« En décidant de ne pas tout transformer, tout change » - Entretien avec Alexandre Chemetoff

Rédigé par Christine DESMOULINS
Publié le 29/04/2024

Article paru dans d'A n°316

Réutiliser, transformer, restructurer, revaloriser… autant d’actions souvent recommandées quand les enjeux de l’époque incitent à retravailler l’existant. Alexandre Chemetoff, Grand Prix de l’urbanisme 2000, regrette que la destruction l’emporte très souvent, entraînant des travaux de réaménagement urbain souvent dispendieux et consommateurs de matière.

D’a : Conserver plus que détruire semble aujourd’hui faire consensus entre les architectes et les élus. Mais dans la réalité, la destruction l’emporte. Qu’est-ce qui fait frein ?

Alexandre Chemetoff : Trois éléments : les coûts, le programme et la notion d’invention. Beaucoup considèrent qu’il est moins coûteux de construire que de réhabiliter. C’est le principal frein. C’est souvent faux, si l’on raisonne en coût global en intégrant le prix de la démolition et le bilan environnemental et que l’on accepte de faire du programme une variable d’ajustement de l’état des lieux. Il est plus facile de changer une ligne sur un programme que des murs de place. Une autre idée fausse très répandue est de penser qu’une nouvelle architecture serait plus inventive qu’une œuvre « en situation ». Intervenir sur l’existant requiert pourtant souvent plus de créativité. Prêter attention à l’état des lieux en retenant l’hypothèse de la conservation fait de l’existant une ressource qui invite à reconsidérer à la fois le projet et le programme. Face à une volonté de changement, les qualités des lieux offrent des réponses souvent pertinentes.

 

D’a : Quelle importance accordez-vous au poids des règles et des normes ? Comment s’en affranchir ?

A.C. : Je ne connais pas de centres historiques qui résisteraient à l’application des règles du PLU élaborées pour des quartiers neufs. Il faudrait confronter l’excès de ces normes à la réalité et réfléchir à la façon dont ces règles permettraient de reproduire des lieux auxquels nous sommes attachés et où nous avons plaisir à vivre.

Paradoxalement, prendre en compte l’état des lieux est un moyen d’échapper au caractère généraliste et dogmatique des normes. Pour corriger le caractère hors sol des règles, la fidélité à l’existant est une source de liberté. À observer la réalité, on y trouve des dispositions souvent contraires aux règles en vigueur et qui pourtant sont tout à fait enviables. Tout se passe comme si l’existant était une source de liberté.

 

D’a : Vous êtes urbaniste, paysagiste et architecte. Quelle méthodologie adoptez-vous lors d’un projet d’aménagement pour éviter une perte de matière aboutissant à une uniformité des lieux ?

Lors des concours, l’image l’emportant souvent sur la logique des lieux, les projets tendent à être trop dessinés, abstraits de leurs contextes. Peu de choses les différencient et même la (...)

Les articles récents dans Questions pro

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique! Publié le 01/04/2024

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer … [...]

Quelle importance accorder au programme ? [suite] Publié le 20/11/2023

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Bar… [...]

Quelle importance accorder au programme ? Publié le 11/10/2023

Avant tout projet, la programmation architecturale décrit son contenu afin que maître d’ouvrage … [...]

L’architecture au prisme des contraintes environnementales : le regard singulier de Gilles Perraudin Publié le 04/09/2023

Si les questions environnementales sont de plus en plus prégnantes, les labels et les normes propr… [...]

« In solidum » : jusqu’à quel point l’architecte doit-il être solidaire ? Publié le 29/06/2023

Michel Klein, directeur général adjoint de la MAF, revient sur des condamnations in solidum disp… [...]

25 ans d’expérience sur les grands projets universitaires qui montrent les limites des PPP et le formidable potentiel qu’offre toujours la loi MOP. Publié le 05/05/2023

Qu'il s'agisse de la récente construction de l'ENS Paris-Saclay, de la complexe restructuration du … [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juin 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
22     01 02
2303 04 05 06 07 08 09
2410 11 12 13 14 15 16
2517 18 19 20 21 22 23
2624 25 26 27 28 29 30

> Questions pro

« En décidant de ne pas tout transformer, tout change » - Entretien avec Alexandre Chemetoff

Réutiliser, transformer, restructurer, revaloriser… autant d’actions souvent recommandées quand les enjeux de l’époque incitent à retravai…

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer leurs factures en PDF sur la plateforme Chorus, …

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…