Logements boulevard Ney

Rédigé par les architectes
Publié le 07/12/2020

Participant au renouvellement urbain du boulevard Ney et de la porte de Clignancourt, le nouveau bâtiment opère une scission en deux volumes reliés par un socle commun occupé par la crèche. Cette densification d’une parcelle existante des années 70 permet d’aligner le bâti au boulevard, de mieux le tenir et de l’animer. Respectueux de l’architecture moderniste des tours existantes, le positionnement des deux plots de 6 et 9 étages qui se font face, et leur épannelage en retraits successifs, parviennent à libérer des vues pour les tours existantes comme pour les nouveaux logements et favorisent l’ensoleillement de la cour de la crèche. Par un jeu d’effets de glissement, les étages sont traités comme des strates prêtes à coulisser qui affinent les volumétries. Aux angles droits des tours existantes s’opposent les angles arrondis du bâtiment, qui présentent un jeu de matériaux favorisant transparence et lumière. Des jeux d’assemblages géométriques de briques dessinent un motif délicat animant les façades tandis que leurs angles et les garde-corps des terrasses et loggias sont faits d’un assemblage aérien de briques ajourées, comme des moucharabiehs modernes. L’utilisation de la brique pleine et du mode constructif poteaux / dalles / remplissage dialogue avec l’histoire des HBM, tout en assumant par sa couleur blanche et ses jeux de modénature un langage très contemporain.

INSERTION URBAINE 
Situé au nord du XVIIIème arrondissement de Paris, en plein cœur du quartier de la Porte de Clignancourt, le projet s’implante sur une parcelle entre le mail Croisset au nord, le boulevard Ney au sud, entre un bâtiment de la préfecture de police couplé à des logements à l’ouest (dits « le Carré ») et une future nouvelle voie à l’est reliant le boulevard Ney à la rue Jean Cocteau. Situé à environ 300 mètres de la porte de Clignancourt et à 500 mètres de la porte de la Chapelle, le site bénéficie d’une bonne desserte à la fois routière et en transports en commun. Inscrit dans le projet d’aménagement du secteur Clignancourt/Poissonniers dans le cadre de l’opération Paris Nord Est, le site s’est métamorphosé pour laisser place à un ensemble de logements sociaux structurants, accompagnant la requalification du boulevard Ney dont la mutation s’opère actuellement, notamment grâce à l’arrivée du tramway et des projets d’aménagement du secteur autour de la porte Poissonniers. 

L’implantation des volumes s’est naturellement faite en continuité du jeu de quinconce des tours. La plus forte contrainte qui était de préserver les vues bénéficiant aux tours existantes, a amené à travailler une scission en deux volumes distincts reliés par un socle commun en RDC de manière à créer un front bâti fragmenté : un volume de 9 étages à l’ouest et un volume en 6 étages à l’est qui viennent occuper l’angle de la partie sud-est de la parcelle.


LOGEMENTS
Conçu comme un bâtiment homogène malgré sa décomposition en deux plots, il se glisse le long du boulevard Ney comme deux objets sculptés développant en cœur d’îlot un système de terrasses en gradins, comme autant de multiples strates paysagères offrant un maximum de dégagement aux logements. Les deux plots de logements ont été conçus pour former un tout : l’égalité de traitement dans le choix des matériaux et des couleurs crée une cohésion globale. Les logements sont en majorité traversants ou double-orientés, voire triple orientés. Ils se prolongent par de grandes terrasses permettant de mettre en relation par l’extérieur, un séjour, une chambre et/ou une cuisine et de « voir chez soi depuis chez soi ». Certains logements privilégient la séparation zone nuit / zone jour. D’autres, au contraire, privilégient une chambre commandée par un séjour pour des usages différenciés (bureau, salle à manger, salle télé, salle de jeux, « suite parentale », etc…). 

Espaces extérieurs généreux
La scission en deux volumes différenciés et leur découpe en gradins tournés vers le cœur d’ilot permettent d’offrir un ensemble d’espaces extérieurs constitués de loggias et de terrasses. Bénéficiant aux logements orientés sud, est et ouest, elles sont l’opportunité d’être utilisées comme espaces d’usage à part entière avec vues dégagées, tout en permettant de structurer la façade. Chaque logement possède un espace extérieur généreux traité en loggia inscrite dans le volume. Les loggias creusées dans les volumes en briques forment le caractère de la façade. Les espaces extérieurs prolongent les séjours largement vitrés sur l’extérieur et participent à la qualité du logement. Des filtres de briques viennent les protéger par rapport aux vis-à-vis des tours environnantes rendant ces balcons comme de véritables extérieurs à soi, appropriables comme on l’entend. 

PERCÉES VISUELLES ET COMPOSITION PAYSAGÈRE
Les espaces libres végétalisés extérieurs prévus sur le projet respectent le principe de nécessaire transparence visuelle et de respect de la composition paysagère existante des pieds des tours. La continuité des aménagements a été privilégiée, en traitant de manière spécifique la géométrie du socle de la crèche. Sa forme arrondie et particulière remplit ainsi un double objectif : rappeler subtilement les courbes des volumes du bâtiment projeté, créer une cour et un parvis en relation visuelle et conserver quelques arbres existants, qui se trouvent ainsi intégrés au projet. Les courbes douces permettent d’apporter une certaine poésie à cet espace dédié aux jeunes enfants. Ces deux « patios » formant deux retraits arrondis permettent aussi de mettre en valeur le volume de la crèche et du socle en apportant une porosité visuelle avec le cœur d’ilot depuis le boulevard Ney en empêchant de trop enfermer la cour arrière réservée aux enfants. Un filet en maille inox protège la cour à l’arrière. La terrasse au-dessus de la crèche est végétalisée.

MATÉRIALITÉ  
La nécessité de favoriser le dialogue entre le projet et les tours existantes imposantes a guidé le travail de composition des façades et le choix de leurs matériaux. Ainsi la volumétrie particulière du bâtiment a suggéré naturellement l’utilisation d’un matériau spécifique qui domine le projet, et qui est décliné en différents effets : la brique pleine. L’envie d’éviter l’effet monolithique a produit un travail de façade recherché, qui joue des textures de matériaux et des effets d’ombre, faisant oublier la lecture d’un bâtiment traditionnel. Par choix, toute la hauteur des façades n’est pas traitée uniformément, grâce à différents jeux de textures et de modénatures qui les ponctuent et les animent. Des trumeaux sont remplis par un assemblage géométrique de briques dessinant un motif délicat tandis que les angles des façades et les garde-corps des terrasses et loggias sont constitués d’un assemblage aérien de briques ajourées affinant la silhouette du bâtiment, comme des moucharabiehs modernes. 

C’est par un jeu de parement arrondi en briques de la façade en rez-de-chaussée que les entrées des deux halls de logements sont annoncées, comme un véritable signal visuel à l’échelle de la rue, rappelant les volumétries courbes des étages supérieurs. Ce principe permet d’unifier l’ensemble de l’opération et d’assurer ainsi une résistance et une pérennité nécessaires en rez-de-chaussée.



Maîtres d'ouvrages : CDC Habitat
Maîtres d'oeuvres : ITAR
Entreprises : Oriane du Chéné Sibat BET TCE, HQE et économiste Gamba BET Acoustique , Bouygues Bâtiment Ile-de-France Habitat Social
Surface SHON : 5 200 m²
Cout : 9,9 M€ HT
Date de livraison : Juillet 2020

Logements boulevard Ney, Crédit photo : 11h45 Logements boulevard Ney, Crédit photo : 11h45 Logements boulevard Ney, Crédit photo : 11h45 Logements boulevard Ney, Crédit photo : 11h45 Logements boulevard Ney, Crédit photo : 11h45 Logements boulevard Ney, Crédit photo : 11h45 Logements boulevard Ney, Crédit photo : 11h45 Logements boulevard Ney, Crédit photo : 11h45 Logements boulevard Ney, Crédit photo : 11h45 Logements boulevard Ney, Crédit photo : 11h45

VOIR ÉGALEMENT

>> Publiés par d'a
>> Projets des abonnés

Les articles récents dans Choix de d'a

De l'Ecole Nationale d'Arts Décoratifs à la Cité internationale de la Tapisserie, Aubusson Publié le 22/05/2021

Maîtres d'ouvrages : Syndicat mixte de la Cité internationale de la tapisserieMaîtres… [...]

Groupe scolaire dans le quartier de l’Épine Publié le 21/05/2021

Maîtres d'ouvrages : Ville de Lille - Hellemes Maîtres d'oeuvres : Sam architecture… [...]

Groupe Scolaire Antoine de Ruffi Publié le 30/04/2021

Maîtres d'ouvrages : Euroméditerranée Maîtres d'oeuvres : TAUTEM Architecture (mandataire),… [...]

Collège pour 700 élèves à Champier dans l'Isère Publié le 22/03/2021

Maîtres d'ouvrages : Département de l'IsèreMaîtres d'oeuvres : Coco architecture et Jean De… [...]

Théâtre d'Évreux (27) Publié le 10/12/2020

Maîtres d'ouvrages : Ville d’EvreuxMaîtres d'œuvres :  OPUS 5 Architectes … [...]

51 Logements et 1 local tertiaire, Charleville-Mézières (08) Publié le 08/12/2020

Maîtres d'ouvrages : Habitat 08Maîtres d'œuvres : ateliergadbois , Cabinet… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juin 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
22 01 02 03 04 05 06
2307 08 09 10 11 12 13
2414 15 16 17 18 19 20
2521 22 23 24 25 26 27
2628 29 30     

> Questions pro

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes. Avec les marchés, globaux, les entreprises sont en…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°1

Passés en un lot unique en dérogeant au principe d’allotissement, les marchés globaux mettent l’entreprise mandataire au premier plan. S’ils…

Une initiative exceptionnelle pour endiguer l’inexorable transformation du logement social en…

Le 15 janvier 2021 a été remis le rapport sur la qualité d’usage et la qualité architecturale du logement social. Pour la première fois ce…