Ville nouvelle

Rédigé par Emmanuel CAILLE
Publié le 09/12/2020

Ville nouvelle

Voilà un livre particulièrement singulier. C’est une bande dessinée réalisée sur logiciel AutoCAD par l’architecte polonais Lukasz Wojciechowski. Elle raconte avec ironie un moment de l’histoire de l’architecture vue à travers la vie d’une agence fictive entre 1958 et 1978. Le parti pris de dessiner au trait de largeur unique (au 0,25, comme on l’aurait dit au temps des Rotring) crée un effet onirique un peu naïf qui tourne en dérision l’optimisme débridé de ces années de reconstruction et de bouleversement des paysages urbains. Le récit se termine d’ailleurs avec le robot R2-D2 réfugié sous la cabane de l’abbé Laugier. Tout un programme… EC

 

Ville nouvelle, Lukasz Wojciechowski, Éditions Çà et Là, traduction d’Apolonia Stankiewicz, 17 x 15 cm, 76 p., 14 euros.


Les articles récents dans Livres

« C’était la première fois que je lisais un écrivain qui parlait aussi bien d’architecture » Publié le 06/02/2023

Entretien avec Louis PaillardLe 2 novembre 2022, l’architecte Louis Paillard publiait son adaptati… [...]

Anna Heringer: Essential Beauty Publié le 02/12/2022

[...]

Le choix de la librairie Mollat Publié le 02/12/2022

Implantée sur 2 700 m2 au cœur de Bordeaux, la librairie Mollat consacre depuis de nombreuses ann… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Février 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
05  01 02 03 04 05
0606 07 08 09 10 11 12
0713 14 15 16 17 18 19
0820 21 22 23 24 25 26
0927 28      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…