Construction d'un immeuble à la ZAC du Vialenc (15)

Architecte : Atelier Simon Teyssou
Rédigé par les architectes
Publié le 20/05/2015

Le concept architectural


Porté par LOGISENS, bailleur social aurillacois, le concours d’architecture portait sur un immeuble d’une quarantaine de logements (2916 m²), des bureaux (plateau de 520 m²), des commerces (environ 280 m²) en rez-de-chaussée, et des stationnements souterrains. Le projet est situé le long du boulevard du Vialenc et à l’entrée de l’Eco quartier éponyme. La nouvelle ZAC du Vialenc, qui marque un tournant dans la stratégie urbaine de la ville d’Aurillac, est projetée sur une ancienne friche industrielle (Centre Lait). Elle constitue une alternative à l’étalement urbain sous forme de lotissements pavillonnaires de mise jusqu’alors.



À l’échelle de la ZAC, l’immeuble a pour vocation de marquer l’entrée de l’écoquartier par son déploiement linéaire, tout en protégeant l’intérieur de l’extension urbaine des nuisances sonores du boulevard du Vialenc, voie la plus passante du département du Cantal ou circulent environ vingt-cinq mille véhicules par jour.


Les conditions du projet –géométrie linéaire du lot dévolu au projet, programme caractérisé par une demande de logements de petite dimension (T1 et T2 essentiellement), contraintes acoustiques, nous ont incités à proposer un projet radical pour lequel la question de l’évolutivité de l’immeuble devenait fondatrice du projet.

Le projet associe une épine dorsale en béton, un volume long et étroit implanté parallèlement au boulevard faisant office de mur protecteur contre les nuisances sonores du boulevard et un volume en bois de même longueur et plus large, adossé au premier côté intérieur de la ZAC. Pour répondre à l’épannelage fixé par le cahier des charges de la ZAC, et l’obligation d’élever ponctuellement l’immeuble sur une hauteur de six étages, le système est dédoublé à l’extrémité Sud-Est du projet où l’on retrouve un second volume en béton lui-même associé à un volume en bois. Des coursives extérieures couvertes coulissent entre les deux systèmes jumelés.


Le principe structurel associant deux volumes linéaires, l’un en béton garantissant le contreventement de l’édifice, l’autre en bois, adossé au premier, permet de s’affranchir de la présence de murs de refend dans les volumes en bois. Les cloisons entre logements, acoustiques légères et non porteuses, sont composées d’une double ossature isolée avec parements en plaques de plâtre de 25 mm d’épaisseur. Elles sont susceptibles d’être facilement démontées pour recomposer les logements suivant les exigences des générations futures.

Pour garantir l’évolutivité des logements, l’ensemble des pièces humides, les deux circulations verticales et la majorité des entrées des logements sont implantées dans les volumes en béton, épines dorsales du projet, selon un principe de « bandes actives » ou d’espaces servants. Les logements sont desservis par des coursives qui donnent un intérêt plastique à la façade nord-est sur le boulevard. Les espaces nobles des logements sont idéalement placés dans les volumes en bois et s’ouvrent majoritairement sur l’intérieur de l’écoquartier.

À la réflexion sur l’évolutivité s’ajoutent des considérations thermiques et climatiques. Les volumes en béton sont orientés au Nord-Est et constituent des tampons thermiques entre extérieur et espaces nobles des logements, les séjours et les chambres. Par leur masse, elles remplissent une fonction d’inertie thermique. Les séjours et les chambres sont très majoritairement orientés au Sud-Ouest ou Sud-Est dans les volumes en bois. Des ouvertures généreuses, y compris dans les chambres, favorisent les apports solaires passifs et un bon niveau d’éclairement des espaces habités.


Le choix de l’association des systèmes constructifs bois avec le béton



Plutôt que d’opposer architecture massive et architecture filigrane, le projet valorise l’association des deux et les propriétés respectives de leurs matériaux.

L’architecture massive en béton est consacrée à la réalisation du sous-sol comprenant le parc de stationnement, le socle du rez-de-chaussée qui accueille commerces et stationnement ainsi que les épines dorsales en béton.

Le béton est valorisé pour ses propriétés intrinsèques : il permet de se protéger efficacement des nuisances sonores consécutives aux flux routiers du boulevard, il constitue une masse thermique qui fait défaut aux ouvrages en bois, il est un matériau robuste, coupe-feu par nature et assure une grande partie du contreventement du projet.

L’architecture filigrane des volumes en bois associe un squelette en bois à des parements intérieurs et extérieurs. Les structures verticales sont réalisées soit avec des poteaux en lamellé collé associés à des traverses en bois et/ou en acier galvanisé avec panneaux de contreventement OSB soit sous forme de murs à ossature bois plus conventionnels pour les pignons. Les structures horizontales sont réalisées avec des solives en lamellé collé d’une portée de six mètres environ et des panneaux de contreventement, support de chapes en ciment. Le registre de l’architecture filigrane est également à l’œuvre pour les coursives constituées d’un assemblage de tubes en acier galvanisé support de platelages en bois.

Des enveloppes extérieures en bois ou en zinc contribuent à effacer la distinction entre architecture de masse et architecture filigrane. Sans lien avec la question structurelle, le choix des « peaux » extérieures obéit à une logique autre. Les façades laissent entrevoir ponctuellement un feuilleté de matières (zinc, bois, verre) exacerbant le registre de couches superposées constituant une peau complexe.


Les parements en bois sont utilisés lorsqu’ils sont facilement accessibles pour leur entretien par les balcons, loggias ou coursives et qu’ils sont en outre relativement peu exposés aux intempéries. Les parements en zinc recouvrent les façades inaccessibles et exposées.



Texte rédigé par l'Atelier Simon Teyssou

Photographies de Benoît Alazard et Christophe Camus



Maîtrise d’'ouvrage : LOGISENS, Aurillac

Maîtrise d’œuvre : Atelier d'architecture Simon Teyssou, le Rouget (15), Mathieu Bennet chef de projet ; BET 3B Bernard Batut (bet structure bois), Montauban ; SETERSO (bet structure béton), Agen ; AES (bet fluides), Clermont-Ferrand ; C+ (bet acoustique), Rodez

Surfaces SHON : 3712 m² (hors coursives)

Coût des travaux : 4 037 000 € HT

Livraison : automne 2013

Construction d'un immeuble à la ZAC du Vialenc<br/> Crédit photo : ALAZARD Benoît À l'échelle de l'agglomération<br/> Crédit photo : DR  Construction d'un immeuble à la ZAC du Vialenc<br/> Crédit photo : ALAZARD Benoît Construction d'un immeuble à la ZAC du Vialenc<br/> Crédit photo : CAMUS Christophe Construction d'un immeuble à la ZAC du Vialenc<br/> Crédit photo : CAMUS Christophe Construction d'un immeuble à la ZAC du Vialenc<br/> Crédit photo : ALAZARD Benoît Construction d'un immeuble à la ZAC du Vialenc<br/> Crédit photo : CAMUS Christophe Construction d'un immeuble à la ZAC du Vialenc<br/> Crédit photo : CAMUS Christophe Construction d'un immeuble à la ZAC du Vialenc<br/> Crédit photo : CAMUS Christophe Construction d'un immeuble à la ZAC du Vialenc<br/> Crédit photo : ALAZARD Benoît Construction d'un immeuble à la ZAC du Vialenc<br/> Crédit photo : ALAZARD Benoît Construction d'un immeuble à la ZAC du Vialenc<br/> Crédit photo : CAMUS Christophe Construction d'un immeuble à la ZAC du Vialenc<br/> Crédit photo : CAMUS Christophe Plan R+4<br/> Crédit photo : DR  Plan R+5<br/> Crédit photo : DR  Plan R+6<br/> Crédit photo : DR

VOIR ÉGALEMENT

>> Publiés par d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Choix de d'a

Centre culturel Clément David, Roquevaire (13) Publié le 05/07/2023

Maîtres d'ouvrages : Commune de RoquevaireMaîtres d'oeuvres : Huitetdemi (mandataires… [...]

Parcours couvert du forum antique de Bavay (59) Publié le 28/06/2023

Maîtres d'ouvrages : Département du NordMaîtres d'œuvres : Explorations ArchitectureEn… [...]

CO’Met - Arena, centre de congrès et parc des expositions Publié le 06/06/2023

Maîtres d'ouvrages : Orléans MétropoleMaîtres d'oeuvres : Ferrier Marchetti StudioEntr… [...]

Extension et rénovation partielle d'une maison familiale à Mantes-la-Jolie Publié le 16/12/2022

Maîtres d'ouvrages : privéeMaîtres d'oeuvres : Bérénice Curt Architecture, co-traitants : … [...]

Le Majestic - Scène de Montereau Publié le 23/11/2022

Maîtres d'ouvrages : Ville de Montereau-Fault-YonneMaîtres d'oeuvres : Atelier Novembre … [...]

CasArts - Grand Théâtre de Casablanca Publié le 23/06/2022

Maîtres d'ouvrages : Casablanca Aménagement S.A. / Egis Bâtiments InternationalMaîtres d'oeuvres… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Décembre 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
48    01 02 03
4904 05 06 07 08 09 10
5011 12 13 14 15 16 17
5118 19 20 21 22 23 24
5225 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…

Quelle importance accorder au programme ?

Avant tout projet, la programmation architecturale décrit son contenu afin que maître d’ouvrage et maître d’œuvre en cernent le sens et les en…

L’architecture au prisme des contraintes environnementales : le regard singulier de Gilles Perraud…

Si les questions environnementales sont de plus en plus prégnantes, les labels et les normes propres à l’univers de la construction garantissent…