Menace sur la Maison du Peuple de Clichy

Rédigé par Claire DE BOISGELIN
Publié le 18/06/2018

La mairie de Clichy La Garenne a annoncé il y a quelques mois le lauréat du projet de réhabilitation de la Maison du Peuple de Clichy, icône de la modernité classée depuis 1983. Une tour en béton de vingt-sept étages signée Rudy  Ricciotti devrait s’ajouter au bâtiment métallique aujourd’hui en partie délaissé. Après trente années à rechercher un nouvel usage, le maire de Clichy se félicite de cette nouvelle dynamique. Ce projet a pourtant déclenché le cri d’alarme de Jack Lang et la mobilisation de DoCoMoMo : c'est l'occasion de s'interroger sur les manières de réhabiliter un monument historique. 

En 1935 Charles Auffrey, maire socialiste de Clichy, fait construire un bâtiment qui deviendra emblématique du Front populaire. Les deux architectes Eugène Beaudouin et Marcel Lods s’entourent de l’ingénieur Vladimir Bodiansky et du constructeur Jean Prouvé. Ils saisissent l’occasion pour concevoir un bâtiment audacieux et à la pointe des techniques de construction industrialisées de l’époque. Qualifié de véritable « bijou mécanique », le bâtiment comporte un des premiers exemples au monde de mur-rideau, grâce à ses panneaux de façades constitués de deux tôles légèrement cintrées, maintenues par des ressorts et intégrant un isolant. Cette « spectaculaire machine » s’intègre alors parfaitement à la fonction qui lui était due : un espace de vie et de loisirs pour les habitants – ouvriers en majorité – de la ville. Le bâtiment disposait de salles à dimension flexible pour des spectacles vivants, expositions, etc. L’esthétique du lieu, le travail sur la lumière et la légèreté de la structure ont conduit à faire de ce bâtiment un site classé Monument historique en 1983.

 

Bâtiment à la renommée internationale, La Maison du Peuple est pourtant aujourd’hui délaissée et nécessite une reprise des travaux. Une rénovation avait d’ailleurs été entreprise dans les années 1980 par l’architecte en chef des Monuments historiques Hervé Baptiste. C’est ce qui explique l’engouement pour le projet de réhabilitation initié par la mairie de Clichy dans le cadre de l’opération « Inventons la Métropole ». La ville de Clichy  se félicite que la valorisation foncière permette d’en faire « un lieu d’exception pour la Métropole, une vitrine pour l’architecture et l’ingénierie, un lieu d’échanges et de convivialité, d’identité et de mémoire collectives ». De quoi satisfaire, a priori, aux exigences du statut juridique du monument historique. Une équipe composée du groupe immobilier Duval et des architectes Rudy Ricciotti et LBA + Holzweg a remporté l’appel à projets prévoyant notamment d’adjoindre une tour d’habitation et d’hôtellerie de vingt-sept étages culminant à 96 mètres de hauteur. Le projet est encadré par Jacques Moulin, architecte en chef des monuments historiques. Les promoteurs se réjouissent à l’idée de redonner vie à un espace abandonné et inaccessible au public depuis des décennies.

 

Tout le monde ne partage cependant pas cet enthousiasme. Dans une lettre adressée à Françoise Nyssen, Jack Lang, président de l'Institut du Monde arabe et ancien ministre de la Culture met en garde contre un projet qui défigure le bâtiment. Plus véhément, l’architecte et historien Richard Klein, président de DoCoMoMo France, a publié une tribune intitulée « Inventons le massacre ! » et dénonce un grave danger de dénaturation et la mise en péril d’un des grands sites d’architecture moderne. Nous avons interrogé Caroline Bauer, administratrice chez DoCoMoMo pour cerner les enjeux d’une telle mobilisation. Réhabiliter la maison du peuple comme Ricciotti, ou la « réinventer », comme titre la revue en ligne Urban Attitude[1], ce n’est pas seulement dénaturer un bâtiment, mais c’est menacer tout le système français de protection et de valorisation de son patrimoine, et en particulier, de ses monuments historiques. – un système, rappelons-le, envié aux quatre coins du monde.

 

Avec la Maison du Peuple de Clichy, c’est donc toute la juridiction liée au statut de Monument Historique qui est à reconsidérer. Sur ce point, la position de DoCoMoMo est très claire : il ne s’agit en aucun cas de boycotter le projet d’un architecte comme Rudy Ricciotti, mais d’avertir sur le risque d’une éventuelle jurisprudence pour la rénovation des monuments historiques français. C’est donc l’existence même d’un appel à projets sur un monument historique qui fait l’objet de leur critique. Dénaturer ce bâtiment, comme l’explique l’association, c’est ouvrir la porte à des réhabilitations extrêmement contestables du patrimoine architectural français.

 

Certes, de grands projets comme la pyramide du Louvre n’aurait jamais vu le jour si elle n’avait pas transgressé les règles imposées par la protection du patrimoine. Or, imposer le « scoubidou géant » (dixit Rudy Ricciotti) d’un architecte « amoureux du béton » à une architecture dont l’originalité est la maîtrise de l’acier, n’est-ce pas participer d’emblée à la dégradation d’un bâtiment ? Sans pour autant proposer une alternative concrète, DoCoMoMo prône un programme de rénovation adapté afin de respecter la valeur du bâtiment, valeur attestée par le statut le plus honorifique possible, celui de monument historique. Des informations détaillées sur le bâtiment et la mobilisation sont disponibles sur leur site internet.  

 

Voici la lettre ouverte de DoCoMoMo. Signée par des architectes et des historiens comme Jean-Louis Cohen, Antoine Picon, Alexandre Gady, mais aussi par Stephane Bern ou Jack Lang, elle vise à faire réagir la sphère politique, et plus particulièrement la Direction des Affaires culturelles afin qu’elle mette son veto au projet en cours à Clichy.

 

 



[1] « Clichy : Ricciotti réinvente la Maison du Peuple dans la ville de Rémi Muzeau »

Les articles récents dans Actus brèves

10+1 : d’a révèle son Prix d’architectures Publié le 18/02/2019

Pour la première fois, la revue d’a décerne son Prix d’architectures. Ce palmarès porté par… [...]

Ishigami pour le pavillon de la Serpentine Gallery 2019 Publié le 15/02/2019

L’architecte japonais Junya Ishigami investira les Kensington Gardens pour la 19e édition de la… [...]

Bernard Desmoulin-MVRDV, Rudy Riciotti, Franck Gehry : nouveautés atlantiques, méditerranéennes et d’outre-manche Publié le 13/02/2019

Un parking de centre commercial, une bâtisse du XIXe siècle à Rennes, des coteaux corses : ce… [...]

L’université sur les ondes : l’architecture moderne en vingt-quatre leçons Publié le 11/02/2019

Vingt minutes suffisent pour découvrir la Robie house, les Siedlungen de Berlin, ou les… [...]

La salle modulable de l’Opéra Bastille : une vocation retrouvée Publié le 07/02/2019

L’agence danoise Henning Larsen architects réalisera le projet d’aménagement de la salle … [...]

Le grand débat… architectural ? Publié le 05/02/2019

Les architectes sont invités à prendre la plume pour exprimer leurs suggestions dans le cadre du … [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Février 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
05    01 02 03
0604 05 06 07 08 09 10
0711 12 13 14 15 16 17
0818 19 20 21 22 23 24
0925 26 27 28    

> Questions pro

L'architecte et les jurys

Qui juge et que juge-t-on dans les jurys ? La loi Elan récuse les concours pour les logements sociaux. Le Grand Prix national d’architecture…

Spécial logement: La quête de la qualité architecturale de l'habitat social est-elle menacée?

La loi ELAN suscite de grandes inquiétudes au sein de la profession. Trois jeunes architectes, praticiens et enseignants, expriment leur crainte…

Loi ELAN: comment produire un habitat frugal dont la valeur perçue ne soit pas celle du low cost?

Bernard blanc est directeur général d’aquitanis, l’office public de l’habitat de bordeaux métropole. Ce bailleur très engagé a déjà…