Phylogénie hospitalière : quelles mutations pour l’architecture de l’hôpital ? Discussion avec Jérôme Brunet, 24 janvier 2021

Rédigé par Antoine Kersse TOURNAIRE JULIA ET
Publié le 28/02/2021

Photo de l'exposition "Phylum H" à la Galerie d'Architecture à Paris, en 2018

Dossier réalisé par Antoine Kersse TOURNAIRE JULIA ET
Dossier publié dans le d'A n°287

Entre hospitalité algorithmique et retour aux sources du healing, concentration des soins en quelques mégahubs et dissolution de l’hospice dans la ville, où resituer l’hôpital et son architecture ? Jérôme Brunet, architecte et fondateur, avec Éric Saunier, de Brunet Saunier Architecture, revient avec nous sur les différents « territoires hospitaliers » traversés dans ce dossier. Des pistes qu’il a lui-même explorées lors de « Phylum H », une exposition et un ouvrage revenant, sous la forme d’une filiation de l’édifice hospitalier, sur près de vingt ans de conception hospitalière.

Julia Tournaire et Antoine Kersse : L’hôpital est-il en voie de disparition ou est-il une espèce en mutation dont il faut réussir à prévoir les inflexions ?

Jérôme Brunet : Aucun architecte n’est en mesure de prédire ce que sera l’hôpital de demain. Ses mutations sont liées à des dimensions scientifique, sociétale, politique et sanitaire qui nous dépassent. Si l’on suit toutefois les grandes tendances à l’œuvre, la perspective d’un hôpital qui finirait par se dissoudre est tout à fait envisageable. Aujourd’hui, l’hôpital ne peut fonctionner sans logistique mais on pourrait imaginer qu’à l’avenir celle-ci soit autonomisée sous la forme d’une plateforme chargée de délivrer et de transférer les soins jusqu’à domicile, de façon très domestique.

« Plate-forme » est un terme intéressant parce qu’il renvoie à l’idée d’un élément à plat, horizontal et régulier, à l’intérieur duquel s’organise une série de processus très complexes. On peut d’ailleurs facilement faire le parallèle entre la plateforme comme espace et la plateforme comme modèle de conception. Notre agence, avec Jacques Lévy-Bencheton, architecte associé, travaille actuellement à la conception d’un logiciel de mise en commun des maquettes numériques de tous les acteurs d’un projet. Cette plateforme collaborative est le socle du « Common Data Environment » qui centralise, organise et fiabilise les données du projet, tout comme l’hôpital structure et simplifie la fourmilière hospitalière. La résultante constitue le jumeau numérique du futur bâtiment hospitalier. 

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Septembre 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
35    01 02 03
3604 05 06 07 08 09 10
3711 12 13 14 15 16 17
3818 19 20 21 22 23 24
3925 26 27 28 29 30  

> Questions pro

« In solidum » : jusqu’à quel point l’architecte doit-il être solidaire ?

Michel Klein, directeur général adjoint de la MAF, revient sur des condamnations in solidum disproportionnées à l’encontre des architectes mie…

25 ans d’expérience sur les grands projets universitaires qui montrent les limites des PPP et le …

Qu'il s'agisse de la récente construction de l'ENS Paris-Saclay, de la complexe restructuration du campus de Jussieu ou plus récemment du Campus Con…

MOP ou conception-réalisation, comment faire le bon choix ?

Pour les maîtres d’ouvrage occasionnels, puiser dans la palette des procédures de marchés publics tient souvent du casse-tête au moment de lance…