Exploiter la précarité des jeunes architectes pour faire du dumping d'honoraire.

Rédigé par . D'ARCHITECTURES
Publié le 15/01/2014

En réaction à la parution du classement annuel des 350 premières agences d'architecture (selon le chiffre d'affaire) dans le numéro de décembre, l'architecte Olivier Arene, conseiller à l'Ordre Régional des Architectes d'Ile de France (CROAIF), s'insurge notamment contre le dumping des honoraires qui repose en grande partie sur l'exploitation des jeunes architectes salariés dont la précarité des rémunérations et contrats est érigée en système, lequel déroge à plusieurs lois, conventions et autres règles professionnelles.

Ces dérives sont un danger majeur pour toute la profession, car faute d'une rémunération correspondant aux missions à assumer, celle-ci ne peut que se déqualifier et finir par perdre définitivement toute crédibilité, tant auprès du grand public que des grands donneurs d'ordres et du monde du BTP. Ils ont tous tant besoin pourtant de maîtres d'œuvre qualifiés et compétents.

D'a : Pourquoi souhaitez-vous réagir aujourd'hui, après la publication du classement ?

Olivier Arene : Bien qu'associé d'une « grosse » agence, je partage pleinement la conviction que doivent coexister différents types et tailles d'agences. Pour autant cela ne doit pas se faire, comme c'est malheureusement le cas actuellement, au profit des plus gros et au détriment des plus faibles !

Ainsi, je ne partage pas l'argumentaire qui veut que « les grandes structures peuvent se permettre des investissements de recherche et une optimisation méthodologique grâce aux économies d'échelles ». Même s'il y a une part de vérité dans cette affirmation, la réalité est malheureusement assez différente.

Dans l'éditorial du numéro de décembre vous affirmez que « les grosses agences, exsangues, viennent puiser dans le vivier de la commande des agences plus modestes » : ceci est tout à fait exact, mais méritait d'être quelque peu développé.

Le coût de fonctionnement des ces grosses structures ne leur permet pas d'être concurrentielles sur un marché dans lequel, bien entendu, un maître d'ouvrage préfèrera se « payer » une entreprise d'architecture reconnue au même prix qu'une petite structure. Dès lors se pose la question de la façon dont s'en sortent financièrement une grande partie de ces grosses et moyennes structures ? Et c'est là que le bât blesse, et que le temps est venu de dire sur la place publique quelles sont ces pratiques douteuses mais malheureusement répandues chez les architectes.

J'ai rassemblé ces deux dernières années des informations essentielles qui concernent notre branche et qu'il me semble impossible de ne pas évoquer, tant elles permettent d'expliquer une partie des questions qui agitent les architectes, et plus particulièrement la grave question du dumping.

Je considère que la première conséquence la plus inquiétante de cette situation réside dans le fait que, face à la complexité croissante de l'exercice de la maîtrise d'œuvre, nous ne sommes plus en capacité d'assurer nos missions de façon suffisamment efficiente, et que la qualité architecturale, même si les revues sont encore pleines de projets (qui semblent…) épatants, finira rapidement par en pâtir. C'est d'ailleurs déjà le cas pour un certain nombre de réalisations en conception-réalisation, PPP, et autres chantiers sans architecte.


D'a : Comment en est-on parvenu à cette situation ?

O. A. : La raréfaction de la commande, qu'elle soit publique ou privée, est amplifiée par le transfert du public vers le privé, permettant essentiellement d'échapper à certaines règles, et plus particulièrement à la Loi MOP, notamment en matière de rémunération et d'indemnisation. La modification de l'accès à la commande privée est devenue le moteur du dumping, le plus souvent « subi » par les architectes plus que réellement provoqué.

Car si historiquement les architectes avaient réussi à fidéliser une clientèle privée en réalisant gratuitement des pré-études ou des faisabilités, moyennant quoi ils avaient la garantie d'obtenir à moyen terme une affaire en gré à gré, cette époque est désormais révolue. En effet, le foncier disponible est quasi systématiquement sous tutelle des pouvoirs locaux, ces derniers imposant le recours aux concours d'architecture pour sélectionner les maîtres d'œuvre (ce qui en soi est plutôt une des conséquences positives de la prise de conscience de nos élus de l'intérêt public de l'architecture).

Si cela présente la vertu de garantir un meilleur contrôle architectural, plus aucun promoteur ne peut pour autant garantir à un architecte apprécié qu'il sera attributaire d'une opération. De l'autre côté, aucun de ces promoteurs n'est prêt à changer ses habitudes et à « indemniser » les concurrents, d'autant moins qu'une majorité de ces derniers sont « recommandés » par le pouvoir politique, quand ce n'est pas le lauréat lui-même qui est imposé. Pour autant, de plus en plus de communes arrivent à imposer aux promoteurs d'indemniser les architectes appelés à concourir. Mais les montants des sommes allouées sont dérisoires, voire méprisants quant aux prestations fournies, et ne font que cautionner un état de fait en donnant bonne conscience aux élus et à leurs organismes de maîtrise d'ouvrage. Le dumping devient ainsi imposé par les pouvoirs publics et les promoteurs pour qui ces études coûtent toujours trop cher.


D'a : Vous n'hésitez pas à dénoncer des pratiques de dumping, comment sont-elles alimentées ?

O. A. : Deux principaux leviers sont actionnés, et permettent dans les deux cas de franchir allègrement et sans complexe les limites de la Convention Collective, du Droit du Travail et du Code des Devoirs Professionnels. Le levier social et le levier structurel sont les motifs de mon indignation !


D'a : Ce dumping ne se fait-il pas principalement sur le dos des salariés dont les statuts se précarisent dramatiquement?

O. A. : La masse salariale représente pour les grosses et moyennes structures, entre 40 et 70% du chiffre d'affaire : cet écart important s'expliquant par les grandes différences de traitement social de leurs salariés (cf. ci-après). On comprend dès lors aisément que les économies faites sur ce poste permettent de dégager des « marges de manœuvre » plus ou moins importantes et d'engager des études « à risques » beaucoup plus facilement que ne peut se le permettre une microstructure. C'est ce que je nomme « levier social ».

Un trop grand nombre d'entreprises fonctionnent actuellement avec un effectif constitué d'une majorité de stagiaires, étudiants et autres HMONP, en quasi-totalité employés en CDD « kleenex » (le salarié est jeté après usage…, évitant ainsi toute « inertie financière »), abusant des heures supplémentaires ne donnant lieu à aucune contrepartie (ni payées, ni récupérées), et dont les salaires sont plus ou moins indécents. Outre le fait que ces entreprises sont strictement en infraction avec la Convention Collective et le Code du Travail, elles arrivent à dégager des écarts de masse salariale considérables. C'est ainsi que ces structures peuvent se permettre de répondre ensuite gratuitement (ce qui est totalement interdit par le Code des Devoirs Professionnels) ou pour des « indemnités » indigentes, à des demandes de promoteurs privés ou des collectivités locales qui s'abritent derrière des sociétés d'économie « mixtes » pour échapper aux règles de la commande publique et aux indemnisations qui lui sont encore attachées (mais pour combien de temps ?)


D'a : Les stagiaires et jeunes architectes sont-ils les seules victimes ?

O. A. : En premier lieu, c'est l'entreprise elle-même qui se met en difficulté sur le long terme. En effet, comment construire une « mémoire d'entreprise », gage de qualité professionnelle, avec des ressources humaines totalement volatiles ? Il faut comprendre ensuite que cette « politique économique » se fait sur le dos des salariés, aujourd'hui structurellement en écrasante majorité des « architectes D.P.L.G. » ou des « Architectes Diplômés d'Etat ». Ils sont en quelque sorte les confrères de leurs employeurs, même si la majorité de ces salariés n'a pas le droit de porter le titre, car contrairement à leurs employeurs ils n'ont pas prêté serment de respecter le Code des Devoirs Professionnels.

On peut considérer que les écarts dont il est question sont de l'ordre de 30%. Le salaire brut mensuel moyen chez 2/3/4/ pour 2013 est de 3.660€ ; lorsque 80% des employés d'une structure sont des stagiaires, étudiants ou HMONP, cette moyenne peut tomber à 2.000€, soit plus de 45% d'économie sur la seule masse salariale. Ainsi, pour des chiffres d'affaires compris entre 2,5 et 5 M€ (de la 65ème à la 175ème place du classement) et pour une masse salariale moyenne de 50% du CA, l'économie oscille entre 415.000€ à 1.700.000€ par an ! On peut faire un sacré nombre de faisabilités « à l'œil » pour des sommes pareilles, et répondre aux appels d'offres à des taux indécents !

On est en droit de s'interroger ensuite sur la façon dont agiront demain les anciens salariés devenus à leur tour employeurs après avoir subi un tel régime ...


D'a : Vous évoquiez plus tôt le levier structurel. C'est la cotraitance qui est ici pointée du doigt ?

O. A : Sans m'attarder sur ADP ou AREP qui ont depuis leur origine surfé sur les limites de la légalité du fait d'un monopole jamais contesté par les instances professionnelles, le classement que vous proposez dans le numéro de décembre ne fait aucun distinguo entre les « vraies » sociétés d'architecture (ou les architectes indépendants en exercice libéral) inscrit(e)s à l'Ordre des Architectes, et les groupement de sociétés d'architecture « associées » à des structures strictement d'ingénierie (le plus souvent dénommées « société de production » par les architectes) quant à elles non inscrites à l'Ordre.

Le « groupement » ainsi constitué entre une (petite) société d'architecture et une société de production, donc « personne morale » non architecte, constitue un contournement de la Loi de 1977 en ce sens que ce groupement, identifié comme « l'architecte », est en fait constitué en majorité par une personne morale qui détient plus de 25% des parts d'intérêt.

Généralement formé en cotaitance, ce groupement peut ainsi afficher un CA plus important que la seule société d'architecture, et être plus « agressif » commercialement tout en limitant l'engagement financier de la société d'architecture.

Il faut savoir que ces sociétés de production sont généralement rattachées à la Convention Collective des bureaux d'études, et que les cotisations sociales versées (de fait beaucoup plus importantes pour la société d'ingénierie que pour celle d'architecture) ne profitent aucunement à la branche architecture ! Au moment où la question de la formation permanente tout au long de la vie professionnelle va être imposée à toutes les branches, on peut se demander comment les architectes arriveront à financer ces formations, et cela quelle que soit la dimension de leur structure. Qu'on ne s'y trompe pas : il s'agit là d'une porte grande ouverte à la prise de contrôle des architectes par le BTP !


D'a : Quand levier social et levier structurel sont cumulés, pouvez-vous nous dire jusqu'où certaines agences peuvent abuser du système ?

O. A : Certaines entreprises d'architecture vont jusqu'à créer trois ou quatre sociétés (et parfois sept pour certaines qui se reconnaîtront) afin d'une part de ne pas dépasser des seuils fatidiques pour certaines dispositions de la convention collective (moins de 10, puis de 50 salariés imposant des représentations du personnel et des comités d'entreprise « gênants »…), mais surtout pour exploiter les CDD à outrance en allant au maximum des 18 mois autorisés par les règles sociales, et en employant ensuite le même salarié dans une des autres sociétés. Elles sont généralement logées (et référencées) à la même adresse, et l'employé continue à travailler sur le même projet dans des jeux de refacturation et de sous-traitance souvent en infraction une nouvelle fois avec le Code des Devoirs Professionnels. Rappelons qu'il est interdit, pour un architecte ou une société d'architecture, de sous-traiter la « conception »  : il est d'usage de considérer qu'il s'agit de toutes les études permettant de déposer un permis de construire.


D'a : Quelles pourraient être les conséquences pour l'avenir de la profession ?

O. A : Au mieux certains architectes agissent ainsi pour mettre ces « économies structurelles » au service de l'intérêt public en participant à des consultations qui garantiront la qualité architecturale de notre patrimoine futur. Mais il faut qu'ils soient pleinement conscients que, ce faisant, ils accentuent chaque jour un peu plus la dévalorisation de nos prestations intellectuelles, pourtant de plus en plus complexes et nombreuses. Ne fidélisant pas leur personnel, ils ne peuvent construire la « mémoire d'entreprise » qui est seule garante de la réelle qualité de leurs prestations. Dès lors ils finiront par ne plus offrir de meilleures garanties à leurs maîtres d'ouvrage que l'architecte seul (ou presque) totalement investi, et « pour la vie », dans sa production.

Au pire, cela permet d'augmenter la part de bénéfice au seul profit du ou des associés de l'entreprise : certains architectes parviennent ainsi à s'acheter aujourd'hui, en pleine crise, des locaux somptueux dans les quartiers les plus chers de Paris, quand la majorité des structures accroissent leurs déficits pour tenter de survivre. Ceux-là sont les fossoyeurs de la branche et ne méritent que le mépris et l'opprobre de la part de leurs confrères.

 

Mais encore faut-il qu'ils sachent que nous savons…

Les articles récents dans Points de vue / Expos

La politique de l’architecture après la Covid-19 Publié le 12/10/2020

Nombreux sont ceux qui naturellement ont imaginé que l’architecture devait proposer ses… [...]

Si l’échec est un but, la transition écologique du BTP pourrait être un chef-d’œuvre Publié le 12/10/2020

Des conflits d’intérêts, Une « task force », Un rapport secret, Une… [...]

« Frémissements » : Susanna Fritscher au Centre Pompidou-Metz Publié le 25/08/2020

L’installation de Susanna Fritscher investit de ses fils blancs l’intérieur de l’un des … [...]

L’habitat collectif en zugzwang Publié le 25/08/2020

Le zugzwang est une situation du jeu d’échecs dans laquelle le joueur est contraint de jouer… [...]

Miroir grossissant Publié le 30/06/2020

Le confinement fut propice aux imaginaires du monde d’après. Avec le déconfinement, c’est… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.
JEAN LABASQUE   -   le 21/01/2014

Article intéressant qui met enfin le doigt sur les réelles conditions d’emplois des architectes, et qui montre le décalage entre le fonctionnement actuel d’une grande partie des agences d’architectures (pas toutes) et la réalité du métier et de la profession. Et ce sujet contrairement à ce que suggère l’article ne touche pas plus les grandes agences que les petites. L’open-space des petites structures permet de maintenir facilement sous pression les employés sous le regard de leur patrons, et de nombreux jeunes se tournent désormais vers les grandes structures où les règles semblent mieux appliquées et contrôlées, notamment en intérim.

Quant au statut d’autoentrepreneur, ou autre enregistrement à la maison des artistes, c'est effectivement un statut libéral "à la mode" qui semble en incohérence avec le fait que de nombreuses agences vivent des commandes publiques, et tiennent devant les maitrises d'ouvrages de beaux discours sociaux qui concernent les usagers des immeubles qu'ils conçoivent, mais apparemment pas leurs équipes.

Comment peut-on encore s’enorgueillir d’être responsable de chantier et de porter le titre de « maitre d’oeuvre » alors que les architectes travaillent sans horaire, sans formation professionnelle, sans intéressement à la productivité, dans le non-respect affiché de la convention collective, et que les employés des BET, des bureaux de contrôle et des maitrise d’ouvrage ont eux accès à tous ces droits minimum.

La crédibilité du métier en prend en coup, et incite logiquement les maitrise d’ouvrage à tirer vers le bas les honoraires des architectes, qui répercutent ce « manque à gagner » sur le levier social et financier que constituent les employés.

Les agences ne sont pas toutes des « casseuses d'employés » mais le fonctionnement actuel, qui date souvent de l’époque ou l’on dessinait à la main, sans normes handicapés, sans normes incendies, sans impressions, sans présentations autocad, sans charte graphique,sans rendus 3D,sans rendu de lumière, sans export de formats.... et autres problèmes de traceur, de centaines d’emails journalier et de planning chantier est aujourd’hui révolu.

Si vous demandez aux architectes avec 5 ans d’expériences s’ils ont reçu une formation professionnelle depuis leur diplôme, peu vous répondront oui, contrairement à l’ensemble des métiers, que cela concerne le bâtiment ou non (faites le test "hors archi").

Et chaque année, lors de la remise de l’équerre d'Argent, les employés sont tendrement qualifiés de "soldat" ou de "samouraï", c'est à dire prêt au sacrifice ultime. Ces termes s'ils sont peut-être dit avec une forme de respect pour l'engagement, offre une image bien dégradée du métier aux autres intervenants de la construction.

Comme dit dans les commentaires précédents, la question des emplois précaires résulte souvent d'une inefficacité de production auquel est contraint l'employé "précaire" par son propre manque connaissances mais aussi par le mode de gestion générale plus basée sur le temps et l'argent qu'il est prêt concéder, que par ses réelles capacités immédiates ou futur.

Avec ce constat il est compréhensible que soit mis en doute dans cet article les usages de travail, d'emploi et d’efficacité pour un métier à forte responsabilité et demandant un réel panel varié de connaissances (dessin informatique, 3D, normes, sécurité, gestions, planning, communication, graphisme, impression, édition, créativité, conception, logique, écriture, technique).

Il est nécessaire à mon avis que les architectes s'attèlent à être plus efficace et respectueuse des conventions collectives, de manière à gagner du temps pour promouvoir la création architecturale (qui devrait occuper la majorité du temps), améliorer leurs gestion et donc augmenter la productivité tout en augmentant les salaires,les bénéfices direct des agences et la crédibilité au yeux des maitrises d'ouvrage.


Je tiens à préciser qu’il existe tout de même des structures qui respectent vraiment les employés, leurs conditions et l’ambiance de travail, stimule l’envie de s’investir, promeuve la création architecturale, et occupent le haut de l’affiche dans les magazines.

Et celles-ci existent, se battent pour la profession sans discours biaisé et méritent tout notre plus grand respect.

J.

LEO M   -  Architecte le 17/01/2014

Il est sympa votre article et comme par hasard, ça tourne sur Facebook chez les jeunes archis comme moi! Moins de 30 ans, 5 ans d'expérience, des postes à responsabilité, dans des agences prestigieuses, un doctorat en cours ET JAMAIS un vrai contrat. Tout pour plaire!

Mais je tenais à réagir, car je vous trouve beaucoup trop consensuel, mais comme le dit "l'as l'as", n'allons pas se brouiller avec qui que ce soit, car comme on le sait, dans la profession, on est tous confrère (enfin, ça, c'est ce qu'on apprend aux HMONP!)
Dans la vrai vie, c'est machin qui fait un procès à machin car il a pas gagné l'appel d'offre de tel théâtre ou tel stade, alors on lui en donne un autre par derrière pour éviter les 10 ans de procédures judiciaires, mais là n'est pas mon propos.

Pourquoi ne pas évoquer le magnifique statut d'AUTO-ENTREPRENEUR! Ce salariat déguisé, qui sert maintenant aux patrons d'agence à répondre à la commande avec encore plus de flexibilité. Même pas la peine d'attendre la fin du contrat, du jour au lendemain on peut faire le vide...
Ce statut qui est évoqué dès l'entretien, lorsque l'on nous fait savoir que c'est la seul façon de pouvoir espérer travailler une jour chez "machin machin", car "Vous savez, c'est la crise!"

Mais de qui se moque-t-on?

Vous paraissez choqué en évoquant les CDD, mais si seulement... Au moins avec un CDD, on a des indemnités, une sécu, du chômage, voir des tickets resto... Le CDD c'est has-been et votre article à 5 ans de retard. Le vrai chic maintenant pour une agence, c'est d'avoir 2 associés, 5 auto-entrepreneurs et 8 stagiaires. C'est comme ça qu'on réduit les couts!

Pour parler de mon cas, on m'a proposé de faire ça, car l'agence qui m'embauchait venait d'être crée, de manière à faire ma "part de sacrifices", "au début". Et je voulais faire des projets à mon compte donc ça m'arrangeait. 2000€ brut. Mais avec des aides de l'état, donc 1800€ net, je pensais m'en sortir pas mal part rapport à mes camarades de promo.
1 an après, j'en étais au même point, mais avec un poste de chef de projet et plusieurs chantier à suivre, pour pas mal de millions d'euros.
Des responsabilités trop importantes pour un salaire trop faible et aucune assurance que ça ne se retourne pas contre moi le jour où ça part de travers.

Voila le vrai scandale!
Des architectes qui se bradent aux plus offrant et qui ensuite viennent pleurer qu'ils ne peuvent pas payer décemment des gens qui ont fait 6 à 8 ans d'étude sous prétexte que "si t'es pas content, on prend quelqu'un d'autre".
Et des jeunes trop c**s pour les envoyer balader.

On ne va pas remettre en question le cout du travail en France et le manque de reconnaissance du statut d'architecte car tout est lié malheureusement, mais à un moment, il faudrait arrêter de rigoler et commencer à faire le ménage dans la profession.
Et ça, c'est au CNOA de le faire!

claude PENSADOR   -   le 17/01/2014

Il est plus qu'évident qu'être architecte DE ou HMONP se destine à de la chaire à canon. Depuis 3 ans diplôme = 3 CDD. J'ai déjà touché le RSA. Le salaire varie de 1200 euros à 1400 euros net. Nos amis ingénieurs commencent à 1600-1800 Euros net. La formation UNIVERSITAIRE forme des passionnés, mais pas des professionnels. Quand on sort, on subit forcement la concurrence des dessinateurs ( Bac + 2-3°). Le statut DE n'existe pas. Sur les fiches de salaire nous avons comme mention celle d'un dessinateur. Sans compter que dans beaucoup d'agence, c'est l'enfer.

Pour éviter le cassage des prix entre les petites structures et les grandes ( Et oui, les petites peuvent forcement baissées à 5-6% du taux de rémunération.) Les grandes, peuvent se permettent, comme le dit l'article d'offrir des études préalables. Je suis pour un tableau universel et minimum des rémunérations des prestations.
On devrait clarifier le statut et leurs compétences des ADE et HMONP dans les agences.( Convention collective, statut, syndicat...). D’ailleurs, pour citer des noms, je vous le dis pour les lyonnais, éviter les agences comme Santoro par exemple.(mauvais salaire, mauvaise ambiance...)

Bob MORANE   -   le 16/01/2014

Enfin, ils seraient en effet de bon ton (et de "bon temps") de s'exprimer sur ce sujet !!!

Pour en revenir à ce qui a été déjà écrit précédemment,
- Certes, les "jeunes" (25-30ans) ne savent que trop bien qu'ils ne vont pas trouver un CDI de suite, mais bon travailler pour 400euros par mois (pour les plus chanceux) après 5-6ans d'étude, faut peut-être pas pousser "mamie dans les orties"!

Là où je rejoins "L'as l'as" c'est cependant dans la manière dont certaines entreprises sont gérées notamment le côté grand patron de certains chefs d'agence...

Ensuite pour les "noms", on les connaît, et c'est d'autant plus tristes que la majorité s'inscrit dans le parcours pédagogique des études en architecture en France... Eh oui c'est les mêmes je ne les cites pas tous, (ils se retrouvent déjà suffisamment dans la plupart des média spécialisés) qui nous font tout un "speech" sur les droits du jeune architecte !

Et là, nous n'évoquons pas encore le petit "+" qui fait qu'en plus de ne pas être payé, il semblerait tout à fait normal de travailler sans compter ses heures, voir ses week-ends au sein de certains agences... Hypocrisie, aveuglement, ou bien l'aveu d'une certaine "sodomie" pour reprendre le vocabulaire de certain(s) architecte(s).

L'AS L'AS   -   le 16/01/2014

Mr Arene, il est facile de dire que vos confrères utilisent les jeunes comme kleenex.

mais:

1-les jeunes savent déjà qu'il vont mettre du temps a trouver un emploi stable. On est en 2014 et on trouve pas un CDI comme ça.
Mais merci de vous indigner.

2-Ce qui est le plus grave c'est comment les chefs d'agence gèrent leurs entreprises, ils n'ont aucune formation managériale, se considèrent comme des "artistes" et trouvent que tout ce qui est de l'ordre de la gestion d'entreprise est avilissante. Qu'on s'étonne pas après

3-balancez les noms de vos fossoyeurs de confrères, histoire que les personnes qui cherchent du travail n'aillent pas bosser dans leurs agences.

Haaaaa bah non on va pas se brouiller avec les copains, on va plutôt écrir un article qui fache personne et ne sert à rien, sauf a dire "c'est dur d'etre jeune archi" .

R .DAI   -  architecte le 16/01/2014

Nous savons mais malheureusement nous avons faim et froid...

> L'Agenda

Octobre 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
40   01 02 03 04
4105 06 07 08 09 10 11
4212 13 14 15 16 17 18
4319 20 21 22 23 24 25
4426 27 28 29 30 31  

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…