N° 303 - Novembre 2022

Temps du chantier, temps de l’architecture

Qu’ils s’en résignent ou le déplorent, les architectes sont de plus en plus exclus de leur mission de chantier. Nous pourrions gloser indéfiniment sur les perdants et les gagnants de cette évolution : si le promoteur croit souvent y gagner, le futur usager a tout à y perdre ; les entreprises et les architectes y perdront aussi1, sauf s’ils ne possèdent pas les compétences requises, ce qui est malheureusement souvent le cas. Ce que l’on peut affirmer, par contre, c’est que l’architecture et la profession d’architecte ont beaucoup à perdre de cette démission. L’histoire de ce renoncement a déjà été faite ; les torts sont partagés. Le phénomène n’est pas nouveau mais il est aujourd’hui mis en lumière par la part grandissante d’architectes qui, ayant forgé leur réputation dans la commande publique (où la mission complète est plutôt la règle), se confrontent désormais à la commande privée, et se retrouvent à leur grand dam exclus de la maîtrise de leur projet.
La perte du contrôle de l’intégrité du projet jusqu’à sa réalisation – et donc aussi de la part de marché que constitue le chantier – est certes inquiétante, mais si l’on considère que l’acte architectural est indissociable de l’acte de construire, alors c’est à l’essence même de l’architecture que l’on s’en prend.
Face à la puissance coercitive de la standardisation industrielle et de la normalisation administrative et technique qui somme désormais les architectes de livrer un projet clés en main aux entreprises comme si c’était un meuble IKEA, il peut être tentant de se résigner. Mais le temps du chantier est aussi celui de l’adaptation, de l’expérimentation, du partage et de l’enrichissement mutuel des savoirs. À l’heure où les aléas conjoncturels dus au climat, aux flux mondiaux de marchandises ou à l’inflation imposent plus que jamais leurs lois, alors qu’il nous faut trouver des matériaux et savoir-faire locaux et nous y ajuster, recycler des matériaux hors catalogue et transformer des bâtiments qui ne révèlent leurs secrets qu’au moment de leur déshabillage, le rôle de l’architecte sur le chantier est plus que jamais indispensable… et c’est à le démontrer que nous avons consacré ce dernier numéro de d’année.
Emmanuel Caille

1. Il faut mettre à part le cas de certains grands chantiers, où l’expertise de maîtrise d’œuvre d’exécution institue un autre type de rapport de force (lire le dossier d’Olivier Namias dans d’a n° 292, septembre 2021).

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Parcours

» Remingtonstyle : L’économie doit être une prérogative de l’architecte

Le Grand Entretien

» Studio Muoto : La génétique de l’espace

Points de vue / Expos

» L’architecture ou l’art de transformer le réel

Concours

» De la barre à l’îlot

Le dossier du mois

» Le chantier comme projet
» De l'évidence impérieuse d'en être
» Mathieu Berteloot, HBAAT : "Le chantier, c'est avant tout de la négociation"
» François Brugel et Marc Dujon : faire du chantier durant le concours
» Lacol Arquitectura Cooperativa : le chantier continu comme processus d'appropriation
» Compagnie architecture : documenter le chantier en temps réel
» "Transmettre la sensibilité de la construction en terre sur le chantier afin de protéger notre métier", entretien avec Martin Rauch
» Jean Bocabeille (BFV architectes) et des étudiants de l'ESA : faire du chantier une expérience pédagogique

Publiés par d'a

» Le temps retrouvé : 18 logements sociaux au Raincy, Seine-Saint-Denis
» A l'ombre des livres : Médiathèque Charles-Nègre, Grasse
» Le cru et le cuit : Groupe scolaire Thomas-Pesquet, Villepreux (78)

Livres

» Thinking Design Blueprint an Architecture of Typology
» Anna Heringer: Essential Beauty
» E 1027, Renaissance d’une maison en bord de mer
» Le choix de la librairie Mollat
» Sigurd Lewerentz, Architect of Death and Life
» Des voix s’élèvent. Féminismes et architecture
» Project without Form
» Le choix de la librairie Volume
» Les choix de la librairie Rupture & Imbernon
» Paris d’un siècle à l’autre, 100 ans de transformations ordinaires
» Une cité-jardin moderne
» L’architecte et l’existant : construire avec ce qui est déjà là
» Architecture & dignité
» Dear to me, Peter Zumthor in Conversation With
» Paris quand même
» La Chapelle de Ronchamp : naissance d'un chef d'oeuvre
» Antipolis
» Le Corbusier, de la solution élégante à l’œuvre ouverte
» L’épopée de Gilgamesh
» L’architecture est trop sérieuse pour être laissée aux architectes
» Chris Ware, la bande dessinée réinventée
» Temps et infrastructure : le futur des métropoles
» Soutenir. Ville, architecture et soin
» Mies van der Rohe : construire à tout prix ?
» Carlo Mollino, Architect and Storyteller
» Au bord
» Orson océan
» La carte et le territoire
» Tout ce qui nous entoure et patrimoine
» Less is Enough, Sur l'architecture et l'ascétisme
» Paris d’un siècle à l’autre, 100 ans de transformations ordinaires

Innovations

» D'A LAB Alcova
» La terre crue donne un nouveau souffle à l’impression additive

Techniques

» PANIQUE DANS L’ASCENSEUR ? L’avenir des mobilités verticales

Les produits de la rédaction

» Produits utiles

Dossiers

+++

> L'Agenda

Janvier 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
52      01
0102 03 04 05 06 07 08
0209 10 11 12 13 14 15
0316 17 18 19 20 21 22
0423 24 25 26 27 28 29
0530 31      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…