Prises de vue – Un paradigme pour l’observation du paysage

Rédigé par Emmanuel CAILLE
Publié le 16/12/2019

.

Article paru dans le d'A n°277

« Le potentiel critique et herméneutique de l’activité accomplie par l’Observatoire réside […] dans ce choix audacieux qui implique une prise de position et un crédo : à la lumière de ces paysages qui ne veulent pas “entrer” dans la norme et qui dérangent, puisque ni totalement du côté du désordre (la nature sauvage, les plis géologiques, les blocs erratiques), ni entièrement du côté de l’ordre (l’urbanisation totale, la trame territoriale), force est de constater que ce qui prime et ce qui s’impose sur le plan du paysage aujourd’hui est justement cette réalité entre-les-deux », écrit Michael Jakob, professeur de littérature comparée à l’Université de Grenoble. Il enseigne également la théorie et l’histoire du paysage à l’HEPIA Genève et à l’EPFL. Il est aujourd’hui une figure majeure de la théorie du paysage, et son petit livre Le Paysage paru en 2008 chez Infolio est un des meilleurs et des plus accessibles ouvrages sur une question qui, comme il l’écrit « ne va pas de soi » : observer le paysage. Le CAUE 74 a eu l’excellente idée de lui confier un ouvrage collectif construit autour de la campagne menée par le photographe Sylvain Duffard depuis 2012 pour l’Observatoire photographique des paysages hauts-savoyards. S’il est difficile de résumer ici la diversité et la pertinence des approches, on se contentera de dire que l’intérêt de l’ouvrage repose, tout en se limitant à la limite géographique imposée, sur sa capacité à porter une réflexion universelle sur l’acte de regarder le paysage, une question qui, plus que tout autre, est peut-être la plus essentielle et s’impose d’emblée naturellement à nous lorsqu’il s’agit de concevoir l’architecture.

Signalons également de Michael Jakob L’arrière-paysage, des origines technologiques du paysage, que publient simultanément les éditions B2. Un essai moins accessible mais tout aussi stimulant qui s’attache davantage à la théorie du paysage à travers une réflexion qui, des technologies de la représentation à celles liées au point de vue (au positionnement du regardant), aboutie à une réflexion sur la construction du regard.

 

Prises de vue – Un paradigme pour l’observation du paysage, Michael Jakob, photographies de Sylvain Duffard, Metis Presses, 22 × 22 cm, 192 p., 32 euros.


L’arrière-paysage, Michael Jakob, Éditions B2, 10 x 15 cm, 112 p., 12 euros.

Les articles récents dans Livres

Mener l'enquête : Eyal Weizman, La vérité en ruine, Manifeste pour une architecture forensique Publié le 04/05/2021

Dès son premier ouvrage1, Eyal Weizman s’était attaché à décrire très précisément les… [...]

La sélection des livres de la rédaction Publié le 11/01/2021

» Histoire naturelle de l’architecture» Types courants de l’architecture mineure… [...]

Choix de la librairie Volume Publié le 09/12/2020

Histoire naturelle de l’architecture, Philippe Rahm, 15 x 22,5 cm, 312 p., Éditions du Pavillon… [...]

Choix de la librairie Archipel Publié le 09/12/2020

2G, n° 80, Fala Atelier, Éditions Walther König Books, 30 x 23 cm, 160 p., 39,95 euros.AV… [...]

Choix de la librairie Mollat Publié le 09/12/2020

Los Angeles Standards, Caroline & Cyril Desroche, postface de Frank Gehry, Éditions Poursuite,… [...]

Choix de la librairie Imbernon Publié le 09/12/2020

Do you read me? Bookstores around the world, Marianne Julia Strauss, Gestalten, 21 x 26 cm, 272 p.,… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Septembre 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
35  01 02 03 04 05
3606 07 08 09 10 11 12
3713 14 15 16 17 18 19
3820 21 22 23 24 25 26
3927 28 29 30    

> Questions pro

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes. Avec les marchés, globaux, les entreprises sont en…