Eileen Gray. Une maison sous le soleil

Rédigé par Emmanuel CAILLE
Publié le 09/12/2020

Eileen Gray. Une maison sous le soleil

Cette très belle bande dessinée s’attache à retracer le destin d’Eileen Gray (1878-1976) à travers l’une de ses œuvres les plus emblématiques : la villa E-1027, qu’elle conçut avec Jean Badovici entre 1926 et 1929. Le scénario écrit par l’architecte chercheuse Charlotte Malterre-Barthes ne cherche pas à romancer, mais il faut parfois connaître la vie artistique et intellectuelle de ces années-là pour suivre le fil du récit ponctué de nombreux flash-back. Les auteurs ont fait le choix d’un ressort dramatique construit autour de l’oppression machiste dont Eileen Gray fut victime au sein d’un milieu artistique masculin. Un milieu qui fit la révolution en se disant qu’il ferait aussi celle des femmes, mais une fois qu’il aurait terminé la sienne. EC

 

Eileen Gray. Une maison sous le soleil, Charlotte Malterre-Barthes (textes) et Zosia Dzierżawska (dessin), Éditions Dargaud, 20 x 26 cm, 156 p., 20 euros.










Les articles récents dans Livres

Anna Heringer: Essential Beauty Publié le 02/12/2022

[...]

Le choix de la librairie Mollat Publié le 02/12/2022

Implantée sur 2 700 m2 au cœur de Bordeaux, la librairie Mollat consacre depuis de nombreuses ann… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Février 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
05  01 02 03 04 05
0606 07 08 09 10 11 12
0713 14 15 16 17 18 19
0820 21 22 23 24 25 26
0927 28      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…