Visées et effets pervers des marchés globaux n°2

Rédigé par Christine DESMOULINS
Publié le 04/05/2021

Article paru dans d'A n°289

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes. Avec les marchés, globaux, les entreprises sont en passe de récupérer leurs missions. Mais si ces procédures sont si géniales, pourquoi les ratés du PPP de l’hôpital Sud francilien et d’autres ont-ils incité à revenir à la souplesse d’un marché MOP pour l’immense chantier du futur hôpital Grand Paris Nord (avec RPBW, associé à BSA, Ingérop et Sletec ingénierie) ?

Les entreprises sont-elles en outre légitimes à choisir les architectes qui candidateront sur ces marchés ? Malgré de belles références, certains de leurs confrères en font les frais sur des consultations attractives : parc des expositions de Nice, base nautique des JO, musée du Grand Siècle… Suite du débat avec les architectes Corinne Vezzoni, Emmanuel Lajus, Nicolas Moreau, Hiroko Kusunoki et avec Sonia Lugassy, ingénieur et architecte.

Emmanuel Lajus : « Réduire à la portion congrue la part de l’architecture »

« Afin que les offres ne soient plus destinées à la maîtrise d’œuvre et afin de faire rentrer, dans le jeu les entreprises, les exploitants et parfois les financeurs, le processus de passation des commandes change de champ à mesure que l’on détricote la loi MOP en ajoutant chaque fois un nouvel acteur et une couche de plus dans les marchés globaux, dénonce Emmanuel Lajus, de l’agence Brochet Lajus Pueyo. La nature des prestations réservées aux architectes est réduite pour attribuer une part toujours plus importante à l’entreprise mandataire. Dans les marchés globaux de performance, le coût d’exploitation pèse plus que celui de la construction. Les offres ne sont pas jugées sur le projet architectural, mais sur l’approche financière et selon des règles pas toujours claires. » (...)

Les articles récents dans Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ? Publié le 19/10/2022

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marq… [...]

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain Publié le 05/09/2022

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la… [...]

Détruire ou non ? Publié le 28/03/2022

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent ré… [...]

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA Publié le 25/02/2022

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obére… [...]

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot. Publié le 09/12/2021

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spéci… [...]

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ? Publié le 18/10/2021

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en auto… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Décembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
48   01 02 03 04
4905 06 07 08 09 10 11
5012 13 14 15 16 17 18
5119 20 21 22 23 24 25
5226 27 28 29 30 31  

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…