacun. En 2013, il publiait Dans le pli d’un drapé1, un catalogue raisonné en trois actes au format souple, impossible à ranger dans une bibliothèque. Dans son agence, grigris et souvenirs en tout genre s’accumulent et dopent son inspiration. Sur son site Internet, une photo des rappeurs de Run-DMC s’affiche là où l’on attend celle de l’architecte. Ainsi va Vincent Parreira, empruntant les chemins de traverse et partant du principe qu’il n’est pas nécessaire d’être convenu et habillé en noir pour être pris au sérieux. Son leitmotiv ? « Sensualité, envie, plaisir et mouvement », auquel on pourrait ajouter l’engagement et l’énergie. Une chose est sûre, il n’a pas envie de s’ennuyer et bénéficie en retour d’un capital sympathie à toute épreuve.

Né en 1969, en Seine-Saint-Denis, Vincent Parreira a hérité par son père artisan-maçon de la double nationalité franco-portugaise. Ce dernier lui donnera le goût du chantier. S’ensuit un parcours atypique : un lycée professionnel où il suit un BEP génie civil, puis un brevet de technicien de collaborateur d’architecte, pour finalement atterrir dans « la plus belle ville du monde », à l’École d’architecture de Paris-La Villette, dont il sort diplômé en 1995. Un passage chez Périphériques et un détour de trois années au Brésil plus tard,, il crée AAVP Architecture en 2000. Fin du premier acte.

Il s’installe dans un ancien garage qu’il réhabilite dans le 11e arrondissement, cité de l’Ameublement. Dix-huit ans après, il vient d’agrandir son agence en investissant l’étage du dessus, fraîchement libéré par le déménagement de l’agence Hardel Le Bihan. « Je manquais de place pour installer un babyfoot et un hamac », plaisante-t-il, bien qu’il y ait une certaine vérité dans l’anecdote. Une trémie percée et un escalier plus tard, voilà les deux niveaux réunis, deux salles, deux ambiances. Une façon de renouveler l’espace mais aussi de bousculer les habitudes, de « remettre du sens dans la façon de travailler dans un lieu qui appartient à tous ». Tout juste majeure, l’agence compte aujourd’hui une petite vingtaine de personnes. « Vingt cerveaux qui peuvent raconter une histoire. Je ne veux pas perdre cette richesse d’être vingt. J’“achète” leur fraîcheur, leurs idées, pas leur capacité à dessiner un détail. »

 

Tout ne tient qu’à un fil

Face aux difficultés du métier, pas plus qu’un autre, Vincent Parreira n’échappe à la règle. « Il est de plus en plus difficile de faire de l’architecture. Le marché bascule désormais vers la promotion privée, la commande publique suit la tendance. Il faut sans cesse réexpliquer son rôle, s’armer de pédagogie. J’ai l’impression de me battre tout le temps. Pourquoi notre discours est-il si peu entendu ? Et pourquoi la confiance est-elle si peu atteinte ? Ma génération, celle qui approche des 50 ans, a pourtant fait ses preuves. Étonnamment, ça ne suffit pas. Je pense que nous devons être encore plus force de propositions. Même si c’est difficile, cela reste intéressant d’être dans une reconquête perpétuelle de son métier. »

En 2011, Vincent Parreira livre le groupe scolaire intercommunal Casarès-Doisneau dans le quartier de la Petite-Espagne à Saint-Denis, une opération de 7 000 m2. Un quartier au contexte socioculturel complexe, un site industriel empreint de mémoire, « un programme aussi magique que celui d’une école » : voilà en somme l’équation qu’il a fallu résoudre. « Une vraie bataille », selon l’architecte, menée avec un projet « volontairement puissant » pour affronter le contexte et « créer un lieu dans lequel les enfants vont garder leurs plus beaux souvenirs ». Les écoles sont un sujet de prédilection de l’agence. À Montévrain, elle vient de livrer le groupe scolaire Louis-de-Vion. « Ce que nous demandons à l’architecture, dit Vincent Parreira, c’est de garder sa naïveté, de se détacher de toutes les manipulations et de donner à l’enfant l’espace qui lui est dû. » Un défi dans les programmes d’équipements scolaires où les normes de sécurité vont jusqu’à prendre le pas sur le bon sens. Il sait que dans ce métier tout ne tient qu’à un fil et qu’il faut être pugnace. Comme à Mantes-la-Ville où, entre barres de logements sociaux et zone pavillonnaire, la construction d’un groupe scolaire s’est transformée en acte de résistance face, entre autres maux, à l’élection d’un maire FN durant le chantier, en désaccord avec le projet. Il en faut néanmoins plus pour le décourager. Il le dit souvent, la rage est son moteur.

 

Du but à la manière

Avec l’Atoll en 2012 à Angers, Vincent Parreira bouscule les poncifs du centre commercial. Cet écoparc commercial HQE prend la forme d’une ellipse enveloppée d’une résille en aluminium perforée et nacrée, tordant le cou à la fatalité de la France moche et de ces zones périphériques systématiquement ratées. Il s’est associé pour l’occasion à Antonio Virga. Depuis leurs débuts, l’architecte milanais et lui unissent régulièrement leurs forces pour réveiller – par exemple – la Résidence du Portugal de la Cité internationale universitaire de Paris, en 2007. Enveloppé d’une résille dorée, le projet avait jeté les bases d’un goût pour l’ornement qui va s’affirmer comme un élément déterminant de l’écriture de l’agence. Des collaborations qu’il mène aussi avec les frères Aires Mateus, comme dans la ZAC de Clichy-Batignolles où il vient d’achever une opération de 172 logements avec des commerces et des espaces partagés en bordure du nouveau parc urbain Martin-Luther-King.

À Saint-Denis comme à Angers ou à Montévrain, les réalisations de Vincent Parreira savent attirer la curiosité du spectateur. Apporter une valeur ajoutée à la ville lui semble « le minimum obligatoire ». Chez lui, l’ornement n’est pas un crime et la beauté n’est pas un mot tabou. « La matière n’a pas de honte à être décorative », dit-il. L’ornement engage une réflexion sur l’épaisseur, la matérialité. La perception sensorielle d’un bâtiment est pour lui au moins aussi importante que sa rigueur constructive.

Vincent Parreira fait partie des trop rares architectes qui n’hésitent pas à s’enthousiasmer pour le travail de ses confrères avec une admiration particulière pour les positions radicales, engagées – Encore Heureux, Éric Lapierre, Lacaton & Vassal, Mathieu Laporte, Francis Soler pour ne citer qu’eux. « Tant que ces gens existent, je me dis que je peux encore rester vivant ! Ça me motive car cela prouve que tout est encore possible. Je ne partage pas forcément leur écriture architecturale – à chacun de nous de proposer des variations sur le même thème – mais j’admire leurs démarches. » Il porte l’enthousiasme en étendard, refusant de céder à la sinistrose ambiante et à la banalité du quotidien. « L’architecture est un combat perpétuel mais noble. Quand tu gagnes un concours, tu sais que la souffrance ne fait que commencer. Parfois j’ai envie de tout envoyer balader. J’achète une bouteille de vin et ça va mieux. J’ai même démarré une collection de poings américains ! Même si j’ai l’impression de devoir faire mes preuves à chaque fois, j’ai une immense motivation et un optimisme à toute épreuve. Je ne suis pas du tout découragé. Je crois en une certaine rigueur et radicalité qui confortent notre position d’architecte. Nous sommes vraiment utiles, nous construisons l’image de la ville de demain. Je suis convaincu du bien-fondé de mon métier. »

 

 

 

1. Éditions Archibooks, 2012.

Les articles récents dans Parcours

Sophie Delhay - Mathématiques du logement social Publié le 01/05/2020

Sophie Delhay est maintenant clairement identifiée dans le paysage architectural français.… [...]

Fala Atelier - Architectes sans modération Publié le 31/03/2020

Que recèle donc le phénomène « Fala Atelier » ? Des esprits et des estomacs… [...]

Raphaël Gabrion - Défendre une critique noble au quotidien Publié le 02/03/2020

« L’architecture n’est pas un slogan publicitaire », affirme Raphaël Gabrion, qui… [...]

NP2F : L’architecture sans ombre Publié le 13/12/2019

NP2F : non, ce n’est pas une énième équipe belge qui se cache derrière cet acronyme qui peut… [...]

Petitdidierprioux De la masse, extraire des singularités Publié le 15/11/2019

En 2019, l’architecture a-t-elle encore une place dans la production bâtie ? Oui, semblent… [...]

Agence Pace Régionalisme familial Publié le 08/10/2019

Père et fils, Giovanni et Hugo Pace codirigent l’agence familiale basée à Reims en Champagne.… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juillet 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
27  01 02 03 04 05
2806 07 08 09 10 11 12
2913 14 15 16 17 18 19
3020 21 22 23 24 25 26
3127 28 29 30 31   

> Questions pro

L’architecte face au confinement

Agences vides, gestion d’affaires par visioconférence, chômage partiel, télétravail… Les problèmes sanitaires posés par l’épidémie de…

Retraite, les questions en jeu

Face à l’opposition suscitée par la réforme des retraites, que ce soit dans la rue ou à l’Assemblée nationale où le projet de loi a…

Deux opportunités d’aide à la recherche

Face aux difficultés du métier d’architecte, une aide à la recherche est toujours une opportunité idéale pour orienter, confirmer ou même…