N° 302 - Octobre 2022

PRIX D'ARCHITECTURES 10+1 2022

Où et comment les architectes devront-ils intervenir dans les prochaines années ? Quelle responsabilité ont-ils face à la dégradation des territoires et à la crise climatique ? Quelles stratégies inventer face à l’hyperréglementation et à la perte des savoir-faire des entreprises ? Comment faire advenir l’architecture dans les réalisations les plus modestes ? C’est à l’acuité des questions qu’ils imposent par leurs choix, par la pertinence des réponses qu’elles ou ils y apportent, à leur capacité à nous étonner ou à nous émouvoir que les lauréats de cette année doivent leur sélection par le jury qui, comme tous les ans, s’est déplacé dans toute la France pour visiter chaque lieu.

C'est aux Magasins Généraux à Pantin, siège de BETC, qu'ont été dévoilés le 15 septembre ces lauréats des Prix d’architectures 10+1. Le Grand prix d'architectures a été décerné aux architectes de l’agence DATA pour leur exemplaire transformation d’un immeuble de bureau de la RATP en 52 logements, l’immeuble Abel Hovelacque. Tout en gardant le poste de commandement de la ligne 6 du métro dans les sous-sols, ils sont notamment parvenus à ajouter deux niveaux de logements sans alourdir le bâtiment par un travail subtil d’allègement des structures existantes. Le jury a aussi retenu la qualité et l’originalité des plans des appartements.

Dix autres réalisations architecturales ont reçu le Prix d’architectures. Les enjeux actuels du logement, et notamment de son rôle dans la crise climatique, ont conduit le jury à sélectionner cinq opérations d’habitation dont trois réhabilitations sur les dix projets distingués. À l’heure du Plan climat et de la catastrophe écologique et esthétique qu’il entraine par la médiocrité des rénovations majoritairement mises en œuvre, le jury a souligné l’exemplarité de deux opérations de transformation d’immeubles sociaux des années 1960, à Rennes et Paris.

Le jury a aussi voulu montrer que si l’excellence architecturale s’exprimait dans de prestigieuses opérations comme la restructuration de la Bibliothèque Nationale de France ou la médiathèque de Grasse, elle pouvait aussi advenir jusque dans les plus petites communes de France avec des budgets extrêmement modestes.

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Parcours

» Les pieds sur terre

Points de vue / Expos

» L'architecture ou l'art de transformer le réel. Par Philippe Prost

Concours

» De bruit et de silence

Le dossier du mois

» Francis Kéré. Une nouvelle eau, une ancienne source

Innovations

» Construction en terre crue : Un mégabloc bouleverse les règles
» D'A LAB

Questions pro

» Et si on arrêtait de bosser ?

Techniques

» AGENCEMENTS INTÉRIEURS : LE DÉCOR EN RÉSISTANCE

Le Grand Entretien

» Dietmar Feichtinger: Non radical !

Réalisations

Publiés par d'a

» Bunker muséologie
» Unpacking my library
» A la recherche de l'aménité ; mais pour qui ?

> L'Agenda

Décembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
48   01 02 03 04
4905 06 07 08 09 10 11
5012 13 14 15 16 17 18
5119 20 21 22 23 24 25
5226 27 28 29 30 31  

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…