N° 275 - Octobre 2019

Minimaliste à en mourir

C’est une architecture épurée : sobre, neutre, d’un minimalisme distingué, où seule la lumière s’autorise une certaine emphase. À quel bâtiment pensez-vous ? Une fondation pour l’art contemporain en Suisse ? Un musée de David Chipperfield ? Une maison de Tadao Ando ? Un gymnase de Livio Vacchini ? Un flagship store de John Pawson ? Erreur. Vous regardez des crématoriums récemment construits par d’éminentes figures de la profession : RCR, Souto de Moura ou Kees Kaan. De là à penser que les qualités aujourd’hui revendiquées par les hérauts d’une intransigeante modernité n’atteignent leur perfection que pour des édifices consacrés à la mort, il n’y a qu’un pas que l’on s’autorise narquoisement à franchir. Il est vrai que l’on pourrait tout autant se demander si la fascination de nombreux architectes pour la radicalité brute et minimaliste appliquée à tout type de projet ne cache pas inversement un goût pour le sépulcral. À moins que cette manière d’imposer tant d’austérité dans des programmes plus triviaux que ceux dédiés aux funérailles ne soit une tentative désespérée pour réintroduire un peu de sacralité dans un milieu où le consumérisme le plus débridé règne implacablement ?
Toujours est-il qu’à l’heure où notre attitude face à la mort et aux rites, sacrés ou laïcs, qui l’accompagnent est à l’aube de subir de profonds bouleversements, l’architecture devrait avoir un rôle déterminant à jouer. En France, les communes ne semblent pas encore avoir véritablement pris conscience des enjeux symboliques d’une telle mutation et, de même que les cimetières sont traités avec désinvolture, les budgets alloués aux crématoriums sont à peine supérieurs à ceux consacrés aux salles des fêtes… Il faut aller à l’est et au nord, notamment en Belgique, pour découvrir combien l’architecture est investie d’une place essentielle dans l’avènement de ces nouveaux rites laïcs.

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Parcours

» Agence Pace Régionalisme familial

Photographes

» Bruno Serralongue, En bas et à gauche

Points de vue / Expos

» Combats singuliers, Entretien avec Paulo Mendes da Rocha

Concours

» Les châteaux des destins croisés, Concours pour la création du Kanal-Centre Pompidou sur le site de l’ancien garage Citroën à Bruxelles

Le dossier du mois

» Quelle architecture post-mortem ?
» Sacralité laïque
» Une nouvelle typologie funéraire ?
» Accueillir l’expérience universellement humaine du deuil
» Crématorium Hofheide, Holsbeek, Belgique
» Crématorium Uitzicht, Courtrai, Belgique
» Crématorium d’agglomération du Grand Nancy, Vandœuvre-lès-Nancy

Innovations

» Drones et robots à la rescousse de la planète

Les produits de la rédaction

» DESIGN – WASTE COMPOSITE une esthétique du déchet

Questions pro

» Assistance à maîtrise d’ouvrage : l’hypertrophie des équipes est-elle nécessaire ?

Réalisations

Publiés par d'a

» Dessine-moi une communauté - L’Arbre Blanc, Montpellier
» Chai Delas, Tain l'hermitage
» Ouvre-toi à l’intempestif - Tour Panache, Grenoble
» Out of the big box - Chambre de métiers et de l’artisanat, Lille

> L'Agenda

Octobre 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
40 01 02 03 04 05 06
4107 08 09 10 11 12 13
4214 15 16 17 18 19 20
4321 22 23 24 25 26 27
4428 29 30 31    

> Questions pro

Assistance à maîtrise d’ouvrage : l’hypertrophie des équipes est-elle nécessaire ?

Assistant à maîtrise d’ouvrage (AMO), maître d’ouvrage délégué (MOD), bataillon de conseillers…, la maîtrise d’ouvrage s’évertue …

Îlot Say, le droit d’auteur l’emporte

Le droit d’auteur des architectes et des artistes étant souvent bafoué*, l’ordonnance de référé rendue le 10 mai 2019 par le tribunal de…

PPP annulé pour les écoles marseillaises

Entre novembre 2018 et février 2019, la justice a donné raison par deux fois à des instances régionales et nationales de l’Ordre des…