Entretien avec Pierre Caye : Des pistes pour le « dur désir de durer »

Rédigé par Guillemette MOREL-JOURNEL
Publié le 02/04/2021

Article paru dans le d'A n°288

Pourquoi parler d’un livre de philosophie dans une revue d’architecture ? Pourquoi dire que la lecture du livre en question devrait être obligatoire pour tous les architectes, étudiants en architecture et acteurs du monde de la construction d’aujourd’hui ? Parce que Durer, Éléments pour la transformation du système productif, comme son titre ne l’indique pas, parle de l’aménagement, ou plutôt du « ménagement » de nos espaces et territoires, comme le dit joliment l’auteur Pierre Caye. Parce que, en moins de 400 pages magistralement menées, le livre met à plat, comme par inadvertance, avec une lucidité digne d’un Candide pas si innocent que cela, bien des a priori et des certitudes trop vite actées sur ce qu’est, ou devrait être, le « développement durable ». Cette inadvertance est au demeurant feinte, tant le propos de l’auteur fonctionne comme une machine à penser implacable pour tester, mettre en perspective, retourner, déplier, démystifier cet oukase de notre XXIe siècle qu’est le développement durable. L’expression est en elle-même déjà paradoxale, puisque le « développement » suggère un mouvement, tandis que « durable » désigne au contraire une immobilité. 

L’érudition vertigineuse de l’auteur (on déplore l’absence d’index des noms) ne tombe jamais dans la cuistrerie ; elle n’est pas plus un obstacle à une lecture non académique, mais bien une invitation à lire encore, lire d’autres livres, et réfléchir avec eux. Les disciplines convoquées ont aussi de quoi donner le vertige : droit, économie, politique, diverses branches de la philosophie, histoire, géographie, écologie, sociologie, sciences de l’information… architecture. Mais cette diversité n’est jamais éparpillement. Il en va de même pour la variété des corpus convoqués : ouvrages et articles académiques bien sûr, mais aussi rapports d’ONG, articles de presse, traités, textes de loi, témoignages… Cette pluralité de sources participe du pouvoir de l’attrait du livre, qui ne s’enferme jamais dans un seul niveau d’analyse des phénomènes contemporains qu’il observe, et n’hésite pas à remonter aux classiques de l’Antiquité pour les décrypter. C’est ainsi que, dans ce fameux index manquant, le lecteur trouverait, entre Alberti et Vitruve (deux architectes dont Pierre Caye est un éminent spécialiste), Aristote, Deleuze, Elias, Hegel, Koolhaas, Marx, Sénèque ou Virilo, en passant par Ciriani, le Coran, la Cour des comptes, Gorz, Rosa ou Schumpeter, sans oublier Juliette Binoche, parmi des centaines d’autres. 


L’ouvrage commence par une interrogation fort simple : « Qu’est-ce que le développement durable ? », et en expose les « définitions, distinctions, mystifications ». La première phrase, d’une redoutable simplicité, est d’ailleurs un constat implacable : « Le développement durable est partout dans les discours, nulle part ou presque dans les faits. » Et Pierre Caye de déplorer, par exemple, la dispersion des objectifs de l’Agenda 2030 adopté par les Nations unies il y a cinq ans, en le comparant savoureusement à ce gâteau 100 fois bon d’un récent Album du Père Castor : un gâteau confectionné avec les 100 ingrédients préférés des convives et qui s’avère dès lors… immangeable !  (...)

Les articles récents dans Le Grand Entretien

Écouter, voir : Entretien avec Álvaro Siza, le 5 mai 2021 Publié le 07/07/2021

Alors que se prépare l’entretien en distanciel, j’essaie de rassembler tous mes souvenirs des… [...]

Entretien avec Dominique Lyon : Le parti pris des choses Publié le 04/05/2021

Dominique Lyon me reçoit chez lui au neuvième étage d’un immeuble sans qualité construit dans… [...]

Entretien avec Patrick Berger : dessiner, construire, penser Publié le 24/02/2021

J’ai rendez-vous avec Patrick Berger dans un appartement du quartier du Châtelet. C’est au… [...]

Entretien avec Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal : Le vrai confort, c'est la liberté Publié le 30/12/2020

Présentiel ou distanciel ? Je choisis de m’enfoncer dans la rue d’Avron, toujours animée… [...]

"L'architecte est avant tout un prestataire de services", Entretien avec Eduardo Souto De Moura Publié le 04/11/2020

J’avais demandé à rencontrer Eduardo Souto de Moura lors de l’inauguration de la Comédie… [...]

Entretien avec Bernard Tschumi : Transgressions Publié le 12/10/2020

Non, cette fois-ci je ne retrouverais pas Bernard Tschumi au Rouquet, boulevard Saint-Germain,… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Août 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
30      01
3102 03 04 05 06 07 08
3209 10 11 12 13 14 15
3316 17 18 19 20 21 22
3423 24 25 26 27 28 29
3530 31      

> Questions pro

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes. Avec les marchés, globaux, les entreprises sont en…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°1

Passés en un lot unique en dérogeant au principe d’allotissement, les marchés globaux mettent l’entreprise mandataire au premier plan. S’ils…