Jacques Derrida (1930-2004) : déconstruire le déconstructivisme

Rédigé par Jean-Paul ROBERT
Publié le 22/11/2004

Bernard Tschumi, MT4, The block, Manhattan transcripts, 1978-81 : une prémonition du 11 Septembre?

Article paru dans d'A n°141

Par quels détours la figure de Jacques Derrida, disparu en octobre dernier, aura-t-elle marqué l'architecture contemporaine ? Comment ce penseur, dont la longue entreprise a essentiellement porté sur le texte, a-t-il pu être invoqué pour justifier, ou cautionner, une de ses tendances ? Quel rapport entre l'idée de déconstruction, à laquelle il a été assimilé, et le « déconstructivisme », sur lequel continuent de s'appuyer nombre de commentateurs ? Par quelle illusion ces deux mots semblent-ils converger en d'improbables rencontres ?

Ce n'est pas en pénétrant l'œuvre du philosophe que se trouvera aisément la réponse à ces questions. La rhétorique de Jacques Derrida est pour le moins hermétique ; procédant de chiasmes (« la philosophie, comme théorie de la métaphore, aura d'abord été une métaphore de la théorie »), d'oxymores (« telle est l'étrange logique alogique de ce que j'appelle l'itérabilité »), de paradoxes (« le concept d'itérabilité est un concept sans concept… ») et de néologismes (la « différance », la « déconstruction »…), sa pensée semble s'enfermer dans des énoncés impénétrables au commun et s'élever à des hauteurs qui lui restent inaccessibles. Les zélateurs du philosophe rapporteront cette difficulté à l'ampleur d'une entreprise irremplaçable, consistant à interroger sans relâche les présupposés des grands édifices métaphysiques et ontologigues de la pensée occidentale, jusqu'à les faire vaciller. Voici déjà qui rapproche peut-être Derrida de l'architecture : la perception d'un espace de la pensée, de la pensée comme un espace qu'il s'agit de parcourir pour le desserrer. Plutôt que de contempler, d'agrandir ou de construire des édifices de vérité, il importait, pour lui, d'y cheminer, d'en attaquer le ciment, de provoquer et d'en agrandir les failles, pour découvrir, sinon de nouvelles vérités, au moins de nouvelles voies, de nouvelles traces. Ouvrir ces cheminements, en ne cessant de « questionner la question », est facteur de mouvement, de libération, d'ouverture vers de possibles devenirs. Cette démarche vise à trouver de nouvelles interventions sur le monde et le réel. Outre celle du politique, la tentation de la création se fait ainsi jour, qui aura porté Derrida à reconnaître dans l'architecture « des mots, des motifs, des schèmes [qui lui] étaient familiers », à y voir une « traduction, une transposition analogique » de sa propre entreprise – d'autant que sa filiation heideggerienne le rapprochait des questions de la technique et de l'habitabilité. La rencontre eut lieu dans les années 1980, avec une figure qui, comme lui,  avait trouvé aux états-Unis une reconnaissance et un piédestal. Bernard Tschumi était en charge du parc de La Villette, et son discours semblait faire écho au sien : à l'idée de « déconstruction » avancée par le philosophe répondaient celles de « disjonction » et de « discontinuité » professées par l'architecte. D'une amitié allait en naître une autre : Tschumi présenta Peter Eisenman à Derrida, et les invita, en 1985, à écrire le scénario d'une séquence du parc. Si l'entreprise n'eut pas de suite, il resta que l'un et l'autre des  architectes purent se prévaloir (et ne se privèrent pas de le faire) d'un prestigieux parrainage. Tandis que Derrida soulignait le caractère analogique entre architecture et philosophie, l'instrumentalisation par la sphère architecturale de son nom allait bon train. Elle fut scellée avec l'exposition de 1988 au MoMa de New York, montée par le critique Mark Wigley sous l'aile de Philip Johnson : le « déconstructivisme » était né du besoin américain de proclamer ce qui fait tendance et de désigner le correct du moment. Ce terme allait à son tour connaître, mais dans le seul champ de l'architecture, une belle fortune critique. Devenu vulgate, il renvoie à la paresse de nombre de commentateurs qui trouvent dans ce genre de catégories formelles une commode manière de ranger les projets et les choses, sans plus s'interroger sur ce qui les fonde, tout s'auréolant d'un noble nimbe. Ne cessant d'y inclure de nouvelles figures défaites (aujourd'hui exponentiellement générées par le digital), ne risquant guère d'être dénoncés, tant le texte derridien est à la fois subtil et prudent, ils contribuent à asseoir un malentendu que le philosophe, fidèle en amitié, ne prit pas la peine de lever.

Parmi la très importante bibliographie de Derrida, soulignons "Point de folie, maintenant l'architecture", in « Psyché, inventions de l'autre », Galilée, nouvelle édition augmentée, 1998 ;
« De l'hospitalité », Galilée, 1997. Voir aussi le site : http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/metropolitains

Les articles récents dans Points de vue / Expos

L'architecture ou l'art de transformer le réel. Par Philippe Prost Publié le 19/10/2022

Si hier encore, à la fin du XXe siècle, patrimoine rimait avec vieilles pierres et monuments hist… [...]

Exposition : Le double pouvoir de l’architecte et l’habitant Publié le 05/09/2022

Dirigé depuis avril 2021 par Fabrizio Gallanti, le centre d’architecture arc en rêve laisse pe… [...]

L'architecture ou l'art de transformer le réel. (7/9) « Re » comme leitmotiv Publié le 05/09/2022

À la charnière des années 1970 et 1980, alors que fonctionnalisme et style international sont … [...]

Vingt ans pour un bouleversement Publié le 29/06/2022

Sélectionner vingt architectures parmi des milliers d’autres, c’est générer plus de frustr… [...]

Vingt architectures entre singularité et exemplarité Publié le 28/06/2022

Les palmarès sont toujours pris entre deux impératifs contradictoires : couronner l’exception … [...]

Une anamorphose éloquente Publié le 27/06/2022

De quelle situation la vingtaine de réalisations jugées les plus remarquables des vingt derniè… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Novembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
44 01 02 03 04 05 06
4507 08 09 10 11 12 13
4614 15 16 17 18 19 20
4721 22 23 24 25 26 27
4828 29 30     

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…